Référence multimedia du sénégal
.
Google

Coup de fil: Que préparent Wade et Sarko ?

Article Lu 1581 fois


Coup de fil: Que préparent Wade et Sarko ?
Que préparent le Président français Nicholas Sarkozy et son homologue sénégalais, Me Abdoulaye Wade ? Selon nos informations, le 2 septembre dernier, ils ont eu une longue communication téléphonique. Les services de la Présidence si prompts à faire des communiqués ne semblent pas informés par le maître des lieux de cet entretien téléphonique qui a duré plusieurs minutes alors que Gorgui était en vacances. Tout ce qu’on peut dire pour le moment c’est que Sarko est en train d’harmoniser une position, dans un dossier bien précis, avec notre Gorgui et le doyen Omar Bongo. Sûr qu’on en saura plus dans les prochains jours.

Source: L'as

Article Lu 1581 fois

Samedi 15 Septembre 2007





1.Posté par Simeon J Francis EKOGA le 15/09/2007 22:19
* Le président Bongo est un boulanger; il roule tout le monde dans la farine depuis plus de 40 ans

Le système politique multipartiste a fait son retour au Gabon à la fin des années 80, suite au fameux discours de la Baule du Président François Mitterrand, subordonnant l’aide au développement économique des pays d’Afrique francophone à l’ouverture démocratique. Ce discours était lui-même une des résultantes de l’éclatement du bloc communiste, qui a vu entre autre, l’effondrement du mur de Berlin. A partir de là, la France, très mal avisée, va improviser une ouverture démocratique, dans ce qui convient d’appeler, encore et toujours, ses colonies d’Afrique, dont le Gabon d’Omar Bongo Ondimba, devenu après la disparition d’Houphouët Boigny, le nègre en chef de l’Elysée en Afrique.

Ceci dit, la énième mascarade électorale qui vient de se dérouler au Gabon, avec en toile de fond, un taux d’abstention record frisant les 90%, même Radio France Internationale (RFI), instrument du néocolonialisme, organe de propagande de l’idéologie française (françafricaine) dans les pays faibles, a reconnu que certains bureaux de vote sont restés vides et ce jusqu’à leur fermeture.

Le Rassemblement Démocratique du Peuple Gabonais (RDPG) ne peut que se réjouir de cette désobéissance civile étant entendu que nous avons appelé au boycott de ces élections dont l’issue était connue d’avance.

Nous sommes, nous au Rassemblement Démocratique du Peuple Gabonais (RDPG) pour une alternance démocratique au Gabon. Aujourd’hui, dans des conditions normales d’élection, n’importe quel gabonais est capable de gagner face à Omar Bongo Ondimba. Celui-ci a tout à gagner à ouvrir un vrai débat démocratique, avec toutes les forces vives de la Nation, afin de parler de l’avenir de ce pays, de le (re)construire et d'assurer l'alternance du pouvoir.

Le Gabon ne connaît pas encore de démocratie, et nous ne saurions participer à aucune élection tant que la transparence ne sera pas de fait. C’est la raison pour laquelle nous avons appelé au boycott lors des dernières élections législatives, et nous sommes très heureux que le peuple nous ait suivi sur ce point et ait boudé ces élections à près de 90% (de taux d’abstention). Félicitations, vaillant peuple gabonais !

Cependant, le plus curieux au contraire, c’est que personne n’en parle. Il n’y a aucune analyse objective d’aucun organe de presse tant national qu’international sur cet échec électoral. Bongo Ondimba à coups de millions de dollars, a corrompu la majorité des organes de presse et son "opposition" pour faire croire que tout s’est bien passé et que tout va bien au Gabon. Nous sommes surpris du silence complice de la communauté internationale !

Après moult tractations, et pour soutenir encore ce semblant de démocratie auquel plus personne ne croit, le dictateur gabonais, afin d’atténuer son dictat, a bien voulu récompenser, par une quinzaine de sièges sur 120 (des miettes donc), les quelques personnes qui lui ont fait allégeance. Tel est le salaire de la honte issu d’élections truquées, élections dans lesquelles Bongo Ondimba lui-même était juge et parti. Lui qui prétend être au dessus des partis, a sillonné tout le pays afin d’appeler à voter pour son parti, le Parti Démocratique Gabonais (PDG).

On aurait pensé qu’avec le temps l’homme changerait, et qu’après plus de 40 ans de pouvoir, avec les mutations survenu dans le monde (la chute de l’ex Union Soviétique, l’effondrement du mur de Berlin, l’alternance démocratique vraie survenue dans certains pays d’Afrique, etc.), Omar Bongo Ondimba serait revenu à de meilleurs sentiments, des sentiments d’ouverture démocratique. Mais, hélas, il n’en est rien.

