Référence multimedia du sénégal
.
Google

Cour d'assises militaire : Le parquet requiert la perpétuité contre le soldat Mawa Ba

Article Lu 1723 fois


Le soldat de première classe Mawa Ba a comparu hier devant la première cour d’assises militaire du Sénégal indépendant. Il était poursuivi pour l’assassinat du capitaine Ndiaga Ba, il y a de cela quatre ans à Diouloulou en Casamance.

Devant le jury et les jurés de la cour d’assises militaire, le soldat de première classe Mawa Ba a expliqué les circonstances de la mort du capitaine Ndiaga Ba. Il a aussi exprimé ses remords à propos de ce regrettable incident. Selon l’arrêt de renvoi, les faits qui sont reprochés à l’accusé datent du 10 août 2002 à Diouloulou. Ce jour-là, le capitaine Ndiaga Ba a organisé un cocktail pour fêter le départ des soldats libérables et les affectés dans d’autres corps de l’armée. Lors de la distribution des cadeaux, le capitaine Ndiaga Ba qui commandait le 3ème bataillon blindé en service à Diouloulou s’est rendu compte de l’absence du soldat de première classe Ndiaga Ba, affecté au 25ème bataillon de reconnaissance et d’appui. Il a envoyé un soldat pour aller chercher Mawa Ba pour qu’il vienne s’expliquer sur les raisons de son absence. Ce dernier lui répond qu’il était entrain de s’occuper de son engin. Insatisfait de cette réponse, le capitaine lui fait des remontrances et décide de lui infliger une sanction. Le soldat a voulu prendre la parole, mais le commandant Jean Louis Diène et le capitaine Ndiaga Ba s’y sont opposés.
Se sentant humilié, le soldat de première classe Mawa Ba, né en 1972 à Rufisque retourne à son dortoir pour y chercher son arme. En ce moment, le capitaine Ndiaga Ba est allé au secrétariat pour y faire dactylographier la punition. Mawa Ba qui revenait de son dortoir en courant avec un fusil d’assaut Hk 33 s’est dirigé vers le capitaine Ndiaga Ba qui a voulu s’agripper sur l’arme. Un coup de feu est parti atteignant le capitaine Ndiaga Ba au ventre. Et le capitaine s’est affaissé. Alertés par le coup de feu, les autres officiers viendront au secours. Le soldat de première classe les tiendra en respect, leur interdisant de s’approcher du blessé. Le médecin-lieutenant Sidy Ka qui était dans le cantonnement tente d’organiser les secours médicaux. Au même moment, l’adjudant Sada Kanté a réussi à convaincre Mawa Ba de ranger son arme et de le suivre à la brigade de gendarmerie de Diouloulou. Quant au capitaine Ndiaga Ba, il décèdera en cours d’évacuation sur la route de Bignona. Et le certificat de genre de mort établi par un médecin fait état d’un décès par balle.

Dans son réquisitoire, l’avocat général a demandé la perpétuité assortie de travaux forcés contre Mawa Bâ. Le représentant du ministère public fonde son réquisitoire sur sa conviction que le soldat Ndiaga Bâ a effectivement tué son supérieur.

Quant à la défense, elle a plaidé l’octroi de circonstances atténuantes. Cela, du fait de l’enquête de personnalité qui présente l’accusé sous des dehors reluisants.

Mamadou SARR

Source: Walfadjri

Article Lu 1723 fois

Mardi 18 Décembre 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State