Référence multimedia du sénégal
.
Google

Conseil pour le respect de l'éthique et de la déontologie : Kader Diop tire un bilan mitigé

Article Lu 11108 fois

Va-t-on vers un renforcement du Conseil pour le respect de l'éthique et de la déontologie (Cred) dans les médias ou vers la mise sur pied d’un Ordre des journalistes ? C’est la problématique sur laquelle s’est penché, hier et aujourd’hui, le patronat de la presse dont les avis étaient partagés quant à la possibilité de trouver des consensus, notamment après que le président du Cred, Kader Diop a brossé un bilan mitigé de sa structure.



Conseil pour le respect de l'éthique et de la déontologie : Kader Diop tire un bilan mitigé
‘Le Cred, qui était vu comme un tribunal, a échoué dans la mission qui était la sienne, à cause d'une non-appropriation de la structure par les journalistes’, a avoué hier son président Kader Diop. Ce dernier qui s’exprimait lors de la cérémonie d'ouverture d'un séminaire de deux jours, organisé par le Syndicat des professionnels de l'information et de la communication (Synpics) en partenariat avec l’Organisation internationale de la Francophonie (Oif), a tiré un bilan mitigé du fonctionnement de la structure qu'il dirige. Un séminaire qui avait pour thème : ‘Faut-il renforcer le Cred ou promouvoir la mise sur pied d'un Ordre des journalistes ?’
En plus de la non-appropriation de sa structure par les journalistes, qu’il déplore, Kader Diop pointe du doigt les autorités qui n’ont pas respecté leur engagement envers le Cred qui n’a pas bénéficié, comme prévu, des 5 % de l'aide à la presse. En outre, selon Kader Diop, la responsabilité incombe également aux patrons de presse qui ne se préoccupent que de leurs intérêts, quand il s'agit de distribuer l'aide à la presse. De même, le président du Cred a noté l’absentéisme des membres du bureau lors des réunions. Non sans remettre en cause les statuts du Cred en donnant l'exemple de son rapporteur général qui, en cas d’absence, n'a pas de remplaçant. ‘Depuis sa création en 1999, il n'y a pas eu d'assemblée générale pour renouveler le bureau du Cred’, déplore Kader Diop.

Toutefois, le point de vue du président du Cred n’est pas partagé par certains participants. Président du Comité national du dialogue social (Cnds), Youssoupha Wade a exprimé son désaccord à Kader Diop, estimant qu'avec tous les investissements consentis, on ne saurait être négatif à ce point. Dans la même lancée, Ousmane Djité, membre du bureau du Cred, a reproché à Kader Diop sa vision ‘très négative’ du bilan du Cred. D’après lui, le Cred a servi de référence à beaucoup de pays qui ont créé des structures similaires aussi bien dans la sous-région qu'en Europe. ‘Le Cred fut le premier à lancer le débat de la libéralisation du secteur audiovisuel en 2002’, a rappelé pour sa part, Mme Nanténé Coulibaly Seck de la Fondation Fredriech Ebert.

‘Nous n’avons pas un rapport exhaustif et crédible du Cred, pour dire exactement ce qu’il a fait et ce qu’il n’a pas fait et en quoi nous pouvons améliorer’, signale le journaliste Chérif Elvalide Sèye. Ce dernier qui se veut pragmatique trouve qu’il faut en parler. Et de proposer qu’au sortir du séminaire, il y ait en plus du Cred, un autre Comité qui va faire un travail plus systématique. Ce, notamment pour dire ce que le Cred a apporté ou non dans un document qui sera proposé à temps et sur lequel il faudra réfléchir en assemblée plus informée.

Pour la secrétaire générale du Synpics, Diatou Cissé, il s’agit de voir quels sont les préalables à remplir pour que la structure qui va être mise sur pied n’ait pas le même sort que le Cred qui est en train d’être re-dynamisé ou reformulé.

En tout cas, va-t-on vraiment vers un renforcement du Cred ou vers la mise sur pied d’un Ordre des Journalistes ? Le consensus du patronat sera-t-il trouvé aisément ? La fin des travaux prévue aujourd’hui nous édifiera certainement. Surtout, quand Latif Coulibaly se demande si, ‘originellement, il n’y a pas eu trop d’ambition pour le Cred’. Le patron de l’Issic trouve, entre autres, que la Commission de la carte nationale de presse ne fait pas son travail. A ses yeux, le Cred va avoir du mal à fonctionner. ‘Je ne veux pas anticiper sur la notion d’Ordre. Par contre, je voudrais bien qu’on soit édifié sur un point : est-ce que le Cred ne pourrait pas être reconnu comme une association d’utilité publique. Ce serait peut-être un moyen de renforcer davantage la légitimité du Cred et d’oublier un peu la notion d’Ordre qui, pour moi, est une horreur !’, a lancé Latif Coulibaly.

Joseph DIEDHIOU
Source: Walfadjri

Article Lu 11108 fois

Mercredi 29 Août 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State