Référence multimedia du sénégal
.
Google

Cinq ans de travaux forcés déjà purgés : Amy Bop avait abandonné son bébé

Article Lu 1582 fois

La cour d’assises de Kaolack a condamné à cinq ans de travaux forcés la dame Amy Bop, accusée de délaissement de nouveau-né ayant entraîné la mort. Son frère Babacar Bop, qui avait brulé la chambre de sa sœur pour la punir de ce « déshonneur » jeté sur la famille, s’en est sorti avec un mois assorti du sursis.



Amy Bop est née en 1973 à Ndangane Sambou (département de Fatick). Issue d’une famille religieuse de pêcheurs, elle est célibataire mais mère de deux enfants. A la suite des nombreuses sorties avec son copain pêcheur Khamad Ndong du village de Moupar (près de Gandiaye) avec qui elle se la coulait douce à chaque fois, Amy avait fini par tomber enceinte. Et c’est le 30 mars 2001, qu’elle commença à sentir des douleurs atroces. Elle s’enferma seule dans sa chambre où elle accoucha, sans assistance, d’un bébé de sexe féminin.

A la suite de cette étape douloureuse, elle enveloppa le nouveau-né, vivant et bien portant, avec un pagne pour aller le délaisser à la plage, située à l’entrée du village. Le lendemain matin, des hommes qui se promenaient découvrirent à leur grande surprise le nouveau-né. Ils alertèrent les villageois avant que le bébé soit évacué d’urgence au poste de santé de Ndangane Campement où il reçut les premiers soins. Il fut ensuite acheminé au service de la pédiatrie du district sanitaire de Joal où, malheureusement, il décéda le même jour, vers 19 heures. La gendarmerie saisie de l’affaire, diligenta aussitôt une enquête sur les lieux qui permit d’appréhender Amy Bop. Interrogée par les hommes en bleu, elle ne trouva aucune solution que de passer à la trappe en reconnaissant son acte odieux.

Son frère Babacar Bop se sentit déshonoré par le geste de sa sœur. Et pour châtier celle-ci de l’opprobre jetée sur la famille, il ne trouva rien d’autre que d’asperger la chambre de sa sœur avec de l’essence avant d’y mettre le feu. Il fut arrêté par la gendarmerie et déféré, tout comme sa sœur, puis mis sous mandat de dépôt, au terme de leur garde-à-vue. Traduits hier devant la Cour, ils ont reconnu les faits qui leur sont reprochés. Cependant, chacun a regretté profondément son acte criminel commis par manque de lucidité. Convaincu de la culpabilité des accusés, l’avocat général Mame Cor Ndour a retenu la culpabilité d’Amy Bop des faits de délaissement d’un nouveau-né dans un lieu solitaire ayant entraîné sa mort. Le parquet a également déclaré coupable Babacar Bop d’incendie volontaire. Et pour la répression, il a requis une peine de sept ans de travaux forcés pour Amy Bop et une peine équivalente à la durée de détention en prison de Babacar Bopp qui avait déjà bénéficié d’une liberté provisoire en juillet 2001. Quant aux avocats, ils ont plaidé pour des circonstances atténuantes et sollicité la clémence de la justice. Mais le verdict rendu hier par la Cour a condamné Amy Bopp, âgée de 34 ans, à cinq ans de travaux forcés et Babacar Bopp, à un mois assorti de sursis. La condamnée, en détention préventive depuis le 2 avril 2001, recouvre la liberté.


MOHAMADOU SAGNE
Source: Le Soleil

Article Lu 1582 fois

Jeudi 21 Juin 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State