Référence multimedia du sénégal
.
Google

Contentieux post-législatives à Saint-Louis : Le tribunal condamne Mame Fatou Kaïré

Article Lu 1496 fois

Dénouement dans l’affaire opposant Me Alioune Badara Cissé à Mame Fatou Kaïré. Après avoir entendu les parties, le tribunal a condamné la prévenue. Une décision que les avocats de la députée entendent contester devant la Cour d’appel.



L'ancien secrétaire général du gouvernement, Me Alioune Badara Cissé a eu gain de cause dans l'affaire l'opposant au député libéral Mame Fatou Kaïré. Le tribunal de Saint-Louis, jugeant contradictoirement à l'encontre de la prévenue Mame Fatou Kairé, l'a déclarée coupable du délit de diffamation contre Me Alioune Badara Cissé et l'a condamnée à deux mois de prison avec sursis et 500 000 francs d'amende ferme. En outre, le tribunal déclare recevable la constitution de partie civile de Me Alioune Badara Cissé et lui alloue la somme de 7 millions de francs à titre de dommages et intérêts. Dans la foulée, le tribunal a condamné Mame Fatou Kaïré à lui payer cette somme, ordonné l'exécution provisoire de la décision et fixé la contrainte par corps au maximum.
Lors de l'audience du tribunal correctionnel de Saint Louis du 9 août dernier, le procureur de la République avait demandé d'écarter les délits de dénonciation calomnieuse et d'injure pour ne retenir que le délit de diffamation contre la responsable libérale de la Langue de barbarie. Le ministère public avait requis six mois de prison avec sursis là où la partie civile demandait 1 milliard de francs de dommages et intérêts. Et le tribunal avait mis en délibéré jusqu'au 6 septembre 2007.

Interrogé après l'annonce de la sentence, le plaignant Me Alioune Badara Cissé a déclaré être ‘très fier’ de la justice de son pays. ‘Je rends grâce à Dieu de m'avoir blanchi devant les tribunaux du Sénégal, prenant à témoin le peuple sénégalais lui-même de la calomnie dont j'ai été victime de la part d'une personne qui avait allégué publiquement que j'avais donné des mots d'ordre de boycott et de vote contre la liste de la coalition Sopi aux législatives.

Lorsque les faits ont eu lieu, je m'en suis remis à la justice et aujourd'hui, je ne regrette pas mon option car me voilà vainqueur d'une affaire qui m'a causé beaucoup de torts. Je m'en réjouis parce que c'était un poids au cœur de constater que tout ce pourquoi j'avais œuvré au Pds, semblait se réduire comme une peau de chagrin’. Et ajoute-t-il, ‘le parti m'a inspiré par son silence, par sa complicité, en me laissant tout seul aller au charbon. Alors que j'ai tant œuvré pour que chacun d'entre eux, en ses différents éléments et en ses différentes composantes, puisse quand même émettre un témoignage qui aurait pu être favorable ou qui aurait pu m'empêcher d'aller le plus loin possible dans la recherche du blanchiment final auquel j'ai abouti par la voie des cours et tribunaux. Je vais quand même avoir l'obligation, la responsabilité de rééquilibrer mes rapports avec ce parti à qui j'ai tant donné et qui a fait défaut au moment où j'avais le plus besoin de ces tapes au dos fraternelles et amicales. L'enseignement que j'en tire, c'est le raffermissement avec ma base affective et ma famille’.

Pour Me Ciré Clédor Ly, qui a parlé au nom de sa cliente, ‘le verdict est contestable. Nous nous réservons donc le droit d'instruire l'affaire au niveau de la Cour d'appel de Dakar afin qu'elle rétablisse la vérité. Le 9 août, notre cliente ne s'est pas présentée, car elle était malade. Et malgré le certificat médical qu'on a présenté, nous n'avions pas pu la défendre. Si bien qu'il n'y a eu qu'un seul son de cloche, celui de l'accusation. Aussi, nous relevons que les délits de dénonciation calomnieuse et d'injure ont été disqualifiés alors que les faits de diffamation étaient retenus. Or la loi n'admet pas cela’, plaide l’avocat de la députée.

Sur un autre registre, Me Ciré Clédor Ly a fait noter que ‘si Me Alioune Badara Cissé a quitté son poste de secrétaire général du gouvernement, comme il semble le dire, c'est regrettable. On doit juger les gens non pas sur des évènements circonstanciels, mais sur ce qu'ils valent. Il y a eu un concours de circonstances malheureuses. Je connais bien Me Cissé et je crois qu'il a dû bien accomplir la mission qu'on lui avait assignée. C'est un homme compétent, sérieux, qui a de la valeur, un back-ground non négligeable. Il n'est pas encore fini politiquement’.

Après la bataille des urnes et de la représentativité relative aux législatives du 3 juin 2007, Me Alioune Badara Cissé avait pris l'option d'ester en justice contre la députée libéral Mame Fatou Kairé qui, selon ses dires, l’a accusé nommément, d'avoir trahi la liste de la coalition Sopi en ordonnant le boycott et des votes sanction au profit de la liste du Crc d'Aliou Dia. Me Cissé l’avait déclaré à l'occasion d'un point de presse tenu aux lendemains du scrutin. Et pour laver cet affront, il promettait ‘de tout mettre en œuvre, pour traduire devant la justice, Mame Fatou Gui Kairé qui est instrumentalisée par des cagoulards qui n'ont pas le courage de (l)'affronter.’ Il devait, quelque temps après, quitter l'attelage gouvernemental des suites d'un remaniement ministériel qui a vu l’arrivée de Cheikh Adjibou Soumaré, en remplacement de Macky Sall.

Gabriel BARBIER
Source: Walfadjri

Article Lu 1496 fois

Vendredi 7 Septembre 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State