Référence multimedia du sénégal
.
Google

Condamné à 3 ans ferme Ahmet Sy avait violé la fille de son ami âgée de 15 ans

Article Lu 1618 fois

Le sieur Ahmet Sy, âgé de 50 ans, a franchi le rubicond en fricotant avec la fillette de son ami. De surcroît une gamine âgé de 15 ans. Il attend que les parents de la victime soient absents pour s’introduire dans la maison afin de roucouler avec la gamine jusqu’à l’enceinter. Le maniaque a reconnu les faits devant la barre du tribunal. Il a été déclaré coupable et envoyé en prison pour 3 ans. En sus de la condamnation, il est contraint à payer la somme de 300.000 francs à titre de dommages et intérêts aux parties civiles.



Un pire maniaque, c’est ce qu’est le sieur Ahmet Sy. Ce dernier qui est âgé de 50 ans, n’a rien trouvé de mieux à faire que de fricoter avec la fille de son ami Y. S. Pourtant, c’est une amitié sincère que le lie avec la famille de la petite M . S. Pis, sa victime a grandi devant lui et il pourrait être son gand-père car étant plus âgé que le père de la fille. Mais, il est tout simplement un sans- cœur. Son modus opérandi consistait à s’introduire dans la maison des Sarr lorsque la jeune M. S. était toute seule avec son petit-frère de quelques mois que lui confiait sa maman pour aller au marché ; ensuite il tenait en respect sa «proie» à l’aide d’un couteau avant de l’obliger à coucher avec lui. Mais sa mascarade finit par être sue de tous, car la fillette est tombée enceinte au mois d’avril dernier. Il sera arrêté puis transféré à la prison de Saint-Louis en attendant son jugement devant le tribunal correctionnel. La victime a révélé devant la barre que son bourreau a eu trois rapports sexuels avec elle et à chaque fois qu’il venait vers elle, il s’armait d’un couteau pour la tenir à respect avant de la violer. «Il attendait que ma mère parte au marché et que je sois dans la chambre de mon père pour dorloter mon petit frère pour me violer. Il avait un couteau et j’avais peur de le dénoncer car il avait menacé de me tuer si je parlais», a révélé la jeune M. S. avant de préciser : «Je n’ai connu que lui, et d’autres garçons ne me fréquentent pas. C’est lui l’auteur de ma grossesse. Si j’ai accepté de me donner à lui, c’est parce qu’il me menaçait avec un couteau». Le maniaque, qui a tenté de nier, pressé de questions, finit par admettre la vérité et surtout par réitérer les déclarations qu’il avait tenues lors de l’enquête préliminaire et devant le procureur. Cependant, il note qu’il a entretenu un seul rapport sexuel avec la fille et reconnait qu’il a eu tort. «Mon épouse m’a quitté l’hivernage dernier (il y a presque un an), mais c’est M.S qui me demandait souvent de l’argent et, en contrepartie, je faisais l’amour avec elle. Je sais que j’ai mal agi car son père est mon ami », se contente de dire le prévenu. Et de chercher un refuge : «elle n’était pas vierge et elle était consentante à l’acte sexuel», se défend le maniaque. Mais la maman de la victime a révélé devant le tribunal que le bourreau de sa fille avait habitude de fréquenter la maison et qu’elle lui a souvent intimé l’ordre de vider les lieux car les hommes étaient absents et en plus elle devait s’absenter. Mais à l’en croire, celui-ci refusait d’obtempérer. Avec cet entêtement, ce qui devait arriver arriva. Le parquet, dans ses réquisitions, s’est appesanti sur l’âge de la fille et surtout des rapports amicaux que le maniaque entretenait avec les parents de la victime. Selon le maître des poursuites, le prévenu a profité de l’hospitalité de son ami pour violer sa fille. Et pis, dira le parquet, il a profité de la minorité de sa victime : autrement dit, celle-ci ne saurait consentir. En plus, le procureur précisera que rien ne prouve en l’espèce que la victime n’était pas vierge car cela résulte des seules déclarations du prévenu. Mieux la victime a soutenu le contraire. Par conséquent, le représentant du ministère public a requis 4 ans de prison ferme contre le mis en cause. Le tribunal a déclaré le violeur coupable avant de le condamner à 3 ans de prison ferme. Et reçoit la constitution de la partie civile à qui il alloue la somme de 300.000 francs.

Source: L'observateur

Article Lu 1618 fois

Vendredi 22 Juin 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State