Référence multimedia du sénégal
.
Google

Cheikh Tidiane Sy sur la gestion des inondations : ‘Les collectivités locales ne peuvent rien entreprendre sans le concours de l’Etat’

Article Lu 1941 fois

Le gouvernement s’est toujours manifesté aux côtés des collectivités dans la gestion des catastrophes naturelles. Et il en sera ainsi pour toujours. Tel est, en substance, le message délivré hier par le ministre de l’Intérieur.



Cheikh Tidiane Sy sur la gestion des inondations : ‘Les collectivités locales ne peuvent rien entreprendre sans le concours de l’Etat’
‘Il faut arrêter de semer la confusion entre le gouvernement et les collectivités locales. Il ne faut pas se faire d’illusion, les collectivités n’ont jamais, en elles-mêmes, mené des actions sans le concours de l’Etat. L’Etat a toujours appuyé les collectivités locales et il sera toujours à ses côtés’. Les précisions sont du ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur, de la décentralisation et des Collectivités locales. Cheikh Tidiane Sy, qui présidait hier une ‘Consultation régionale pour la préparation des inondations en Afrique de l’Ouest pour l’année 2009’, entend ainsi trancher le débat relatif à la responsabilité de la gestion des inondations entre Etat et collectivités locales.
Depuis 2005, le Sénégal fait face, chaque année, à des inondations. Avec entre autres localités de la banlieue Thiaroye Djeddah Kaw, Wakhinane Nimzatt, Khourounar, Gounass, qui sont toutes envahies par les eaux. Aujourd’hui, avec l’hivernage 2009 qui s’installe, la psychose des inondations plane toujours sur les populations de ces localités. La semaine prochaine se tiendra un atelier dans le cadre des préparatifs des inondations, sous la houlette du ministre de l’Intérieur. Pour ce dernier, cette rencontre sera une occasion de présenter les différentes stratégies mises en œuvre pour la gestion des catastrophes.

Interpellé sur le plan Orsec, Cheikh Tidiane Sy informe que ce plan ne peut être lancé que quand il est nécessaire. ‘Le plan Orsec intervient à un moment précis de la crise. On ne le lance pas avant’, avertit le ministre d’Etat, estimant qu’il ne s’agit pas tout le temps d’adopter une posture de réaction. A son avis, l’important est de pouvoir régler la problématique de l’adéquation entre la gestion des catastrophes et le volume de la qualité de sa mise en œuvre. ‘Quelquefois, c’est là que le bât blesse’, reconnaît le ministre de l’Intérieur. Tout en saluant l’initiative de cette rencontre initiée par l’Organisation des Nations unies des affaires humanitaires (Unocha) et la Fédération internationale des sociétés de Croix Rouge et du Croissant rouge (Ficr), le ministre d’Etat appelle à l’élaboration de plans stratégiques qui feront intervenir tous les acteurs. ‘Réponse globale, pluridisciplinaire pour une meilleure gestion de ces crises’, explique-t-il.

L’Afrique de l’Ouest et du centre est de plus en plus confrontée à des catastrophes naturelles sévères et fréquentes. Celles-ci menacent aujourd’hui les progrès socio-économiques enregistrés et remettent en cause les Objectifs du millénaire pour le développement. Cette situation, conjuguée à une pauvreté chronique et à des problèmes de gouvernance sérieux, a contribué à généraliser la vulnérabilité à telle enseigne que le moindre choc se traduit souvent en une crise humanitaire, souligne-t-on.

Chef du bureau régional Ocha, Hervé Ludovic de Lys estime que les catastrophes naturelles sont le résultat d’un impact négatif et inattendu des variations climatiques. Pour Youcef Ait Chellouche, l’important est de ‘faire des changements climatiques un discours à visage humain’.

PREVISIONS DE L’AGENCE NATIONALE DE LA METEOROLOGIE : Vers une pluviométrie déficitaire à normale

‘Pour cette année, nous nous attendons à une pluviométrie déficitaire à normale. Autrement, les quantités de pluie attendues pour cette saison seront inférieures à celles enregistrées l’année dernière sur toute la Bande sahélienne. Même par rapport à la normale sur les trente dernières années, la pluviométrie de cette année sera inférieure’. Directeur général de l’Agence nationale de la météorologie du Sénégal (Anams), Matar Ndiaye donne ainsi les prévisions pour la saison 2009. En langage climatologique, ‘c’est ce que l’on appelle une pluviométrie normale à sèche : 50 % normale, 20 % sèche et 25 % pour que cela soit humide’, explique Matar Ndiaye qui participait hier à la ‘Consultation régionale pour la préparation des inondations en Afrique de l’Ouest pour l’année 2009’, en qualité de représentant du Secrétaire général de l’Organisation mondiale de la météorologie.

Cette prévision consensuelle sera mise à jour au mois de juillet. Elle a été élaborée à partir des pays et validée au niveau régional par le centre Acmad. Ces prévisions concernent toute la bande sahélienne. Il s’agit du Sénégal, de la Mauritanie, de l’Ouest du Mali, de la Guinée Conakry, de la Guinée Bissau, un peu au Sud du Niger, mais à l’exception du Burkina Faso et de la Côte d’Ivoire. Dans ces zones, l’on s’attend à une pluviométrie normale à sèche. Cependant, avertit le spécialiste, ‘peu de pluie ne voudrait pas dire qu’il ne peut y avoir des phénomènes exceptionnels, qui peuvent donner, sur un temps très court, des quantités de pluie très importantes’. ‘Et cela nécessite un dispositif d’alerte et d’assistance très efficace pour que les quantités de pluie, qui tomberont, ne puissent pas porter préjudice aux populations’, relève Matar Ndiaye.

L’origine des inondations tourne autour de la quantité de pluie. Selon le directeur général de l’Anams, il faudrait que toutes les prévisions météorologiques qui vont dans ce sens soient mises à la disposition des planificateurs des plateformes nationales élaborées au niveau de chaque pays. L’idée est de mieux planifier et d’organiser de manière efficiente les activités d’assistance et de sécurisation des biens et des personnes en cas de catastrophe.

Issa NIANG

Source: Walfadjri

Article Lu 1941 fois

Mercredi 3 Juin 2009





1.Posté par babou le 03/06/2009 16:56
c terrible ce quie ce passe au senegal . aujourdhui au 20iem siecle les gens vivent de dans mauvaisese condition et personne ne veut bouger son c*** pour regler ce problem. l'etat en premier.

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State