Référence multimedia du sénégal
.
Google

‘Chronique d’un pillage organisé’ à la Lonase

Article Lu 1465 fois


En 1982, le journaliste français Patrick Meney publie, aux éditions La Table Ronde, un ‘panorama de la délinquance en Urss’. Ses observations détaillées forment alors la matière de La Kleptocratie, terme qu’il utilisa pour désigner un ‘système politique où une ou des personnes à la tête d'un pays pratiquent à une très grande échelle la corruption’. En 1991, le même terme apparut dans une lettre adressée à l’opposition sénégalaise par le président Mamadou Dia. ‘Une classe politique corrompue ou de mœurs laxistes ne peut qu’engendrer un régime de caractère cleptocratique ou, à tout le moins, malthusien’, écrivait-il. La nuance orthographique, entre le substantif et l’épithète, suscite une petite recherche sur la vraie paternité du concept, sans éluder la préoccupation de bonne gouvernance démocratique commune aux deux auteurs. Dia, pour sa part, a une fois encore les preuves de la grande corruption qu’il conspua avec la grande sincérité politique qui est la sienne. C’est le journaliste d’investigation bien de chez nous, Abdou Latif Coulibaly, qui les lui offre dans la Chronique d‘un pillage organisé, titre annonciateur d’une troublante lettre, sur la gestion de la Loterie nationale sénégalaise (Lonase), adressée au président de la Commission de lutte contre la corruption (Clc). Mais pour avoir surtout fourni les nouvelles preuves de la corruption à grande échelle que le président Wade, le professeur Sakho et ses collaborateurs de la Clc, la société civile et les juges feignent encore d‘ignorer, l’œuvre journalistique de Latif requiert une lecture attentive et l’amplification par les citoyens de l’interpellation et de la sommation implicite d’agir de concert avec tous les démocrates pour mettre hors d’état de nuire les nouveaux ‘placeurs d’enchères’ et leur parrain.
‘(…) Je voudrais inviter nos éminents compatriotes qui se sont érigés en critiques, sans que l'on sache d'où ils tirent leur légitimité, à dénoncer plutôt des faits de corruption que de s'adonner à des jugements globaux. Je les invite à créer avec nous, au-delà d'un simple observatoire, une commission qui aura le droit de recevoir les dénonciations et de faire des recherches en cas de faits allégués de corruption. Ils aideraient plus positivement notre pays, en nous aidant à extirper la corruption qui, sans conteste, existe au Sénégal, comme ailleurs, la différence étant que nous, nous avons la volonté de la combattre. Pour donner à cette commission un brin de légitimité, il serait souhaitable que ses membres soient des références en matière de probité, en publiant, par souci de transparence, une déclaration de fortune avec indication de l'origine des biens’, a déjà laissé entendre Abdoulaye Wade. Comme le montre ce passage de l’adresse présidentielle du 31 décembre 2002 à la Nation, le président Wade fixa lui-même la méthode de lutte qu‘il considéra la meilleure pour le pays. Formé pour enquêter et informer le public, le citoyen Abdou Latif Coulibaly s’y conforma dans une démarche qui a le mérite scientifique de conquérir des faits de corruption sur une simple vue de l’esprit. Si une adresse présidentielle et la déclaration publique sur l’honneur qu’elle représente avaient encore un sens, la seule idée d’une ‘mission’ que l’actuel directeur général Baïla Alioune Wane dit ‘conduire’ à la tête de la Lonase et ‘dont une partie consiste à fournir des fonds détournés des caisses de sa société au profit [du Parti démocratique sénégalais] et de ses candidats’ - en commençant naturellement par le premier des libéraux - devrait obliger Abdoulaye Wade à réagir dans le sens qu’il indiqua lui-même. Pour la même raison, le président Wade ne saurait se soustraire de l’obligation d’enquêter quand la chronique, soigneusement élaborée, de Latif permet d’établir qu’au titre de la ‘mission’ de M. Wane une bagatelle de ‘2, 006 milliards’ de nos francs a été volée à la société d’Etat entre le 16 juillet - date à laquelle Baïla Alioune Wane s’installe dans ses fonctions de Directeur général - et le 25 juin 2007, quatre mois après l’élection présidentielle controversée du 25 février 2007. Nous ne rendrions pas un service aux lecteurs potentiels du travail d’investigation de Latif si nous ne leur laissions pas le soin de se faire leur propre idée en épluchant, chapitre après chapitre, la ‘longue lettre’ du journaliste. C’est seulement ainsi qu’ils s’apercevraient comment un ‘Dg veinard’ allie jeux et fraude, festoie avec les amis et les siens, signe des contrats de complaisance, invite un prédateur étranger, du nom de Paul Bénichou, au festin, surfacture, ‘licencie d’un côté et embauche de l’autre’, sape la bonne gouvernance et fragilise la démocratie pluraliste.

