Référence multimedia du sénégal
.
Google

Cela ne court pas les rues : Le maire de Vélingara fait Docteur Honoris Causa

Article Lu 1679 fois

Les maires faits Docteurs Honoris Causa d’une université ne courent sans doute pas les rues. Depuis le 4 juillet dernier, l’édile de Vélingara (600 km au sud-est de Dakar), Mamadou Oury Baïlo Diallo, a brisé un mythe. Il a été élevé au titre prestigieux de Dr Honoris Causa de l’Académie J. S. Bach d’Australie. Et le récipiendaire a décidé de plaider la cause de la fille du Fouladou.



(Correspondance) - Le titre est une banalité pour les chefs d’Etat, mais pour le premier magistrat d’une ville située à 600 km de la capitale, être distingué à ce point passe pour inédit. Depuis le 4 juillet dernier, Mamadou Oury Baïlo Diallo, édile de Vélingara (600 km au sud-est de Dakar), a brisé un mythe. Il s’est vu, en effet, affubler du titre prestigieux de Dr Honoris Causa de l’Académie J. S. Bach d’Australie. Une institution universitaire où l’on enseigne la musique, les arts, les lettres et les sciences. ‘Je suis surpris par cette distinction. Car, je n’ai jamais eu de contact avec les autorités de cette académie. C’est un pari gagné en raison des activités faites au profit de la culture et des populations de la commune’, tente d’expliquer le récipiendaire. ‘Où que l’on puisse se trouver, le travail désintéressé au profit des populations sera toujours rétribué’, lance-t-il, philosophe.
Se faisant plus précis, Mamadou Oury Baïlo Diallo jette le regard sur le rétroviseur et exhume les actions en faveur de la culture. Pêle-mêle, il cite l’appui aux groupes de rap, l’organisation des jeux de l’amitié avec son important volet culturel. Tout de même, le maire de Vélingara devenu Docteur Honoris Causa, nombre de ses administrés pensent à la juste récompense d’un engagement pour la fille du Fouladou. Car, il y a un an, le récipiendaire de l’Académie de J. S. Bach a été nommé Chevalier de l’Ordre national du mérite français. ‘Nous n’oublions pas en particulier le soutien sans faille que nous avons trouvé auprès de vous, l’an dernier, dans la résolution du problème humain délicat et qui avait pris en France d’importantes proportions. Je veux parler du cas de ces deux adolescentes de 16 et 18 ans, les sœurs Sylla considérées comme disparues par leurs camarades de lycée’. Ce propos est d’André Parent, ambassadeur de France au Sénégal. C’est un morceau choisi de son allocution à sa résidence, lors de la remise de la médaille du Chevalier de l’Ordre national du mérite français à Mamadou Oury Baïlo Diallo. Ces deux jeunes filles sont lycéennes à Montreuil. Leurs parents vivent en France.

Elles étaient venues en vacances à Madina, au village gambien de leurs parents, situé vers l’extrême limite de la communauté rurale de Némataba.

L’histoire va s’accélérer pour elles. D’autant que leur oncle paternel aurait déjà prévu pour toutes les deux qu’elles allaient convoler en justes noces.

Une situation qui compromet leur retour à l’Hexagone où l’une était en classe de première et l’autre en seconde. ‘Nous avions fait appel à vous et vous avez répondu présent sans hésitation. Et puis, vous avez mis toute votre énergie à localiser ces jeunes filles et à convaincre leurs parents du bien-fondé de leur retour en France. C’est grâce à l’intervention du maire que cette affaire a pu être réglée au mieux des intérêts de toutes les parties concernées’, reconnaît le diplomate en marge de la cérémonie de décoration. De quoi justifier, à ses yeux, la décoration par laquelle les autorités françaises expriment leur reconnaissance au premier magistrat de la ville de Vélingara.

Une bataille a été gagnée pour la fille, mais la guerre contre les violences et autres abus faits à cette catégorie n’est pas encore finie. D’autant qu’à quelques encablures de Vélingara, une fille de 4e a dû se suicider pour interrompre sa grossesse. Et c’est par dizaines que les principaux des collèges de la zone comptent les filles enceintes. Dans un des villages du département de Vélingara, un nouveau-né a succombé de ses blessures. Elle avait été excisée en l’absence de sa mère. Les traditions font des ravages dans cette contrée du Docteur Honoris Causa de J. S. Bach d’Australie. ‘Je compte m’investir dans ce combat’, promet Mamadou O. B. Diallo. Autant dire que la fille du Fouladou a un nouvel avocat. L’édile de Vélingara a décidé de plaider sa cause.

Mais comment l’affaire des sœurs Sylla a-t-elle pu être dénouée et les parents décidés à renoncer à leur projet ? ‘C’était facile pour nous’, s’est borné de répondre le maire de Vélingara, refusant net d’entrer dans les détails de sa médiation. Maire et ex-progressiste, Mamadou Oury B. Diallo a développé de solides relations dans le cadre de la coopération décentralisée avec des villes de France et d’Espagne. Cette nouvelle distinction qui lui est collée à la poitrine est pour lui ‘la distinction de l’action et de la communication’. Il en faudra davantage, en tout cas, pour briser le cercle de feu qui entoure la fille du Fouladou.

Hamidou SAGNA
Source: Walfadji

Article Lu 1679 fois

Samedi 11 Août 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State