Référence multimedia du sénégal
.
Google

Crise au quotidien le Soleil: 200 emplois menacés

Article Lu 1656 fois

Les syndicalistes du Soleil ont tenu hier un point de presse pour déplorer la situation désastreuse dans laquelle se trouve leur organe. Ainsi, dénoncent-ils le mutisme des autorités et les appellent à agir avant qu'il ne soit trop tard. Rien ne va plus à l'astre national, selon les syndicalistes quand on sait que ce dernier a fait l'histoire de notre pays. Le torchon brûle entre la direction et le personnel de l'entreprise.



Crise au quotidien le Soleil: 200 emplois menacés
Après les agents de la RTS qui ont tenu à faire un sit-ing dans l'enceinte de leur entreprise pour dénoncer la situation qui prévaut dans leur entreprise, c'est au tour des agents de l'astre national de dénoncer les mauvaises conditions au sein de leur entreprise. Avec cette allure, les entreprises connaissent un front en ébluition.
Ce sont des travailleurs inquiets et soucieux de leur avenir, qui se sont présentés face aux journalistes. Les employés de l'astre national ont peint un tableau sombre de la situation qui prévaut dans leur entreprise qui, depuis quelques mois, connaît beaucoup de remous. Les travailleurs ont décidé de mener avec une grande détermination la lutte pour sauvegarder et protéger leur outil de travail. D'après eux, l'entreprise est au bord du gouffre car confrontée à ue crise profonde et globale. Fara Samb Secrétaire Général explique : " Le statut et le leadership sont les principaux maux dont souffre la boîte ". Pour lui, le Directeur Général ne rend jamais compte aux travailleurs et il y a une absence de dialogue interne. Il ajoute que les postes de responsabilités ne sont plus mis en compétition, et que ce sont les politiques qui gèrent la boîte. Malick Diaw, membre du bureau aborde dans le même sens : " Les salaires tardent et sont parfois payés vers le 15 du mois.
Les cotisations à l'Ipres ne sont plus à jour, avec des arriérés de l'ordre 70 à 100 millions de francs cfa ". Dans la même veine il rajoute : " L'entreprise ne verse plus les cotisations de l'Ipm et les caisses du syndicat sont vides ". Selon eux, leurs familles n'ont plus accès aux structures sanitaires depuis quelques temps. La direction a contracté une dette d'environ 51 millions aux prestataires. Cette situation désastreuse de l'astre national est mis sur le dos du gouvernement de l'Alternance. Depuis un certain temps, la situation de l'entreprise va de mal en pire sans aucune réaction de la part des autorités surtout le ministère de l'information .
Monsieur Kh. Ndiaye renchérit : " Depuis l'alternance la situation du quotidien le Soleil est devenue précaire ". Ils disent que la baisse du chiffre d'affaire n'empêhe pas les dépenses excessives de la Direction, alors que les travailleurs renoncent à certains avantages pour sortir la boîte de cette crise. Dans un autre registre, ces journalistes ne se retrouvent plus sur la ligne éditoriale du journal du fait de certains écrits partisans. Malick Diaw déplore :" Nous sommes des journalistes professionnels comme les autres mais à cause des agissements de la Direction, nous sommes catalogués comme un journal partisan. Alors que certains refusent de faire des papiers de publicités des hommes politiques comme on nous le demande parfois ".
Fara Ndiaye témoigne : " Le nombre d'exemplaires a considérablement baissé, et il est de 11 000 aujourd'hui. Les ventes aussi ont connu une forte baisse ". En plus, il déclare que sur les 16 pages constituant le journal, 8 sont destinées à la publicité, 2 au blocs notes, 4 à la politique, et 2 aux autres informations. Ce qui d'après lui a contribué à la diminution du nombre de lecteurs. Malick Diaw martèle :" Nos titres sont importants mais ne sont pas forcément intéressants pour les lecteurs, alors il est temps d'arrêter et de recommencer sur de nouvelles bases ".
Même l'approvisionnement en papier est devenu difficile à cause du manque de moyens, car la matière coûte très chère, ajoute-t-il. Désorientés, ces travailleurs fustigent le mutisme des autorités, particulièrement leur Ministre de tutelle M. Bacar Dia. Car estiment-ils, toutes les correspondances adressées à ce dernier sont sans suite.
Pour eux, il est temps que leurs problèmes soient connus par toute la population et ils demandent au Premier Ministre de les recevoir pour trouver une solution rapide et durable aux maux de la boîte, qui d'après eux est au bord de la faillite.
Il lance aussi un appel aux travailleurs de la Rts et à ceux de l'Aps pour mener la lutte ensemble car ils ont pratiquement les mêmes problèmes. Si les autorités ne réagissent pas dans les prochains jours, ils comptent radicaliser leur lutte avec un plan d'action déjà ficelé par le bureau syndical. Pour le moment, les travailleurs de l'astre national semblent décidés à me mener la lutte jusqu'à la satisfaction de leurs revendications.

Source: le Matin

Article Lu 1656 fois

Jeudi 13 Septembre 2007





1.Posté par MARVEL le 13/09/2007 12:03

Pourquoi faut-il tout simplement supprimer Le Soleil et la RTS ?

Vous savez, on ne souhaite jamais à une entreprise de fermer ses portes car il y'a dans cette entreprise des hommes et des femmes qui essaient peut-être d'y gagner leur vie honnêtement, et sur qui comptent d'autres personnes pour vivre. Mais lorsque cette entreprise fait plus de mal que de bien à toute une nation, il devient utile de se demander si il ne vaut pas mieux que cette entreprise ferme ses portes, mette la clé sous le paillasson, en attendant le changement; les mutations, la métamorphose qui lui permettra d'être moins contre productive, qu'elle ait plus d'utilité publique et non l'inverse.

Oui messieurs dames, je souhaite aujourd'hui plus que jamais la fermeture des services soi-disant publics que sont la RTS et Le Soleil. Ce sera dur pour ces quelques centaines de pères et mères de familles dont certains contribuent grandement à faire du mal au pays, d'autres le font malgré eux, mais il faut prendre le service dans sa globalité. Lorsqu'une entreprise pollue tout un pays par exmple, pollue les cours d'eau, pollue l'atmosphère, etc…., le mal qu'elle fait est de très loin plus important que de sauvegarder quelques dizaines d'emplois.

La RTS et Le Soleil contribuent à accentuer la misère dans le pays car ils ne jouent pas le rôle qu'ills devraient jouer. Ils intoxiquent, privent le peuple de savoir et d'apporter les corrections nécessaires. En regardant la RTS, en lisant le Le Soleil, on a l'impression que le Sénégal est un paradis sur terre alors qu'il ne fait pas mieux que le vingtième pays au monde en matière de pauvreté.

Certaines entreprises sont malsaines ou ont été rendues malsaines. La RTS et Le Soleil en font partie. Il y travaille des hommes et des femmes qui auraient aussi pu dire "non' à certaines pratiques qui ont rendu ces entreprises publiques d'une si grande inutilité publique.

MARVEL
marvel@hotmail.fr



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 13:10 L’adultère est-il devenu une banalité ?

Mercredi 7 Décembre 2016 - 12:16 NDIGUEUL DU KHALIFE DES MOURIDES: 500F par personne

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State