Référence multimedia du sénégal
.
Google

Chantier du nouveau lycée de Vélingara : Les ouvriers mendient pour se nourrir

Article Lu 1868 fois

Ils viennent tous de la ville sainte de Touba et environs, embauchés par Baol Construction pour l’érection d’un second lycée à Vélingara. Mais, depuis près d’un mois, ils attendent le paiement de leur salaire de juillet. La restauratrice qui leur servait à manger ayant rompu le contrat pour n’avoir pas été payée depuis deux mois, ces ouvriers mendient, dès la tombée de la nuit, pour manger. Ne pouvant plus tenir, ils ont laissé exploser leur colère samedi.



Chantier du nouveau lycée de Vélingara : Les ouvriers mendient pour se nourrir
(Correspondance) - Les ouvriers chargés de la construction du nouveau lycée de Vélingara sont très remontés contre les responsables de l’entreprise Baol Construction. Ne pouvant plus tenir, ils ont laissé exploser leur colère samedi dernier au marché central. La raison de ce mouvement d’humeur, c’est qu’ils n’ont pas encore perçu leur salaire du mois de juillet dernier. Ce qu’ils jugent inacceptable. Selon ces ouvriers qui viennent tous de la ville sainte de Touba et environs, leur situation est devenue intenable du fait qu’ils n’ont plus d’argent pour satisfaire leurs besoins. Le pire, la restauratrice qui leur servait à manger, a rompu le contrat pour n’avoir pas été payée depuis deux mois. ’Les employés de Baol Construction de Vélingara sont fatigués. Nos difficultés sont réelles avec ces retards de salaires. Nous n’avons plus quoi nous nourrir, encore moins quoi envoyer à nos familles que nous avons laissées à Touba’, explique le porte-parole des ouvriers. Et de préciser : ‘A Vélingara, nous avons été hébergés par des femmes qui nous donnent aussi à manger. Mais faute d’argent, elles ne peuvent plus supporter ces charges.’
En fait, les ouvriers de Baol Construction à Vélingara vivent le calvaire. Certains d’entre eux envahissent les maisons dès la tombée de la nuit afin de mendier pour avoir de quoi manger. Face à ce comportement qui les dévalorise aux yeux de la population locale, ces braves ouvriers réclament aux responsables de l’entreprise le paiement à temps de leurs salaires. Sinon, ils n’excluent pas de ranger les pelles et truelles. Ce qui ne ferait qu’en rajouter à l’inquiétude de la population. Les travaux doivent, en effet, prendre fin à la fin du mois de septembre. Mais les lenteurs constatées dans le déroulement des travaux font que les ouvriers estiment que le lycée ne pourra pas être fonctionnel à la rentrée prochaine. C’est pourquoi, les populations demandent au ministre de l’Education Moustapha Sourang de secouer les responsables de l’entreprise pour une accélération des travaux afin d’éviter des perturbations durant l’année scolaire 2007/2008. D’autant que, si le second lycée n’est pas réceptionné à la rentrée, des centaines d’élèves admis au Bfem risquent de se retrouver à la rue. Selon une source bien informée, la commission d’orientation est en train de siéger et de nombreux élèves ne seront pas orientés en seconde si le second lycée n’est pas prêt. La capacité d’accueil du seul lycée existant est de 400 places. Ce qui fait qu’il ne peut plus accueillir tous les 693 élèves que compte déjà l’établissement. C’est pourquoi les populations demandent l’ouverture du second lycée pour donner une chance à tous les élèves admis au Bfem.

Cheikh DIENG
Source: Walfadjri

Article Lu 1868 fois

Lundi 27 Août 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State