Référence multimedia du sénégal
.
Google

Comment Obama a révisé sa stratégie en Afghanistan

Article Lu 11123 fois

Barack Obama est un formidable commandant en chef, ou bien il a d’excellents conseillers qui savent très bien “briefer” les journalistes. Ce dimanche, le New York Times et le Washington Post publient deux très longues enquêtes revenant sur les dix réunions depuis septembre qui ont mené le président américain à réviser sa stratégie en Afghanistan.



Comment Obama a révisé sa stratégie en Afghanistan
Le portrait en creux qui en ressort est celui d’un président “insatiable d’informations”, qui n’hésite pas à poser toutes les questions les plus dérangeantes et même à changer d’avis, mais qui sait aussi trancher. Un président plus que parfait. Devant un graphique qui montrait le déploiement prévu des renforts américains en Afghanistan ces dix-huit prochains mois, Barack Obama a eu la phrase décivise, qui sera peut-être un “tournant” dans l’histoire de sa présidence, avance déjà Peter Baker du New York Times : “Je veux qu’on pousse ça vers la gauche” a déclaré le président. Les renforts américains devront arriver plus vite en Afghanistan, pour pouvoir être aussi retirés plus tôt, signifiait-il là.

Pour en arriver à cette décision historique, annoncée mardi (un nouveau renfort de 30 000 hommes, mais qui devront commencer à repartir d’Afghanistan dès juillet 2011), Barack Obama n’a pas hésité à remettre en question tous les fondamentaux de cette guerre, montrent bien ces deux enquêtes. “J’oserais dire que personne n’est ressorti de là comme il y était entré” a confié au Washington Post le conseiller à la sécurité nationale, James L. Jones. Au début du processus, le général Stanley McChrystal, commandant des troupes américaines en Afghanistan, considérait encore que sa mission était de “vaincre les talibans” et “protéger la population”. “Nous n’avons pas besoin de faire ça. Ce serait un engagement sans fin, pour toujours” lui a expliqué le secrétaire à la Défense Robert Gates. Consulté sur ce point, Barack Obama a reconnu l’inflexion : “Pour être juste, c’est ce qu’on avait demandé au commandant de faire. La question est maintenant : ne lui avons-nous pas ordonné de faire plus que ce qui est réaliste ?” (citation reconstituée par le Washington Post)

Même avec 30 000 hommes de plus, le but est maintenant plutôt d’assurer que les talibans “ne menacent plus la survie du gouvernement afghan”, indique le Post. La situation au Pakistan a bien sûr été aussi un argument fort, Barack Obama rappelant que le nombre de troupes envoyées en Afghanistan importe peu tant que le pays voisin reste un refuge pour les insurgés. Une des études commandées durant le processus de révision portait sur la vulnérabilité des armes nucléaires pakistanaises et leur contrôle si le gouvernement venait à tomber à Islamabad, rapporte le NYT. Comme on le savait déjà, la fiabilité du gouvernement afghan fut aussi une question récurrente. Le général Petraeus a eu une belle formule, lors d’une de ces réunions, parlant du gouvernement Karzaï comme d’un “syndicat du crime”.

En résumé, pas de révélations fondamentales, mais plein de détails, comme le zèle déployé par Hillary Clinton. La secrétaire d’Etat, qui aurait bien voulu se trouver à la place d’Obama, dans ce fauteuil de président, a pris grand soin de se montrer parfaitement préparée à toutes ces réunions, souligne le New York Times. Elle a posé des “questions difficiles” sur l’entraînement des troupes afghanes, sans se gêner d’empiéter sur les plate-bandes du Pentagone. Après un exposé très convaincant du Pentagone, à base de cartes en couleurs, elle a intimé à ses conseillers : “Il nous faut des cartes”. Barack Obama est vraiment un bon président : sa rigueur fait des émules…

