Référence multimedia du sénégal
.
Google

Contrôle routier : La gendarmerie immobilise une 4x4 non immatriculée de la présidence

Article Lu 1468 fois

De 21 h à l’aube, la circulation sur la nationale 1 à hauteur de Diamniadio était presque bloquée avant-hier. Des gendarmes venus en renfort fouillent tout ce qui roule. Aucun manquement n’est épargné. Même les véhicules de la présidence ont subi la dure loi des hommes en bleu. Si les gendarmes parlent d’un simple contrôle de routine, les populations qui sont surprises d’une telle opération pensent que les hommes en tenue recherchent quelque chose d’important.



Les gendarmes de la légion ouest n'ont pas fermé les yeux ce week-end. C'est, d’abord, la brigade de Diamniadio qui a donné le ton dès la tombée de la nuit. Les gendarmes, habillés en tenue de combat, ont pris position très tôt sur la Nationale 1 à hauteur du croisement. Petit à petit, ils commencent à filtrer les véhicules. C’est à 21 h, quand le renfort est arrivé que le contrôle s’est intensifié sur les véhicules empruntant les axes Rufisque-Thiès et Rufisque-Mbour. Ceux qui circulent sur les deux sens sont alors obligés de se soumettre à un contrôle strict des gendarmes. Une longue file de véhicules se forme alors sur une distance de 4 km. Les véhicules passent un à un devant les gendarmes qui fouillent partout, font descendre les passagers et passent au contrôle technique. Difficile de rallier la brigade de gendarmerie de Diamniadio. Les gendarmes, visiblement très tendus, ne laissent rien passer. Votre serviteur demande à parler au commandant de la brigade. Mince et élancé, l’homme était en discussions avec un jeune bien sapé qui sollicite son indulgence. Dès notre arrivée, nous comprenons que le bonhomme est un agent de la présidence. ‘Je vous prie de me laisser passer. Je suis de la Présidence. Je vais en mission’, déclare-t-il. ‘Et alors ?’, lance le commandant de brigade. ‘Avez-vous un ordre de mission ?’, demande-t-il. ‘Bien sûr que oui. Il est dûment signé par l’autorité compétente’, souligne l’agent de la présidence. ’Même si cela est vrai, votre véhicule n’est pas immatriculé. Et cela n’est pas bon pour la sécurité du pays et même pour votre propre sécurité. Donc, vous voyez qu’il est impossible de vous laisser passer. Les véhicules de la présidence ne sortent pas n’importe comment’, explique le commandant de brigade. L’homme qui semble acculé s’éloigne du commandant de brigade pour s’approcher du lieutenant-colonel Abdoulaye Fall qui semble commander l’opération. Il recevra la même réponse. Il se résigne enfin et se tient, impuissant, près de son véhicule. L’opération qui se poursuit a presque bloqué la circulation. Des centaines de véhicules qui stationnaient sur les deux bords de la route sont soumis à un contrôle très rude. ’C’est la direction de la gendarmerie qui a commandé ce travail. C’est un contrôle de routine de vérification des véhicules et des organes. Cela rentre dans le cadre de la prévention routière’, précise le commandant de brigade. Les gendarmes pensent que le bilan des accidents pendant cette période hivernale est très élevé. ‘Notre pays a enregistré plusieurs morts ces derniers mois.
Cela est dû à l’indiscipline des chauffeurs et à l’état des véhicules. Il faut aujourd’hui diminuer le nombre d’accidents et réduire les morts sur les routes’, déclare le lieutenant-colonel Abdoulaye Fall, commandant la légion Ouest. Pour celui qui supervise le travail des gendarmes, il est temps que cessent les infractions telles l’absence de frein, de pneu de secours, d’essuie-glace ou de triangle de signalisation. Ainsi, les gendarmes ont procédé à plusieurs vérifications : des centaines de véhicules immobilisés, des documents confisqués et des passagers sans papiers obligés d’écourter leur voyage. Beaucoup payeront une amende forfaitaire pour échapper à la gendarmerie. ‘Cela ne réglera rien. Il nous faut surtout des véhicules sûrs’, lance le lieutenant-colonel.

Les curieux qui assistaient à l’opération pensent, toutefois, qu’il y a un non-dit dans ces contrôles. ’Nous pensons que la gendarmerie est informée d’une affaire de drogue ou de l’arrivée d’un grand caïd’, souffle un passant.

Najib SAGNA
Source: Walfadjri

Article Lu 1468 fois

Lundi 10 Septembre 2007


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State