Nous prenons dès lors la mesure du combat. Parce que, en réalité Bongo n’a plus d’âme, de mémoire d’homme, aucun président de notre espace géopolitique n’est jamais allé aussi loin voire même jusqu’à ce point . On se demande bien où est la sagesse dans tout cela ? Ce dernier ne se vante t-il pas d’être un médiateur patenté en Afrique ? Ne se fait-il pas appeler le doyen, le sage? Nul n’est sans savoir ce qu’il en est advenu de la postérité d’Houphouët Boigny et de Mobutu Sésé Séko, qui ont fonctionné exactement comme Bongo Ondimba le fait aujourd’hui encore. Il faut savoir que si rien n’est fait, lorsque Bongo partira, le Parti Démocratique Gabonais (PDG) restera une coquille vide, un parti moribond.

En tant que démocrates, nous, au Rassemblement Démocratique du Peuple Gabonais (RDPG), nous ne prônerons jamais la violence. Mais nous désirons que l’alternance se fasse à l’image de ce qui c’est passé au Mali, au Bénin et au Sénégal par exemple. Ces trois pays sont la fierté de l’Afrique en matière de politique, et de démocratie... Nous sommes persuadés que cela est aussi possible au Gabon.

Notre détermination est ferme, et cette année 2007 sera décisive pour nos objectifs qui sont les suivants :
1) La conquête d’un multipartisme total et réel.

2) La conquête de la démocratie.

3) La conquête du pouvoir.

4) L’exercice démocratique du pouvoir dans l’intérêt effectif du peuple gabonais.

Voila notre ligne directrice. On nous a souvent fait le reproche de faire notre opposition à l’extérieur, au lieu de rentrer au pays. Soit, mais ce que l’on oublie, c’est que l’expérience nous a montré que tous ceux qui sont rentrés au pays ont fini par rejoindre le pouvoir, achetés par celui-ci.

Au Gabon, c’est le régime de la pensée unique qui prévaut. C’est le théâtre de quelques groupuscules qui, sous prétexte d’opposition, vont prendre argent et instructions au palais présidentiel, à l’image de Pierre Mamboundou et de Zacharie Myboto, des habitués de ce type de mise en scène.

Si donc Bongo Ondimba veut agir en démocrate, il faut qu’il crée les conditions d’un multipartisme total et réel. Nous, nous refusons de rentrer au pays pour faire de la figuration comme les autres.

Nous insistons sur le fait qu’il n’y aura jamais d’élections libres et transparentes au Gabon tant que les conditions garantissant un véritable Etat de droit, laïc et démocratique ne seront pas réunies. A ce titre, le Rassemblement Démocratique du Peuple Gabonais (RDPG) ne cautionnera jamais un tel acte de trahison en prenant part à tels simulacres.

* A quoi bon participer à des scrutins dont les résultats sont connus d’avance ?

* A quoi bon prendre part à une instrumentalisation du peuple gabonais, nous rendant complice de cette mascarade et de cette escroquerie politique ?

Notre objectif et notre ambition sont clairs et sans confusion aucune : la conquête du pouvoir, dans une démocratie conquise, par le peuple et pour le peuple gabonais. C’est là toute la cohérence qui est la nôtre, car aujourd’hui, et l’opinion publique internationale m’est témoin, le Gabon vit une dictature, une pseudo démocratie.

* Bongo Ondimba a-t-il encore une conscience ?

* Bongo Ondimba voit-il comment le pays sombre petit à petit dans le chaos ?

* Bongo Ondimba, pourquoi continue-t-il de faire souffrir les populations gabonaises qui croupissent dans la misère, la maladie, l’analphabétisme, et toutes sortes de maux que les ressources..., les richesses du Gabon, suffisamment abondantes proportionnellement à sa démographie (1 million d’habitants), peuvent aisément permettre d’éviter ?

Il suffit pour cela de mieux gérer le pays, non pas en pensant à sa poche, mais en pensant à un partage équitable des bénéfices issus de l’exploitation des ressources naturelles.

Mais cela passe surtout par une révision des contrats effectués avec les organismes qui exploitent les richesses, des conventions qui doivent être à l’avantage du peuple gabonais, car le pétrole, le bois, le manganèse, l’uranium, le fer, l’or, le gaz… du Gabon appartient aux gabonais, en somme, toutes les ressources naturelles du Gabon appartiennent aux gabonais. Ce n’est nullement la propriété de Bongo Ondimba et d’individus égoïstes qui ont fait main basse sur les biens appartenant aux populations gabonaises.

Peuple gabonais, la délivrance est proche. Ceux qui n’ont jamais participé au pillage de tes richesses, qui ont à cœur ton bien être, et qui n’ont jamais participé à aucune mascarade ou escroquerie politique se sont lèvés pour t’assurer des lendemains qui chantent, afin de te redonner espoir.

Peuple du Gabon, nous nous sommes levés pour t’octroyer ta dignité longtemps confisquée par un régime sourd et aveugle, qui refuse de répondre à tes aspirations les plus élémentaires.