Pour avoir agrégé les sommes d’argent dont l’utilisation, par la direction actuelle de la Lonase, a été suspecte, Abdou Latif Coulibaly est arrivé à un montant global de 5 milliards de francs Cfa porté à la connaissance du président de la Commission de lutte contre la corruption... Cette fois au moins, la commission de M. Sakho dispose de preuves lui permettant d’opposer le ‘grand diseux’ de décembre 2002 au ‘petit faiseux’ toujours juché au sommet de l’Etat.

Mais la commission n’est pas la seule à devoir joindre l’acte à la parole. En mars 2007, le Front d’action de la société civile sénégalaise (Facs) rendait public son rapport sur l’intervention de la société civile pour l’audit du fichier électoral. Dans ledit rapport, le Facs constate que ‘la victoire du président [Wade] au premier tour [de l’élection présidentielle du 25 février 2007] a suscité beaucoup de commentaires liés à l’achat des consciences dont l’ampleur semble diversement apprécié’. Forts de ce constat, les rapporteurs promirent que ‘si ces soupçons sont avérés, la société civile sénégalaise devrait se préparer à ouvrir de nouveaux chantiers dans la moralisation et l’assainissement du jeu politique afin que le rôle de l’argent dans ce domaine soit de moins en moins déterminant’. Le contenu de la lettre de Latif à la Commission de lutte contre la corruption astreint le Facs à tenir sa promesse sous peine de perdre la crédibilité qui lui valut les concours financiers des ambassades du Canada et de Suisse et de la Mission de la coopération du Grand-Duché de Luxembourg pour la mission d’audit au terme duquel les rapporteurs reconnaissent qu‘‘il est difficile d’établir une conclusion unanime sur la fiabilité ou non du fichier’ électoral.

Que faut-il attendre de la ‘Grande silencieuse’, expression forgée par le président Wade pour qualifier le pouvoir judiciaire sous son régime ? Si le juge des élections avait encore le souci de l’égalité des chances entre les candidats d’une même élection, il se souviendrait, dès qu’il aura fini d’éplucher la lettre de Latif, qu’au Sénégal, la loi, non abrogée, n° 2000-22 du 07 février 2000, interdit ‘l’utilisation des biens ou moyens publics aux fins de [la] campagne [électorale] sous peine de sanctions pénales prévues par le (…) Code [électoral]’.

L’interpellation concomitante d’un si grand nombre d’instances de décision et la sommation implicite d’agir faite à chacune d’elles posent le problème même du mode de dévolution du pouvoir au Sénégal. Les résultats de l’enquête d’Abdou Latif Coulibaly montrent que le mode, quasi parfait en mars 2000, de dévolution démocratique du pouvoir politique a, au bout de sept ans seulement, définitivement changé de nature. Le Sénégal est à vendre ! L‘érection, sur les cendres du Parti démocratique sénégalais (Pds), du ‘grand parti présidentiel’ coïncidera avec l’état de maturation d’une kleptocratie entre les mains de jeunes placeurs d’enchères incompétents, mais entourés d’hommes et de femmes qui, de reniement en reniement, ne trouveront qu’une explication sommaire à leur raison d’être et se tiendront prêts pour accomplir, tels des collaborateurs sous l’Occupation, les pires besognes. Dans ce contexte, l’idée, distillée par le socialiste Ousmane Tanor Dieng, d’une pédagogie de la révolution, supérieure au désordre de la révolte, n’a de sens que lorsque des modalités transparentes de financement contribuent à son incubation et à son triomphe. Une chose est sûre : avec Abdoulaye Wade, le Sénégal ne fera pas encore longtemps l’économie d’une grande confusion. Tous les honnêtes gens doivent se tenir prêts pour défendre la Liberté et la Démocratie.

Abdoul Aziz DIOP Politologue
Source: Walfadji

Article Lu 1465 fois

Mercredi 25 Juillet 2007





1.Posté par MARVEL le 25/07/2007 18:12

Abdou Latif Coulibaly, un exemple de courage et de patriotisme

Bernard Pivot nous dit qu' "Un intellectuel inconscient ou démissionnaire n'est plus qu'un pauvre type."
Il y'a malheureusement beaucoup de pauvres types au Sénégal qui se complaisent dans cette position d'élément de la fameuse "majorité silencieuse" évacuant par la même occasion les risques d'attirer l'attention sur leur personne et continuer de profiter de leur situation de ni blanc ni noir. Ce que nous attendons de nos intellectuels sénégalais, c'est ce que Abdou Latif Coulibaly a toujours fait, informer, aider à comprendre, éveiller, réveiller, dénoncer, etc…., malgré tous les risques et désagréments qu'une telle mission cause à son auteur sous un régime des plus mafieux que celui de Wade.

