Référence multimedia du sénégal
.
Google

Course vers le sommet du Sénat : Ces candidats qui veulent imposer à Wade le droit

Article Lu 1259 fois

Tous ceux qui rêvent de devenir président de la République par intérim peuvent se signaler. Le Pds ne veut plus en laisser le privilège à Pape Diop à qui Me Wade aurait promis la présidence du Sénat. Donc son intérimaire en cas de vacance du pouvoir. Pour le moment, il y a quatre prétendants pour le fauteuil. De quoi donner l'embarras du choix au maître du jeu.



Course vers le sommet du Sénat : Ces candidats qui veulent imposer à Wade le droit
Que cherche le Pds à travers cette pléthore de candidatures pour la présidence du Sénat, annoncées individuellement ou portées par des militants ? La question mérite d'être posée. Car au rythme où vont les choses, le nombre pourrait dépasser celui des candidatures à la dernière présidentielle. En effet, en plus de celle de Pape Diop qui semble tenir le bon bout puisque désigné, selon ses propres mots, par le président de la République, il y a celles d'Aminata Tall, de Youssou Diagne et tout dernièrement celle du premier vice-président de l'Assemblée nationale et coordonnateur de la Cap 21 Iba Der Thiam.
Pourtant, ces candidats ou leurs instigateurs n'ignorent nullement que Me Wade aurait déjà promis l'institution tant convoitée à l'ancien président de l'Assemblée. D'ailleurs, c'est à la place Soweto que Pape Diop a dit à qui veut l'entendre qu'il migrait vers le sommet de la station sénatoriale. Mais c'est comme si cette déclaration, loin de désarmer ses adversaires potentiels, a réveillé les ambitions. Et la situation n'en est devenue que plus compliquée et embarrassante pour Me Wade qui se voit désormais obligé de trancher une bataille qui s'annonce rude.

Tout laisse croire que ces candidats ou ceux qui les soutiennent contestent le choix (?) du chef de l'Etat et veulent ainsi le contraindre à une élection démocratique du président du Sénat en lieu et place d'une simple désignation. En effet, comme avec la présidence de l'Assemblée nationale, le chef de l'Etat peut désigner son candidat et l'imposer à ses partisans qui ne feront qu'entériner la décision par un simulacre de vote. Mais sur le plan strictement juridique, le président du Sénat est élu au scrutin uninominal à un tour par ses pairs. Comme l'a du reste expliqué hier le juriste constitutionnaliste Aliou Diallo, au micro de Sud Fm : ‘Le président du Sénat, comme le président de l’Assemblée nationale, est élu par ses pairs. L’élection a lieu au scrutin uninominal à un tour et, à l’issue du premier tour, le candidat pour passer doit avoir la majorité absolue. Si à l’issue de ce premier tour, la majorité absolue n’est pas obtenue par l’un des candidats, il sera organisé un deuxième tour à l’occasion duquel la majorité relative suffit’. Les adversaires de Pape Diop invitent donc implicitement Me Wade à faire de la place au droit plutôt qu'au diktat.

D'aucuns ne manquent de penser, par ailleurs, que cette promesse faite à Pape Diop n'était qu'un leurre pour contenir les frustrations au sein du Pds à la veille d'une élection aussi capitale que les législatives. Et qu'une fois la tempête apaisée, le maître du jeu reviendra sur sa décision pour mettre en jeu le fauteuil tant convoité. Surtout quand on sait que certaines candidatures comme celles du coordonnateur de la Cap 21 Iba Der Thiam et d'Aminata Tall ne ressemblent pas à de la diversion. Les intéressés n'en ont pas l'air. Quand on ajoute à cela le mutisme de Me Wade sur la question et celui des autres responsables du Pds, on mesure l'atmosphère peu commode qui prévaut actuellement dans le parti du président de la République et dans la Cap 21.

Le président de la République restera-t-il sourd aux appels des adversaires de Pape Diop ? Wait and see. Pour le moment, tous ceux qui rêvent de devenir président de la République par intérim, pour soixante jours, peuvent se signaler. Le rêve est maintenant permis. Le temps que Me Wade siffle la fin de la récréation.

Georges Nesta DIOP
Source: Walfadjri

Article Lu 1259 fois

Mardi 28 Août 2007





1.Posté par Leweul le 28/08/2007 11:02
Et pourquoi pas Karim Wade! Wade en fin stratege, va nommer Karim Wade comme president du Senat. Quel meilleur moyen pour Karim Wade de devenir President de la Republique, euh. meme si c'est pour 60 jours.

Rewmi, fou mou dieum yallah rek ka ko kham!

2.Posté par MARVEL le 28/08/2007 14:37

Un Sénat version Bamboula unique au monde


Le Sénégal vient d'entrer dans l'histoire des républiques les plus bananières de cette planète Terre. Un triste record auquel les sénégalais dans leur ensemble vont être associés sans leur avis.

Un Sénat n'est pas une nouveauté, ni dans le monde, ni au Sénégal. La particularité du Sénégal est que le Sénat avait été rejeté à plus de 80 % par la population sénégalaise en 2001 lors d'un référendum proposé par celui-là même au pouvoir qui en a dit tant de mal à propos du Sénat..

