Référence multimedia du sénégal
.
Google

Championnat d'Europe de basket : Les Français disent adieu aux Jeux olympiques de Pékin

Article Lu 1306 fois


Championnat d'Europe de basket : Les Français disent adieu aux Jeux olympiques de Pékin
Coup de massue pour l'équipe de France dimanche à Madrid. Alors qu'elle avait le match en main, la sélection française a explosé dans le dernier quart temps, perdu 37-17, pour laisser la Slovénie remporter le match pour la septième place de l'Euro (88-74) et décrocher ainsi le dernier billet pour le tournoi de pré-qualification pour les Jeux Olympiques de Pékin. Enorme désillusion pour les Bleus qui, en raison d'une fin de compétition calamiteuse, manqueront pour la deuxième fois d'affilée le rendez-vous des JO.

Les retrouvailles entre la France et la Slovénie au Palais des sports Felipe II de Madrid promettaient d'être tendues entre deux équipes qui se connaissent parfaitement. Après deux victoires des Bleus lors des rencontres de préparation à l'Euro, la Slovénie avait pris sa revanche en Espagne en dominant in extremis la sélection tricolore en phase de poules (67-66). Pour leur deuxième confrontation dans la compétition, l'enjeu ne concernait plus l'Euro proprement dit, ce match comptant pour la 7e et la 8e place, mais l'avenir international des deux formations qui pouvaient, en cas de victoire, arracher le dernier billet pour le Tournoi mondial de qualification olympique qui se déroulera en juillet prochain. Après le rendez-vous manqué d'Athènes, l'équipe de France ne voulait pas griller ses chances d'aller aux prochains Jeux Olympiques, une compétition qui lui avait réussi en 2000 avec une médaille d'argent à la clé. Une victoire et les Bleus pouvaient encore caresser ce rêve.
Comme face à la Croatie, les hommes de Claude Bergeaud entamaient timidement la rencontre et se faisaient marcher dessus par une Slovénie volontaire qui restait sur deux courtes défaites face à la Grèce et l'Allemagne. Nesterovic, l'ancien coéquipier de Tony Parker chez les Spurs pendant trois saisons, rentrait parfaitement dans le match et donnait huit points d'avance à son équipe sur un dunk (10-2). Brouillons dans la construction du jeu, les Français multipliaient les pertes de balle et laissaient leurs adversaires donner le rythme. Il fallait deux paniers consécutifs de Turiaf et Kirksay pour remettre tout le monde sur le droit chemin. La fin du premier quart temps était tendue et les fautes pleuvaient sur le parquet madrilène. Adroits aux lancer-francs, les Bleus parvenaient à revenir au score et n'accusaient qu'un point de retard à la fin des dix premières minutes (18-17).

L'ambiance continuait à être électrique dans le Palais des sports Felipe II et les Slovènes envoyaient régulièrement les Tricolores sur la ligne des lancer-francs. Moins en réussite dans cet exercice qu'en début de match, ils profitaient tout de même de l'aubaine pour passer temporairement en tête.

Grâce à un TP fidèle à lui-même, des ailiers plus performants à l'instar d'un Diawara auteur d'une séquence à cinq points, et à un Ronny Turiaf au four et au moulin, la France créait un petit écart en fin de quart-temps (40-33). Mais comme trop souvent dans cet Euro, les Bleus se manquaient en défense sur la dernière possession slovène et encaissaient un tir primé au buzzer de Smodis qui ramenait les siens à quatre points à la pause (40-36).

Au retour des vestiaires, les Français passaient la vitesse supérieure et mettaient au supplice une Slovénie handicapée par les fautes et usée physiquement notamment par un Turiaf exceptionnel aux quatre coins du parquet. Les attaques placées faisaient régulièrement mouche et les intérieurs slovènes n'arrivaient plus à contenir l'envie d'un cinq français entreprenant. Lakovic et Nesterovic tentaient de limiter la casse, mais la sélection d'Ales Pipan pliait après deux tirs extérieurs de Parker qui donnaient aux Bleus leur plus gros avantage de la rencontre (55-47). Libérés d'un poids, les coéquipiers de Gomis, qui se lâchait enfin en attaque, abordaient les dix dernières minutes avec une avance de six points (57-51).

Mauvaise gestionnaire depuis le début de la compétition, la France n'allait pas faillir à sa réputation. A la suite de deux tirs primés de Slokar et Lakovic, la Slovénie revenait à hauteur (57-57). L'entrée surprise de Weis à la place d'un Turiaf excellent amenait la sélection tricolore à défendre en zone, laissant toute latitude aux extérieurs adverses pour scorer. Ceux-ci ne se faisaient pas prier et enfilaient les trois points comme des perles sur un collier grâce à une réussite insolente en dehors de la raquette. Les tricolores étaient KO debout, à l'image d'un Boris Diaw transparent qui terminera le match fanny, et seul TP, meilleur marqueur du match avec 31 points, entretenait l'espoir en maintenant ses partenaires à un écart raisonnable. Les nombreux temps morts de Claude Bergeaud n'y changeaient rien et les Bleus ne parvenaient pas à juguler l'adresse incroyable des Smodis, Jagodnic et autres Lakovic à trois points qui enfonçaient une équipe de France rattrapée par l'enjeu et dépassée par les événements. Grâce à un dernier quart-temps de feu dans lequel ils inscrivaient la bagatelle de 37 points, les coéquipiers de Nesterovic écrasaient la rencontre et s'imposaient de quatorze unités au coup de sifflet final (88-74).

Fébrile et absente dans les moments clés, l'équipe de France laissait échapper toute sa frustration et se rendait coupable de mauvais geste en fin de match. En passe de se qualifier pour les demi-finales face à la Russie, les Bleus ont tout perdu en l'espace de deux rencontres. A côté de leur sujet face à la Croatie, ils ont craqué au plus mauvais moment contre une Slovénie courageuse. Cette nouvelle désillusion les prive des prochains Jeux Olympiques et les oblige à jouer les qualifications pour le prochain Euro. La génération la plus prometteuse du basket français sera sevrée de compétition internationale au moins pour les deux prochaines années. De quoi remettre en question tout un groupe, certes au talent indéniable, mais qui n'a pas su répondre aux attentes placées en lui. Cette huitième place à l'Euro marque peut-être la fin d'une époque...

Julien-THOMAS WILL (Sports.fr)
Source: Walfadjri

Article Lu 1306 fois

Lundi 17 Septembre 2007


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 5 Décembre 2016 - 14:08 Ronaldo-Messi, des échanges surprenants

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State