Référence multimedia du sénégal
.
Google


hh



Comment réaliser un bon mémoire de fin d'études ?

Vous faites certainement partie de ceux qui ont perdu le sommeil depuis quelques mois à cause de la rédaction de votre sujet de mémoire. A l'approche des dates de soutenances, le stress se lit sur le visage de certains d'entre vous. Bref c'est le bord… dans votre tête.



Comment réaliser un bon mémoire de fin d'études ?
Pour vous aider à aborder sereinement cette étape culminante de votre formation, 100%campus est allé à la rencontre de M. Tamsir Amadou seck, sociologue ¬consultant. Il enseigne entre autres la Méthodologie de la recherche et du mémoire dans plusieurs grandes écoles de Dakar.

Comment définirez-vous le mémoire de fin d'études, surtout pour les écoles de formation professionnelle ?


C'est une question vaste qui mérite de larges développements. Mais je vais résumer. On distingue deux types généraux de recherche : la recherche fondamentale orientée vers la connaissance théorique, la connaissance scientifique d'une part et, d'autre part la recherche appliquée tournée vers l'application pratique et à visée pragmatique. Le mémoire professionnel est un genre hybride car il n'est pas complètement un travail de recherche universitaire académique fondé sur un état des lieux exhaustif des travaux antérieurs en vue de produire une connaissance nouvelle. Il n'est pas un rapport de stage axé sur l'analyse d'expériences dont l'ossature est constituée des observations consignées durant le séjour en milieu professionnel. Lieu de tension entre la théorie et la pratique, le mémoire professionnel est à mi-chemin entre un mémoire de recherche et un mémoire d'analyses d'expériences. Il permet une confrontation des acquis théoriques avec les pratiques professionnelles, d'une découverte des référents d'une profession et des aspérités du réel que les constructions abstraites des auteurs avaient gommé. La réalisation du mémoire professionnel requiert donc le refus de l'application dogmatique des outils conceptuels issus de la formation et l'empirisme aveugle. C'est un exercice dont la finalité est de produire un praticien réflexif, un professionnel capable d'analyse distanciée, c'est-à-dire apte à naviguer entre la nécessité d'un recours aux éclairages théoriques et l'exigence d'une prise en compte des contraintes de mise en œuvre des outils théoriques, en l'occurrence les données socio-organisationnelles.
Plus concrètement, réaliser un mémoire professionnel c'est avoir la capacité d'adopter la posture d'un Expert, Or l'expert est celui qui est capable d'identifier un problème dans la réalité sociale, de repérer des dysfonctionnements organisationnels, de les diagnostiquer puis de sélectionner dans sa « boite à outils intellectuels » les remèdes les plus appropriés, les plus pertinents pour résoudre le problème identifié.
« En réalité ce que l'on cherche à évaluer durant les soutenances de mémoire, c'est la rigueur dans le raisonnement, la finesse et la précision du diagnostic, mais surtout la cohérence et la pertinence des solutions recommandées par l'étudiant. Les recommandations doivent être opérationnelles et en résonnance avec le diagnostic posé».

Quels sont les critères de choix d'un sujet de mémoire ?

Le choix d'un sujet de mémoire est une anticipation sur des opportunités professionnelles, sous cet angle l'étudiant se projette par rapport à un « à venir » professionnel qu'il escompte. Ainsi le mémoire de fin d'études devient un moment d'approfondissement d'un pôle de spécialisation, d'acquisition d'outils opérationnalisables dans le champ professionnel. C'est donc un jalon essentiel dans le cheminement vers le marché de l'emploi.

«Quoi qu'il en soit mettez en cohérence le choix de votre sujet avec votre avenir professionnel »

Comment surmonter les difficultés liées à l'accès à l'information en entreprise ?

La réalisation d'un mémoire est un parcours semé d'embûches. Ces difficultés participent à la formation de l'étudiant en lui exigeant détermination, abnégation et persévérance dans l'effort. Je pense qu'il urge de développer au Sénégal des relations de coopération plus étroites entre le système de formation et le monde des entreprises. On pourrait imaginer par exemple des systèmes de parrainage pour faciliter l'accueil des étudiants au sein des entreprises. C'est à dire désigner expressément une personne ou un groupe de personnes dont le rôle serait d'accueillir et d'orienter les étudiants vers l'information utile et dont le traitement dans le cadre du mémoire pourrait en retour bénéficier à l'entreprise. Tout ceci bien entendu sous réserve de respect de clauses de confidentialité quand la situation l'exige.
Il convient de noter que certaines réticences des entreprises tiennent à l'attitude des étudiants.. Sachez que lorsque vous êtes en quête d'information, il faut nécessairement travailler la relation de confiance avec les personnes que vous trouvez en entreprise. L'étudiant doit faire preuve d'humilité et ne jamais baisser les bras face à la première difficulté.

Comment gérer l'emploi du temps de son encadreur?

Il est de la responsabilité de l'établissement d'affecter à chaque étudiant un encadreur ayant les qualifications pour comprendre et maîtriser le sujet traité par l'étudiant. Son rôle est de guider et d'orienter le travail de l'étudiant. En même temps il doit veiller à ce que le directeur de mémoire accorde un minimum de temps et d'attention à l'étudiant.
Cependant il faut noter que ce n'est pas l'encadreur qui fait le mémoire à la place de l'étudiant. Evitez une relation de dépendance trop forte à l'égard de votre encadreur, Ils doivent être capables de mener leurs investigations en toute autonomie et de considérer les rencontres avec l'encadreur comme des moments d'échanges sur des productions soumises à approbation.

Le mot de la fin ...

Pour finir nous disons aux étudiants de résister aux obstacles qui ont pour noms accès difficile aux états financiers d'une entreprise, rendez-vous manqués, moyens matériels et financiers limités, troubles de sommeil, etc. Il faut surtout se prémunir contre les jugements de valeur et les barrières socioculturelles en faisant preuve de neutralité axiologique comme le préconisait Max weber. Dans cet exercice, l'étudiant est un chercheur qui doit nécessairement adopter une démarche scientifique. Or selon Gaston Bachelard « le fait scientifique est conquis, construit et constaté ». Donc la démarche scientifique repose sur trois actes : la rupture épistémologique, la construction par un raisonnement logique et la constatation par des données empiriques. Lorsque cette démarche scientifique habite l'étudiant, il est certain qu'il fera un bon mémoire et en sortira grandi à la fois sur le plan personnel et professionnel.

SOURCE : 100% CAMPUS Propos recueillis par B.E.N


Jeudi 24 Mai 2012



Nouveau commentaire :
Twitter








Plateforme d’information et d’intéraction a temps réel
Optimisé pour être vu en 1024x768 I.E. 6.0 ou plus récent

Info sur Xibar.net | Conditions d'utilisation | Données personnelles | Publicité | Aide / Contacts |
Copyright © 2007 Xibar multimedia Tous droits réservés