Référence multimedia du sénégal
.
Google


hh



DAKAR BY NIGHT AU YENGOULÈNE Les « Drianké » transhument chez Assane Ndiaye



Il y a un vent de transhumance qui souffle dans l’air musical.Jusque-là le grand frère a battu Thione Seck a battu tous les records des soirées courues par les "drianké". Mais depuis quelque temps, ces dernières semblent opérer une transhumance chez le jeune frère Assane Ndiaye. Samedi soir, au Yengoulène, elles ont chauffé la salle.
Il est deux heures du matin lorsque nous arrivons à Nord Foire. Le quartier où se trouve le complexe culturel le Yengoulène. Une grande bâtisse avec ses multiples salles trône majestueusement sur la route. Un ballet de taxis qui viennent déposer des passagers à l’entrée de la boîte attire l’attention du visiteur. Quelques badauds traînent dans les parages. Un groupe de femmes à la forme généreuse et dotée par la nature descend d’un taxi. Habillées en tenues traditionnelles, mouchoir coquettement posée sur la tête, ces dames à la démarche de canard se dirigent vers le guichet. Devant ce spectacle, nous ne manquons pas de demander l’artiste qui se produit ce soir. Parce que des femmes de ce calibre, on ne les rencontre qu’au Sahel lors des soirées de Thione Seck. Mais ce soir ce n’est pas le grand frère qui est au Yengoulène. Mais le petit frère, Assane Ndiaye et son groupe le Guéweul-Gui qui se produit en soirée. A l’intérieur, la soirée venait juste de démarrer. D’entrée, Assane Ndiaye balance « Siw ». Les mélomanes, plutôt les driankés qui n’ont même pas observé un round d’observation se donnent à cœur joie à des déhanchements qui vous fait tressaillir. Une d’elles appelons Kiné a ravi la vedette à toutes les autres.Habillée d’une "ndokette" de couleur blanche, pochette à la main, elle a assuré durant toute la soirée. Du premier morceau au dernier, elle a montré tous ses talents de danseuses. En mettant bien sûr ses attributs. D’ailleurs à chaque fois qu’elle se lève, après une gorgée de boisson sucrée, c’est une meute de jeunes garçons également danseurs hors pair qui la suivent. Puisque qu’ils savent qu’avec ces « driankés », ils peuvent toujours des « reprises » dans la chanson pour les tenir par les reins pour une partie de « leumbeul ». Finalement, elles ont été l’attraction de la soirée. Pour le plaisir surtout des…yeux.

Source: L'observateur

Lundi 16 Juin 2008




1.Posté par Paco de paris le 16/06/2008 16:51
c'est vraiment de l'Obs ça? Franchement, c'est nul quoi ! Avec toutes ces fautes, je me demande ce que sont devenus nos journalistes! Mais, prenez au moins le temps de vous relire quand même ! Pffffff !

2.Posté par deug yalla moo ka mom le 17/06/2008 00:31
Paco ya soof way .qu est ce que tu veux qu on parle toujours de Politique.Maygnou way

3.Posté par pathediop189@yahoo.fr le 20/06/2008 22:04
assane mon plus grand fan








Plateforme d’information et d’intéraction a temps réel
Optimisé pour être vu en 1024x768 I.E. 6.0 ou plus récent

Info sur Xibar.net | Conditions d'utilisation | Données personnelles | Publicité | Aide / Contacts |
Copyright © 2007 Xibar multimedia Tous droits réservés