Référence multimedia du sénégal
.
Google

DAKAR 2008: Il n’y avait même pas de menaces selon les pilotes mauritaniens

Article Lu 1418 fois

L’année dernière, ils avaient été les premiers pilotes mauritaniens à prendre part au « Dakar » dont l’essentiel se déroule depuis si longtemps sur les immenses espaces désertiques de leur pays. Si Soueid Ahmed Mohamed Zeidane avait pu rallier la capitale sénégalaise, il n’en fut pas de même pour son collègue motard Bakham ould Lekhal contraint à l’abandon. Les deux étaient revenus cette année, « avec la ferme intention d’aller au bout », selon le premier. Mais, pas plus que les autres candidats inscrits à ce 30ème « Dakar », ils n’ont même pas été au départ, samedi à l’aube à Lisbonne au Portugal. La faute à des « menaces terroristes » lancées à la caravane depuis leur pays par des membres d’Al Qaida au Maghreb qui ont contraint le gouvernement français à « déconseillé fortement » à ses ressortissants de se rendre en Mauritanie. D’autant que ces menaces surviennent quelques jours après l’assassinat de 4 touristes français à Aleg (au sud est du pays) et de 3 militaires mauritaniens à El Oualawiya (un peu plus au nord).



DAKAR 2008: Il n’y avait même pas de menaces selon les pilotes mauritaniens
Cette décision d’annuler le « Dakar » 2008, annoncée vendredi midi aux participants, moins d’un jour avant le départ, est selon Bakham « une insulte à (son) pays. Car cela signifie que notre pays n’est pas sûr. Qu’on n’est même pas en mesure d’assurer notre sécurité et celle de nos hôtes ». Pour lui qui a la particularité d’être également le ... président de la fédération mauritanienne de sports auto et moto, « c’est un coup dur autant pour le rallye que pour notre pays ». Et d’affirmer fermement « le Dakar aurait pu passer sans problème ». Comme en écho, Zeidane (qu’on appelait simplement Zidane sur le circuit) reprend « il n’y avait même pas de menaces ». « Tout cela est politique. La raison sécuritaire invoquée ne tient pas la route », s’emporte un peu plus Bakham qui n’arrive toutefois pas à expliquer ce qu’il entend par « décision politique ».

Pour lui, « l’assassinat des Français n’était qu’un acte isolé. On a bien identifié les auteurs ; ce sont des bandits qui ont dernièrement été élargis de prison. Des experts marocains dépêchés sur place les ont identifiés à partir de leurs empreintes digitales ». Au même titre que son coéquipier et président, Bakham, Zeidane crie sa « colère et (son) incompréhension » ainsi que celles de ses compatriotes qui digèrent très mal qu’on ait « sali la réputation de (son) pays ». Sans compter « l’immense manque à gagner » que représente cette annulation d’une épreuve sportive qui était une véritable source de revenus pour les populations des zones traversées.

Sportivement aussi, les deux motards mauritaniens sont particulièrement déçus. « On s’était bien préparés. On était venus avec de grandes ambitions. Et il y avait de nouveaux concurrents africains venus d’Angola et de Kenya. Sans oublier que les Sénégalais s’étaient renforcés. On avait un vrai Team africain. Voilà que tout cela tombe à l’eau », a déploré Zeidane qui s’imaginait bien à nouveau au Lac rose, le 20 janvier prochain. Cette fois avec son pote Bakham. Il leur faudra attendre. Combien de temps encore ? Dieu seul sait, tant des incertitudes planent désormais sur l’avenir du « Dakar ».

Source: Le Soleil

Article Lu 1418 fois

Lundi 7 Janvier 2008

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State