Référence multimedia du sénégal
.
Google

Coups et blessures: Deux vendeuses de poisson condamnées chacune à 50.000 francs amende

Article Lu 1582 fois

Comme souvent, les femmes qui occupent le prétoire pour coups et blessures volontaires, finissent toujours par laver leur linge sale à la barre du tribunal. Cas de ces deux commerçantes de poisson, se disant amies. Et qui, ne s'arrêtant pas aux injures, se sont rouées de coups. La bagarre a alors atterri à la barre du tribunal. Lequel les a condamnées chacune à une lourde amende ferme de 50.000 francs. Mais elles ont juré de ne plus jamais recommencer, après plus de deux semaines en détention préventive.



Maïmouna Dia, âgée de 34 ans, et Astou Thiam, 37 ans, toutes deux vendeuses de poisson, mènent généralement leurs activités ensemble. Achetant les poissons au port, et les vendant dans les marchés dakarois, elles n'avaient aucun problème. Mais le 7 août dernier, nul ne sait subitement quelle mouche les a piquées. Car, pour des broutilles, une dispute a éclaté entre Maïmouna Dia et son amie Astou Thiam. Des propos aigre-doux s'en sont suivis, puis la discussion a dégénéré, des injures apparaissent. Et, survint une violente bagarre. Des voisines interviennent pour les séparer, mais leur colère était telle que les injures pleuvaient de toutes parts. C'est ainsi que chacune d'elle alla se procurer un certificat médical de 21 jours d'incapacité temporaire de travail, accompagnée de plainte. Les conséquences furent alors dramatiques : elles sont toutes deux arrêtées et déférées au parquet. Après plus d'une semaine en détention préventive, les deux amies vendeuses de poisson ont comparu à la barre du tribunal des flagrants délits le 23 août. A l'interrogatoire, les choses sont allées très vite. « Président, nous avons beaucoup regretté nos actes, en prison nous avons trouvé une solution à l'amiable, nous avions décidé de mettre fin à cette histoire », laisse entendre Astou Thiam. Tandis que la dame Maïmouna Dia était en train de pleurer à la barre, incapable de piper un seul mot. « Nous sommes deux amies, c'est Satan qui est à l'origine de notre malentendu, on n'aurait jamais dû arriver là », reprendra la dame Thiam. Leurs conseils n'ont finalement pas pu plaider. Ce, pour éviter d'envenimer la situation. Mais le procureur, lui, a requis l'application de la loi. Au finish, le tribunal les a condamnées, en leur infligeant une leçon de morale : chacune à une amende de 50.000 francs ferme.

Lassana Sidibé
Source: L'office

Article Lu 1582 fois

Lundi 27 Août 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State