Référence multimedia du sénégal
.
Google

Candidature de son leader en 2012 : Le sommet et la base de l'Urd divisés sur la question

Article Lu 1885 fois

Avec la déclaration de candidature du président Wade qui veut se succéder à lui-même en 2012, ses alliés comme Djibo Kâ n'ont plus que deux options : soutenir sa candidature ou se présenter contre lui. Si au sommet de l'Urd, on évite la question, à la base, des voix s'élèvent pour exiger la candidature de Djibo Kâ.



Candidature de son leader en 2012 : Le sommet et la base de l'Urd divisés sur la question
Djibo Kâ, secrétaire général de l'Urd, sera-t-il candidat ou non en 2012 ? La question n'était à l'ordre du jour de l'Université d'été de l'Union pour le renouveau démocratique (Urd) qui avait pour thème central : ‘La crise financière et économique internationale : les réponses de la social-démocratie’. Pourtant, elle était sur toutes les lèvres. Certains militants à la base venus de loin voulaient que la direction de leur parti et son secrétaire général en personne tranchent la question une bonne fois pour toute, au moment où les déclarations de candidatures fusent de partout, dont la dernière en date est celle du président Wade allié de Djibo Kâ depuis 2004. Pour les militants de l’Urd, interrogés dans les coulisses, ‘la candidature de Djibo Kâ en 2012 est vitale pour la survie du parti’.La plupart de ceux qui souhaitent sa candidature en 2012, sont des jeunes de ce parti. Ils ont même voulu déposer une motion dans ce sens. Tandis que, pour d'autres, ‘si l'option de la rupture avec le Pds est la bonne, il faut la faire maintenant. Si c'est contre productif, il faut rester en alliance, au lieu de faire comme Landing Savané : faire campagne pendant la semaine et le lendemain se retrouver en Conseil des ministres’. Certains membres de la direction de l'Urd esquivent la question, en répondant qu'elle est ‘prématurée’, y compris d'ailleurs ‘la candidature de Wade’.
Interrogé sur le sujet, le rénovateur en chef, Djibo Kâ, n'a pas voulu départager les deux camps. ‘Nous n'avons pas encore débattu de cette question parce que le parti avait suspendu ses réunions. Le moment venu, nous aviserons’, a-t-il laissé entendre. Avant de faire remarquer qu'‘en tout état de cause, la loi n'interdit pas au président de se présenter. Mais ce qui est clair, c'est que le parti a pris une option très claire dans ce domaine. Lors de son congrès tenu en 2004, le parti avait pris la décision de faire de son secrétaire général le quatrième président de la République du Sénégal. Ce qui signifie que nous n'avons pas parlé de 2012. Nous n'avons pas évoqué de date’, dira-t-il.

DJIBO KA S'EN PREND AUX RESPONSABLES DU PS : ‘Ils sont des socialistes de fonction et n'ont de conviction’

Le secrétaire général de l'Union pour le renouveau démocratique (Urd) ne rate jamais l'occasion d'égratigner ses anciens camarades socialistes avec qui il a rompu les amarres, au lendemain du ‘fameux congrès sans débat’ de 1996. Djibo Kâ et ses camarades de l'Union pour le renouveau démocratique (Urd) ne considèrent pas les militants du Parti socialiste ou tout au moins leurs responsables au sommet comme d'authentiques sociaux-démocrates. ‘Sur la crise financière, on n'a pas entendu l'Internationale socialiste. C'est comme si elle n'existe pas. Du temps de Pierre Mauroy et de Senghor, cela ne serait jamais arrivé. Malheureusement, je connais bien l'Internationale socialiste. Si je prends l'exemple du Parti socialiste, comme j'ai l'habitude de le dire, ils sont des socialistes de fonction et non de conviction. Les fonctions qu'ils ont occupées, les ont conduits à y adhérer, mais ils n'y croient pas’, a laissé entendre le leader de l'Urd, sans citer de nom, à la suite de l'exposé de Diégane Sène sur les réponses de la social-démocratie face à la crise. Un avis largement partagé par Samba Kâ, conseiller économique et membre de l'Urd. ‘Celui qui a été président (Abdou Diouf, Ndlr) n'a pas été social-démocrate. Il n'a pas mis également à la tête du parti de vrais sociaux-démocrates. C'est la raison pour laquelle le pouvoir a été perdu. La plupart des socialistes ont attendu d'être ministre pour se réclamer social-démocrate, alors qu'ils ne l'ont pas été dans leur jeunesse’.

