Référence multimedia du sénégal
.
Google

Chassées de Touba par Serigne Saliou: Les banques couvées par le Conseil rural

Article Lu 1820 fois

Le disciple mouride se distingue par l'ardeur à la tâche, mais surtout le respect du « ndigueul » donné par son marabout. A travers ces qualités et tant d'autres, tant d'hommes se sont forgés une personnalité, et ont même été élevés au rang de « cheikh » par le fondateur de la confrérie. Cependant, le village de Touba des années de création diffère avec la grande ville actuelle, mégalopole, cité des affaires, poumon économique et surtout véritable visée des politiciens et des affairistes de tout bord. Forcément, naissent alors des groupes de pression qui font et qui défont des carrières, changent le cours d'une chose et retardent bien des échéances. Surpuissants, ils sont les leviers de gros bras tapis à l'extérieur de Touba.



Chassées de Touba par Serigne Saliou: Les banques couvées par le Conseil rural
Les mots n'ont de sens que placés dans leur contexte. Aussi pour comprendre le fait décrit ici dans notre enquête, il est opportun de retourner aux propos de Serigne Saliou Mbacké. Un discours prononcé avant le Magal 2007, et relayé par son porte-parole, Soihibou Cissé. Dans ce message aux fidèles, en wolof, il disait aux talibés ceci : "Je vous demande solennellement en cette veille de magal de m'accorder une faveur. Je voudrais que tout le périmètre situé entre la Mosquée et la première Rocade de Touba soit débarrassé de toutes activités commerciales. En ce sens, je voudrais que tous les commerces, les entreprises, banques assurances et assimilés s'exilent au-delà de cette première Rocade. Ceci, pour le seul but de répondre au voeu du vénéré fondateur du Mouridisme et de cette ville qui a toujours souhaité que la ville soit lavée de toute impureté, afin que la seule adoration de Dieu y soit. Aussi, je rappelle que pour un talibé, il n'y a pas meilleur privilège que d'habiter à proximité de la Mosquée. Alors , je vous demande de ne pas céder vos parcelles à des entreprises ; habitez y ou échangez entre vous talibés et non avec ces sociétes". Tel était à l'époque le propos du khalife relayé par son porte-parole Soihibou cissé.

La réalité est tout autre

Si jusque-là le voeu du khalife n'est pas exaucé, c'est que les gens chargés de faire respecter cette décision traînent les pieds. En effet, la communauté rurale de Touba, par une délibération du 05 Août dernier, avait accordé aux banques que sont la Cbao , et Ecobank, un délai de trente mois pour s'exécuter. Mais ici, beaucoup d'observateurs pensent que cette opération n'est que saupoudrage, car quelques jours seulement après cette décision, d'autres membres du Conseil sont allés voir le khalife pour un lobbying intense, afin d'obtenir une dérogation pour une société ou une autre. Par exemple, la Sonatel entend domicilier à Touba l'Agence Commerciale Thiès/Diourbel (ACTD) dont la seule vocation serait de couvrir les deux régions. Et la société de téléphonie avait déjà acquis un terrain situé à quelques trente mètres de la Grande Mosquée et sis à l'emplacement naguère occupé par la pharmacie Lahat. Le terrain que le propriétaire, un certain Serigne Mbaye, avait cédé à la Sonatel qui, aussitôt, y avait démarré des travaux de construction. Malgré l'autorisation de construire délivré par le Conseil Rural, le khalife mis au parfum du projet, ordonna immédiatement son arrêt. Mais ces mêmes gens manoeuvrent pour le faire redémarrer ; moyennant des commissions qu'ils ont reçues. Aussi, le Crédit Agricole a terminé les travaux de construction de sa nouvelle agence sis dans le même périmètre. Là aussi, le terrain a été cédé par l'entrepreneur Abdoulahat Kâ. Au-delà de ces banques, d'autres établissements financiers comme les caisses de crédit, se sont implantés dans le même territoire proscrit. Mais tous bénéficient de la protection de barons qui se sucrent en contrepartie. Des conseillers ruraux interpellés, ne confirment ni n'infirment cette information que notre source très au fait de ce qui passe au Conseil rural, nous dit irréfutable. Un jour de mois du mois d'octobre dernier, nous nous sommes rendus à l'emplacement devant servir de nouveau siège à la Sonatel ; effectivement, des travaux s'y sont déroulés récemment même. Sans décliner notre identité, nous avons parlé aux deux vigiles d'une agence dénommée Baol Promotion, qui nous feront comprendre que "les travaux sont à l'arrêt depuis quelques jours. Autant de "péchés" et de zones d'ombre qui entourent d'un voile mystérieux ce projet apparemment juteux autour duquel gravitent certains dignitaires qui semblent rouler pour des intérêts inavoués et inavouables.

Source: L'office

Article Lu 1820 fois

Jeudi 29 Novembre 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State