Source liberation.fr/ Sen24heures.com

Article Lu 11123 fois

Lundi 7 Décembre 2009





1.Posté par domu rewmi le 07/12/2009 12:14
Barak Obama est entrein de marcher sur les pas de Bush avec ce renfort de millier d'hommes. Cette guerre déclenchée en toutr illégalité a fini de transformer un état souverain en vaste terre de malheur. Avec une bonne formation, les afghans peuvent bien assurer leur sécurité, les envahisseurs alliés à la solde des USA ne réussiront jamais leur mission à savoir contrôler le Moyen Orient. Le comité Nobel de la paix s'est lourdement trompé en décernant à Monsieur Obama le prix alors qu'il n'a rien fait de concrtet pour la paix de ce monde car qui veut la paix ne prolonge pas la guerre. Le monde a besoin d'actes concrets et non des promesses à n'en plus finir.

2.Posté par 98 le 07/12/2009 13:41
u damn right

3.Posté par elhdji sow le 07/12/2009 14:32
de toute façon les americains y vont pour aider. a koi bon de dépenser des milliard sans resultat. oui vous allez me dire k c'est par interet. qui dans ce monde ne défend pas ses propres interets.

4.Posté par saura le 07/12/2009 16:37
ca c le salut nazi obama serait il nazi

5.Posté par lom le 07/12/2009 20:47
pourquoi doit on penser que c'est Obama qui apportera la paix dans le monde? c'est absurde y'a que DIEU qui peut donner la paix à ce bas monde mais pas une créature!!!!!!!!!!!!!!!!

6.Posté par Keita le 17/12/2009 10:04
Communiqué de presse de l’Ambassade de l’Etat de Palestine au Sénégal :




Israël continue de s’en prendre aux lieux saints palestiniens, chrétiens et musulmans




Israël a entrepris depuis le 23 Novembre 2009, de façon unilatérale des rénovations et des excavations et fouilles, au Saint-Sépulcre à Jérusalem-Est, capitale de la Palestine. Ces actes illégaux violent en effet le principe du statu quo religieux dans la ville. Ce nouveau scandale fait suite à celui des excavations sous la mosquée Al-Aksa. Gardienne des lieux saints à Jérusalem, la Jordanie a exigé d’Israël l’arrêt de ces violations.

Les responsables de l’Eglise en Palestine, la Custodie franciscaine de la Terre sainte, qui a la garde du Saint-Sépulcre, a précisé que ces agissements étaient «de la seule et entière initiative du Département israélien des Antiquités», qu’elle «n’a jamais demandé à ce dernier de faire ces travaux et [qu’] elle n’a pas donné non plus sa permission».

Cette politique unilatérale s’inscrit évidemment dans la stratégie d’annexion et de judaïsation de la Jérusalem arabe. Elle s’ajoute aux destructions de maisons palestiniennes, à la confiscation d’autres demeures par des colons israéliens, au développement massif des quartiers juifs et au retrait du droit de résidence à de nombreux habitants palestiniens.

De même, une mosquée de Cisjordanie, en Palestine, vient d’être vandalisée par des colons israéliens, cette nuit. Les vandales ont détruit des livres saints dans cette mosquée du village de Yassouf (au sud de Naplouse), tôt ce vendredi. Les suspects n'ont toujours pas été arrêtés. Les colons extrémistes s'en prennent aux Palestiniens et à leurs biens depuis se sentant protégé par le gouvernement extrémiste arrivé au pouvoir en Israël et son refus de geler la colonisation et les nouvelles constructions de colonies dans les territoires occupés palestiniens dont Jérusalem-Est.

L’Ambassade de l’Etat de Palestine au Sénégal condamne ces pratiques contraires aux Conventions de Genève comme aux résolutions des Nations unies, et exige de la Communauté Internationale qu’elle intervienne rapidement et fortement après du gouvernement Israélien pour faire cesser ces agressions impunies.




Dakar, le 11 Décembre 2009

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State