Référence multimedia du sénégal
.
Google

Chauffeurs de taxi : Solidarité agissante autour de bols de riz

Article Lu 1777 fois

Les chauffeurs de taxi ‘jaune et noir’ en chômage n’ont pas trop de difficultés. En plus de manger gratuitement, ils reçoivent 1 000 francs de leurs collègues pour leurs dépenses.



Chauffeurs de taxi : Solidarité agissante autour de bols de riz
Sur le trottoir faisant face au Canal 4, à côté du lycée Blaise Diagne de Dakar, près d’une dizaine d’abris y sont aménagés. De taille différente, ceux-ci constituent un lieu de repos, de prière et de restauration des chauffeurs de taxis ‘jaune et noir’ qui y ont élu domicile. Le volume important de ces voitures de transport garées à côté de ces abris ne peut pas passer inaperçu. Il est 15 heures. Le soleil fait son jeu de cache-cache en disparaissant et en réapparaîtrant de temps en temps. La chaleur est au rendez-vous. En ce début d’après-midi du mercredi, aucun chauffeur n’est à l’intérieur de ces taxis.
C’est la pause déjeuner, avant le mois de Ramadan (jeûne). Sous les tentes qui leur servent d’abris, les conducteurs de taxi, jeunes et adultes, devisent tranquillement. Ils viennent de terminer leur repas. Ils sont en pleine conversation. Pendant ce temps, d’autres forment des groupuscules autour d’un grand bol de riz au poisson. Ils sont moins bavards.

La présence d’un corps étranger, votre serviteur en l’occurrence, dans ce milieu suscite la curiosité des chauffeurs. ‘Monsieur, voulez-vous un taxi ?’, me demande un des leurs. ‘Non. Je suis venu vous rendre visite pour savoir comment vous êtes organisés’, leur répond-je. ‘Le président de notre groupement est absent aujourd’hui. Mais vous pouvez aller voir son adjoint là-bas’, m’indique-t-il de l’index.

L’homme dont il s’agit répond au nom de Papa Mbengue. Teint noir, élancé, portant des verres noirs, ce jeune de 41 ans assure la vice-présidence du regroupement d’environ cinquante chauffeurs du garage Onu 2, du nom du rond-point de la place Onu. Et c’est avec disponibilité qu’il explique comment lui et ses collègues sont organisés. ‘Ce qui est important à savoir, c’est qu’il existe en notre sein un vaste mouvement de solidarité. Tous les gens présents ici sont des chauffeurs. Mais ils ne sont pas tous embauchés. Chaque jour, nous sommes tous là à partir de 13 heures jusqu’à 16 heures pour marquer la pause-déjeuner. Chaque chauffeur cotise 500 francs par jour pour le paiement du repas, à l’exception de ceux qui ne sont pas véhiculés. Nous ne demandons rien à ces derniers parce qu’ils n’en ont pas. Ils mangent gratuitement avec nous. Nous leur donnons individuellement chaque jour 1 000 francs pour les aider à faire face à leurs dépenses quotidiennes parce qu’ils sont des pères de famille. Nous donnons aussi à la femme qui fait la cuisine 9 000 francs par jour pour la dépense. Et on lui octroie un salaire mensuel de 25 000 francs’, affirme-t-il sous les yeux attentifs de certains de ses camarades.

Mais l’argent ne sert pas seulement à payer le repas. Une bonne partie est réservée pour les autres besoins urgents. Notre interlocuteur parle ainsi d’accident, de baptême, de mariage, etc. En cas de survenance d’un de ces évènements, une aide plafonnée à 50 000 francs est donnée à tous les chauffeurs membres du groupement. Cependant, il n’en est pas de même pour la fête de Tabaski où ces derniers reçoivent chacun 10 000 francs à titre de soutien.

Ces affirmations de Papa Mbengue sont confirmées par Mbaye Ndiaye, 30 ans, un chauffeur en chômage. ‘Je suis là depuis 2001. Dès fois, ça marche. Dès fois, c’est l’effet contraire qui se produit. Tu peux travailler et un bon jour le propriétaire récupère la clé de sa voiture. Tu te retrouves ainsi sans travail. C’est difficile, surtout quand on est chef de famille. Mais je ne le sens pas trop parce qu’il y a une solidarité entre nous. Ce qui m’est arrivé peut se reproduire sur quelqu’un d’autre. On ne sait jamais’, soutient-il.

Cette solidarité a été rendue possible grâce aux droits d’adhésion des membres du regroupement des chauffeurs de taxi qui est fixé à 30 000 par adhérents.

Et pour la bonne marche du mouvement, un règlement intérieur a été élaboré.

Une sorte de loi que les chauffeurs sont tenus de respecter sous peine de sanction. ‘Si quelqu’un refuse de cotiser les 500 francs de la journée, il paye une amende de 250 en plus. Ce qui lui fait 750 francs. S’il reste trois jours sans verser l’argent, il est exclu jusqu’à nouvel ordre’, renseigne le vice-président du regroupement. Tout en recevant les cotisations et en notant avec la main gauche le numéro d’immatriculation des chauffeurs qui cotisent. Le nom des hors-la-loi étant coché sur le cahier où figurent tous les noms des adhérents du regroupement.

Cette loi ne relève pas du domaine de la théorie. Elle a une force exécutoire. Serigne Mbaye, 46 ans, en sait quelque chose pour s’être vu infligé une amende de 15 000. ‘On m’a exclu parce que je suis resté près de deux semaines sans cotiser. On m’impose de payer 15 000 francs réintégrer le groupe. J’ai fait une avance de 5 000. francs. Il me reste maintenant 10 000 francs’, avoue-t-il sur un ton humoristique.

C’est dire que la solidarité est agissante, mais sans la rigueur, elle peut être compromise.

Ndakhté M. GAYE
Source: Walfadjri

Article Lu 1777 fois

Samedi 22 Septembre 2007





1.Posté par Ngouri le 22/09/2007 07:02
YA NGUAINE DI ME FATELI TAN YI MEY DAWAL TAXI DEH.

DI XOSSLOU, DI DIAR TANGANA LE MATIN TIN, LATHIE ESPAGUETHI AK NENE AK KASSOU CAFE TAK SI BROCHETE. AY 2H, DEM GARAGE SI MERE NDOUBE DIENG MOU TAGL NIOU PLATOU MAFE, PLAT 200FCA. LE SOIR NAK VER 1H DU MATIN, SI AVENUE NGUALANDOU DIOUF BI FE LE DANE FOROKH THIAYA BI DI VEUILLER. LADJ BAINE MORCEAU BU 300F AK MICHOU MBOUROU DEF DI MOURTADE AK KAANI AK POBAR, BE PAREH NAANE SI NIEKH BI.

CELA ME RAPEL LES BON VIEU TEMPS

2.Posté par Merveil le 22/09/2007 12:04
Ngouri, ya saleté

3.Posté par Ngouri le 22/09/2007 18:32
hahahhha Merveill guiss ngue deh. li le niou fi am. Yaw toubab ngue khamo yoyou mo takh

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State