Reprenant la parole, Djibo Kâ, paraphrasant le président Senghor, dira que ‘la social-démocratie n'est pas l'opportunisme même si elle doit s'adapter’. Avant de terminer, le leader de l’Urd qui se veut un chantre de la social-démocratie au Sénégal, a une fois de plus tendu la main aux formations politiques se réclamant de cette doctrine politique, dont les représentants au Sénégal sont dans les partis issus des flancs de la Sfio, ancêtre du Parti socialiste et de la gauche marxiste-léniniste, notamment Aj/Pads, la Ld et, dans une moindre mesure, le Pit. ‘Nous sommes décidés à aller le plus loin possible avec vous, en alliance ou en coalition peu importe, dans la mouvance présidentielle ou pas’. Pour autant, Djibo Kâ a défendu bec et oncle le bien-fondé de l'alliance entre son parti et les libéraux du Pds, au nom de ‘convergences’ entre le libéralisme et la social-démocratie, notamment autour de certaines valeurs comme la démocratie représentative, la liberté, les Droits de l'homme, la justice sociale, last but not least sur le rôle de l'Etat. Pour finir, le patron de l'Urd a émis l'idée de créer un réseau de tous les partis sociaux-démocrates au niveau africain.

DIEGANE SENE ET L’INEFFICACITE DE LA COMMUNICATION GOUVERNEMENTALE : ‘Nous sommes victimes de l'usure du pouvoir’

Interrogé sur l'inefficacité de la communication du gouvernement de l'alternance, Diégane Sène, vice-président de l'Assemblée nationale et non moins professeur d'histoire des médias au Centre d'études des sciences et techniques de l'information (Cesti), n'y est pas allé par quatre chemins. Pour lui, la baisse de popularité du régime s'explique simplement par l'usure du pouvoir. ‘On ne peut pas vendre l'image de quelqu'un qui n'est pas vendable. Assurer la communication d'un individu comme un homme politique, c'est le rendre présentable. Obama, par exemple, a été facile à vendre parce qu'il est présentable. Nous sommes aujourd'hui victimes de l'usure du pouvoir. C'est incontestable. C'est incontestable que le président Wade était beaucoup plus populaire au début de l'alternance que maintenant. Abdou Diouf a été beaucoup plus populaire en 1981 - 1983 qu'en 1998, lorsque nous nous sommes présentés et que le Ps peinait à avoir 50 %, alors que son score habituel était de 60 %. Si un gouvernement ne respecte pas les Droits de l'homme dans un tel contexte, il est difficile de le vendre. Il suffit de prendre conscience de cela. Tout est rattrapable. Il suffit de le vouloir’, a-t-il expliqué.

Mamadou SARR
Source Walfadjri

Article Lu 1885 fois

Lundi 28 Septembre 2009





1.Posté par PAPE le 28/09/2009 19:24
Le PS est disqualifié à jamais dans la gestion des affaires du pays. Ils ont montré leurs limites. Tanor Dieng sait pertinement qu'il est incapable de diriger un pays comme le Sénégal. Il a été toujours un homme de l'ombre et il le restera. Il a eu à détaler quand il s'est agi de débattre avec Karim Wade sur les deux OCI que le Sénégal a eu à organiser. Cette attitude de fuite en avant a fini de convaincre le plus sceptique de l'incompétence de ce monsieur et de sa propension à utiliser toujours des paravents pour atteindre ses objectifs.
La suppression du deuxième tour est une chose faisable dans la mesure où des pays de grande démocrtie sont entrain d'appliquer cette méthode.Dans tout cela, le peuple aura toujours le dernier mot à dire.
MOUVEMENT VIGIE

2.Posté par JOE le 28/09/2009 20:01
PAPE? TOI TU CONNAIS RIEN ? TU NA RIEN COPRIS DE LA POLITIQUE . IL FAUT ALLER APPRENDRE TANOR EST LHOMME QUIL FAUT OUR LE SENGAL

3.Posté par Amadou le 28/09/2009 21:57
JOE TU ES MALADE TOI
PENSES TU UN MOMENT QUE LES SENEGALAIS LES PLUS SCEPTIQUES REFERONS LES ERREURS LORS DES COMMUNALES ET MUNICIPALES
TOUS CEUX QUI CRIES SONT DES INCAPABLES
ALLEZ A ST LOUIS RIEN AVEC LE VAUTOUR BAMBA DIEYE
VENEZ A DAKAR QU EST CE QU ILS ONT PU NOUS MONTRER RIEN
L OPPOSITIONS N A RIEN N A DIRE SINON PROFITER DE QUELQUES TRUCS PAS IMPORTANT ET L AMPLIFIER
QUELLE HONTE POUR LES AUTRES MAIRES DE L INTERIEUR
WADE REK WADE REK WADE REK

4.Posté par FALL ITALIE le 29/09/2009 21:36
SI ON CRITIQUE L\IDEE DE KARA DE VOULOIR FAIRE DE WADE PRESIDENT A VIE,QUE DIRAIT-ON DE CE DJIBO QUI EST AU GOUVERNEMENT A VIE?

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State