Figurez-vous que :

- Dans aucune république au monde les sénateurs ne sont nommés, ne fusse même qu'un seul sénateur. Cela n'aurait d'ailleurs aucun sens dans des régimes présidentiels comme le notre où en plus de cela le président peut se permettre de rester chef de parti

- Dans toutes ces républiques, les sénateurs sensés représenter le peuple sont élus, la plupart du temps au suffrage indirect

- Dans aucun de ces pays le président du Sénat n'est nommé par un président de la République qui peut ainsi choisir qui il veut et le dégommer quand il le voudra comme en a le pouvoir le président sénégalais. Nous entendons d'ailleurs depuis des mois un homme chanter, déjà, les louanges du Président de la République qui lui a promis ce poste.

Le rare pays d'Afrique noire à avoir un Sénat, à savoir le Congo RDC, est aujourd'hui bien placé pour donner au Sénégal des leçons de démocratie. Tous les sénateurs de ce Sénat congolais sont non seulement élus, mais en plus le président actuel du Sénat est issu de l'opposition parce que lui aussi élu, mais au vote secret par les sénateurs eux-mêmes.

Je fais confiance à nos amis PDS pour parcourir la planète à la recherche d'un cas similaire à celui du Sénégal comme ils ont l'habitude de le faire pour toute forfaiture ou dysfonctionnement ou échec ou quoi que ce soit à mettre au passif incommensurable de leur bilan. Non Messieurs ! Je vous vois venir avec le seul exemple que vous avez pu trouver et qui ne colle pas. Le Canada est une monarchie constitutionnelle à régime parlementaire, ses sénateurs sont nommés pratiquement à vie et survivent aux mandats des différents régimes ou gouvernements tant qu'ils n'ont pas atteint l'âge de 75 ans ou restent éligibles. Alors, cherchez ailleurs s'il vous plait.

Ca c'est le PDS et le régime Wade. Lorsque vous leurs dites "vous êtes ridicules" ou bien "vous êtes corrompus", ils vous répondent "il n'y a pas que nous".

Alors en attendant chers sénégalais que nos amis du PDS, leur secrétaire général et accessoirement président de la république, les partis "yobaléma, tè ngua yakalma" (amène moi avec toi, mais sers moi), trouvent l'exemple qui tue, réjouissez vous d'être citoyens de la république la plus bananière au monde, avec son président le plus vieux au monde qui se fout complètement de vous au point de :

- Non seulement s'octroyer le plein droit de nommer discrétionnairement les 65 % des sénateurs sensés vous représenter. Il peut rêver d'un nom et en fait sénateur demain, le surlendemain il dégomme un autre à la suite d'un cauchemar ou alors le Monsieur ne savait pas bien chanter:

- Mais en plus il sait qu'en s'octroyant d'office, en tant que SG d'un parti, le droit de nommer la très grande majorité des sénateurs, il dégoûtera les autres acteurs politiques de ce Sénat version wadienne, il sait qu'aucun parti qui respecte un minimum les sénégalais ne prendra part à cette tartufferie, et donc qu'il aura sans aucune peine les 35 % de sénateurs restants à choisir par suffrage indirect:

- Et ce n'est pas tout, il reste le dessert. Ce même monarque comme l'appelait son actuel ministre de l'intérieur s'est octroyé le plein droit de nommer entre quatre murs celui qui va présider aux récitals de ses sénateurs.

Le dimanche 19 août, chers compatriotes vous avez assisté à un autre acte du énième épisode du si long feuilleton macabre qui se déroule devant vos yeux depuis 2000, ou plus précisément depuis que l'acteur principal a fini de déployer les armes institutionnelles destinées à vous tenir en respect pendant qu'il s'accapare vos ressources "sans avoir besoin ni de votre avis, ni de votre autorisation" comme il aime bien vous le rappeler.

La nouvelle chorale de sa Majesté Wade 1er ne sera pas seulement composée de 65 choristes sur 100, elle sera composée de 99 choristes à temps plein qui rivaliseront de servilité, et d'un centième qui ne sera pas laissé en reste surtout après l'épisode pathétique auquel les sénégalais ont assisté l'autre jour en prime à la "Rien Tous les Soir", un candidat malheureux aux présidentielles, prêt à toutes les soumissions pour récupérer les fauteuils d'où lui, sa famille, ses compagnons de parti avaient été éjectés pour avoir osé être animés d'ambitions présidentielles. Ils sont donc prêts à tous les excès de zèle pour prouver leurs regrets à celui qui peut leur permettre de "s'embourgeoiser" à nouveau comme disait l'un d'eux

Chers compatriotes, gentils et serviables comme vous êtes, sa Majesté Wade 1er a assimilé votre profond silence comme un accord tacite et sans condition à son projet d'installation d'une nouvelle chorale de 100 sénateurs à qui vous payerez leurs résidences, leurs locaux, leurs personnels administratifs, leurs salaires qu'on imagine déjà faramineux, leurs 4x4 version alternoce, leur carburant, leurs factures de téléphone, leurs billets d'avion, leurs frais ainsi que ceux de leurs familles car au Sénégal c'est depuis le sommet de la république où l'exemple du "kou sa baye fallou, ngua fallou", les effets des coups tordus dans lesquels ils vont être plongés, et bien d'autres dépenses encore car ils n'en manqueront pas. Dans tout cela chers compatriotes, il ne vous est certainement pas demandé votre avis, vous n'aurez qu'à regarder le feuilleton macabre pour lequel vous avez payé pour sa réalisation, et "en route vers le sommet".



MARVEL

marvel@hotmail.fr

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State