Référence multimedia du sénégal
.
Google

Cité Cpi : La proxénète et son amant risquent de lourdes peines

Article Lu 11772 fois


La société dite « Top Massage », avait recruté une dizaine de jeunes filles, pour des séances de massages ayant pour cadre deux salons situés en des lieux différends, l’un à Grand Yoff et l’autre au niveau de la cité Cpi. La patronne de la société, était une dame dénommée Coumba Sall, âgée d’une trentaine d’années, assistée de son amant Alassane Diassé qui la téléguidait dans les opérations. Ces deux personnes sans scrupule, ont utilisé l’antenne de la RDV pour faire passer une annonce gratuite. C’est par ce canal que la société Top Massage a pu appâter, au moins une dizaine de filles, lancées dans la prostitution clandestine. A la barre, le représentant du ministère public a requis 5 ans ferme contre la dame Sall, 3 ans ferme contre Diassé et un mois ferme contre chacune des filles. Ils seront fixés sur leur sort le premier juillet prochain.


Informé de cette activité sordide de la dame Coumba Sall et de son amant Alassane Diassé, la brigade de mœurs a pu anéantir cette funeste entreprise, dans la nuit du 23 au 24 courant. Dans la mêlée, une dizaine de jeunes filles, âgées de 20 à 30 ans. Ces filles ont été appâtées par la patronne Coumba Sall via la RDV, faisant état d’offres d’emplois. Déférés au parquet, les 11 femmes et le sieur Alassane Diassé ont comparu à la barre du tribunal des flagrants délits le 27 juin, afin de s’expliquer sur les circonstances de leur arrestation, et les faits qui leur sont reprochés. A la barre, se tenaient : Ndèye Khady Diagne, Nogoye Ndiaye, Fatoumata Baldé, Marie Thèresse Delgado, Fatoumatou Ndiaye, Fatou Bintou Guèye, Yaye Djouba Diop, Fatoumata Amadou Wellé, Mathida Badji. Interrogées à la barre, ces filles ont confirmé à l’unanimité les emplois que la patronne leur avait promis, en l’occurrence le massage d’hommes. Précisant par ailleurs qu’elles étaient contraintes d’obéir au règlement intérieur de la maison close ; à savoir, ne jamais prendre contact avec le client, ni à l’intérieur ni à l’extérieur de la maison, qu’elles doivent s’arrêter uniquement à leur tâche. Concernant la rémunération, elles ont également précisé au tribunal que la dame Coumba Sall leur avait fixé un salaire de 40.000 francs par mois. Interrogées sur le prix du massage, elles ont dit que certains clients payaient 35.000 francs la séance, qui ne dure que 15 minutes en principe. Sur les tenants et aboutissants dudit massage, les filles ont révélé que les choses pouvaient aller loin, très loin… Quant aux effets vestimentaires, les filles ajoutent qu’elles étaient habillées en petit pagne transparent, et d’un soutien-gorge. « Quelquefois, non nous réveillait à deux heures du matin pour masser des clients. Nous étions logées et nourries par la patronne », ont-elles confié. Certaines filles ont carrément affiché qu’elles venaient de régions de l’intérieur : Casamance, Thiès, Louga etc. D’autres disent qu’elles n’y ont fait que 15 jours. Mais ce qui est constant dans cette affaire, c’est qu’il y avait au moins des filles qui s’adonnaient à la prostitution clandestine, sous couvert de massage, en l’occurrence Ndèye Khady Diagne et Nogoye Ndiaye. Quant à la patronne, elle est passée aux aveux ; la dame Coumba Sall dira avoir appris cette profession de massage il y a deux ans de cela. Tout en confirmant que la somme totale de la location, était fixée à 35.000 francs par mois. Certaines filles ont été renvoyées, la dame Sall a tenu justifier le motif de leur renvoi, par le fait que ces filles avaient violé le règlement intérieur de la maison. Par ailleurs, la dame Sall a reconnu, avoir commis des erreurs. Concernant Alassane Diassé, la patronne dira qu’il était à ses côtés, uniquement pour l’assister dans cette tâche, louant au passage sa disponibilité. D’ailleurs, cela a été confirmé par le sieur Diassé, qui a expliqué au tribunal qu’il était venu l’assister, car elle a fait une chute sur les escaliers, et s’est fracturé la jambe droite, mais qu’il n’a jamais touché de l’argent, ni assisté aux séances de massage. Le procureur, dans son réquisitoire, dira que les deux prévenus, Coumba Sall et Alassane Diassé, sont poursuivis pour proxénétisme. Ajoutant que la dame Coumba Sall recrutait les filles pour les lancer dans la prostitution, sous couvert de massage, car les clients éjaculaient au cours des séances du massage. « Dès lors, elle et son amant tombent sous le coup de la loi. Les autres filles aussi tombent sous le coup de la loi, par défaut de carnet de santé. Pour la répression, je requiers 5 ans ferme contre Coumba Sall, 3 ans ferme contre Alassane Diassé, et un mois ferme contre les filles », a-t-il asséné. Le conseil de la fille Mathilda Badji, Me Abdou Thiam, a plaidé la non culpabilité de sa cliente, qui, dit-il, n’a débarqué de Ziguinchor que depuis 15 jours. « Elle cherchait un travail, et non se prostituer ; alors, je demande la relaxe », plaidera-t-il. Me Ismaïla Diagne, qui défendait la dame Nogoye Ndiaye, a plaidé le sursis. Les prévenus seront sur leur sort le 1 er juin prochain.

Source: L'office

Article Lu 11772 fois

Samedi 28 Juin 2008





1.Posté par personne le 01/07/2008 11:01
gorgni fay dem aussi koulene gueuneu thiaga

2.Posté par LE GRIOT le 03/07/2008 14:29
A LA FIN DE L'ARTICLE,IL EST DIT QUE LES PREVENU SERONT FIXES SUR LEUR SORT LE 1er JUIN HORS LES FAITS SE SONT DEROULES BIEN APRES CETTE DATE ET QUE L'ARTICLE EST DU 28 JUIN.2008
QUE NOS JOURNALISTES RELISENT CE QU'ILS ECRIVENT AVANT DE LEUR PUBLICATION.

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State