Peuple gabonais, nous nous nous sommes levés pour jouer notre vrai rôle d’opposition, afin de permettre une véritable alternance du pouvoir et nous entendons ne pas laisser une seule parcelle de terrain à ce régime qui, depuis plus de 40 ans te torture.

Aujourd’hui, lorsque l’on parle de l’après Bongo Ondimba, c’est à une bataille de clans à laquelle on assiste, des groupes qui se battent pour le partage du gâteau, comme si le Gabon était une pâtisserie familiale, un bien personnel; nous ne permettrons jamais cela, quitte à faire le sacrifice de notre vie, sacrifice voué à notre idéal qui est celui d’assurer le bien être du peuple gabonais. Un bien être longtemps bafoué, ridiculisé, humilié ; un peuple longtemps roulé dans la farine. Oui, Bongo Ondimba est un boulanger, il roule tout le monde dans la farine depuis plus de 40 ans : "on peut tromper une partie du peuple tout le temps, mais on ne peut tromper tout le peuple tout le temps."

Tous ceux qui font des calculs humains ne peuvent rien contre la volonté de Dieu. Il faut savoir, raison gardée. Et en Dieu nous croyons. Si la volonté divine a eu raison de certains dictateurs dans le monde, elle aura aussi raison de Bongo Ondimba.

La volonté divine a bien eu raison d’Houphouët Boigny, de Mobutu Sésé Séko, de Moussa Traoré, etc., qui ont régné sans partage pendant des décennies. Comme le dit la Bible qui est un livre saint : « tout pouvoir vient de Dieu », et toute tentative humaine pour s’en accaparer ou s'en accocher restera vaine.

Dieu aime le Gabon, il ne laissera pas sombrer ce pays dans le chaos et l’anarchie par la seule volonté d’un homme et de son clan qui ne règnent que par l’autocratie, la dictature, l'achat des consciences, la corruption, le bâillonnement et la répression du peuple...

La France qui est à l’origine de ce dictateur, donc de ce régime se doit de prendre ses responsabilités, car des voix se lèvent un peu partout en Afrique contre sa politique paternaliste qui installe, soutient et maintient au pouvoir des tyrans, plongeant leurs peuples dans la misère la plus atroce. Elle vient de s’illustrer en appuyant Idriss Déby Itno au Tchad, et son voisin François Bozizé en République Centrafricaine et ce contre l’avis des populations locales.

Nous mettons du reste en garde, les candidats à l’élection présidentielle française, de cesser de prôner des ruptures fantaisistes et ostentatoires à l’égard de l’Afrique. Il est grand temps de poser des actes concrets.

L’Afrique change et ses hommes politiques aussi. Laurent Gbagbo s’est levé en Côte d’Ivoire pour montrer l’exemple. Avec lui, nous comprenons qu’il existe des hommes capables, dénués de toute velléité démagogique mais « boostés » par l’amour de leur peuple. Et nous soutenons, sans vaciller, la révolution démocratique engagée par le peuple frère de Côte d’Ivoire .

Du reste, les positions anarchiques de Bongo Ondimba par rapport à la question ivoirienne n’engagent que lui-même et non le peuple gabonais.

Nous voulons ici saluer notre frère aîné, le président Laurent Gbagbo qui a fait obstacle à cette politique néocolonialiste de la France, politique à laquelle Bongo Ondimba n’est pas étranger.

Nous voulons exprimer tout notre soutien au président Laurent Gbagbo dans cette lutte qu’il mène depuis près de quatre ans maintenant pour que tout pays africain soit vraiment indépendant, lui qui a été élu démocratiquement et qui a vu sa légitimité bafouée.

La France a donc une occasion unique pour redorer son blason en Afrique : convaincre Bongo Ondimba (leur création) à un multipartisme total et réel, et non cette mascarade à laquelle nous assistons depuis des décennies. C’est la seule solution pour une alternance démocratique apaisée au Gabon. Le silence complice de la France ne fait qu’attiser la souffrance des gabonais.

La France, avec sans nul doute, un nouvel homme à sa tête se doit de saisir cette occasion unique et sortir par la grande porte du bourbier "françafrique" qui est d'une autre époque et qui a assez fait de mal au continent.

En outre, l’an 2007 sera plus que décisif. Car durant cette année, nous allons accroître les pressions contre le régime dictatorial de Bongo Ondimba en vue de la conquête de nos objectifs. Cela se fera, bien entendu, dans le cadre légal de la démocratie.

Que Dieu bénisse le Gabon et veille sur ses habitants.

Siméon J Francis EKOGA
Président du Rassemblement Démocratique du Peuple Gabonais (RDPG)
Emails : simekoga@rdpg.org et simeon.ekoga@rdpg.org
Site web : www.rdpg.org

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State