C'est parce que Abdou Latif Coulibaly a conscience que Dieu ne lui a pas conféré une telle intelligence qui lui a permis de développer ses talents en investigation et en écriture, pour qu'il ne les exploite pas ou qu'il les exploite à mauvais escient comme le font ces autres intellectuels de mauvaise graine qui ne mettent leur savoir qu'au service du vice, moyennant espèce bien sonnante et trébuchante.

L'on ne peut s'empêcher de s'incliner devant le courage de Abdou Latif Coulibaly qui en journaliste et homme public a toujours assumé ses propos et sa position. Alors qu'il lui était si facile de passer la langue là où ça gratte à Wade pour lui aussi bénéficier d'une partie de l'immense butin de l'alternance et construire quelques unes de ces fameuses villas qui poussent comme des champignons sur des terrains cédés aux franc symboliques à des politiciens ou souteneurs véreux et sans vergogne. Sont aussi à saluer des journalistes comme Madiambal Diagne qui subit les affres du régime wadien et de son appareil d'état parce qu'il a refusé de "coucher", de prendre cette enveloppe de 50 millions, ou de chanter des berceuses au maître de la corruption, de la magouille et des complots contre son propre pays. Ne prospère sous le régime Wade que ceux qui comme Sidy Lamine Niasse, Ndiogou Wack Seck, Bamba Ndiaye, Babacar Diagne, Mamadou Seye, etc….., ne s'embarrassent pas le moins du monde avec des concepts non lucratifs comme la foi, la dignité, la sincérité, le patriotisme, le professionalisme, l'honnêteté, etc….. Eux obtiennent sans trop de peine, licence, fréquence radio ou télé, financement, aide, don, dessous, etc….

De toutes les informations qui ont figuré dans les différents livres de Abdou Latif Coulibaly, aucune n'a a été démentie ni fait l'objet d'une quelconque preuve contraire. Celui-là même qui était accusé d'ignoble assassin et commanditaire de crime dans un des livres de ALC n'a rien trouvé d'autre que de déclarer à l'endroit de ALC qu'il ne le "mettrait pas en prison" pour l'avoir qualifié de tueur d'homme. Pourtant c'est ce même Abdoulaye Wade qui a fait emprisonner Barthélémy Dias parce qu'il l'aurait offensé en déclarant dans un espace privé en plus de cela qu'il est le plus vieux président au monde. C'est encore ce même Abdoulaye Wade qui a fait emprisonner JP Dias pour l'avoir traité de mécréant et d'assassin.

Mais quelle différence peut-il bien y avoir entre "assassin" dit par JP Dias, et "assassin" carrément écrit par ALC ? La seule différence est que ALC l'a démontré et a même fait témoigner celui parmi ceux que Wade a armé pour exécuter la victime.

Après "Wade, un opposant au pouvoir, l'alternance piégée"
Après "Meurtre sur commande"
Après "Une démocratie prise en otage par ses élites"
Le très sombre système Wade est à nouveau dépeint dans ce dernier livre qui ne manquera pas de pousser encore plus loin les limites de l'indignation des sénégalais qui restent si silencieux, alors que le plus petit du lot incommensurable des scandales sous Wade est l'équivalent du Watergate ou de Clearstream.

Si tous les intellectuels jouaient leur rôle comme osent le faire des Abdou Latif Coulibaly, des Mouhamadou Mbodj (Forum Civil), Penda Mbow (Société civile), Abdou Aziz Diop (Politologue), et quelques autres compatriotes qui feraient la fierté de n'importe quelle nation, avec l'aide de ces quelques hommes politiques qui continuent à dire non à l'os tendu par Wade, le système cleptomanique wadien n'aurait jamais prospéré aussi facilement et aussi largement qu'il l'est aujourd'hui.

Merci encore Latif. Que le Tout Puissant te protège de ces charognes à qui tu rappelles chaque jour ce qu'ils valent. Tu as amplement rempli ton devoir vis-à-vis de ton pays. Tu as fait tout ce qu'il fallait pour éveiller les consciences, alerter le peuple, mettre à nu les pratiques mafieuses qui ne sont pas à la portée de tous. Aux sénégalais dans leur ensemble de reconquérir leur légitimité, leur dignité, leur djom, leur foula, leur patrie.


MARVEL
marvel@hotmail.fr

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State