Référence multimedia du sénégal
.
Google

Campus universitaire: Quand les filles se dénudent…

Article Lu 13538 fois

Rouge à lèvres, crayon de beauté, cheveux soigneusement tressés, M.F ne manque de rien pour séduire son interlocuteur. Elle arbore un corsage léger, laissant entrevoir toute la surface de sa poitrine généreuse. Elle clignote ses yeux et tend ses bagages en parlant avec ses amies, la voix mélodieuse. Comme cette étudiante, beaucoup d'autres jeunes filles se déhanchent, presque « à nu », à travers la ville et le campus universitaire. Reportage.



Hier matin, « le couloir de la mort » a refusé du monde. Il grouille d'étudiants qui font des va-et-vient au niveau du campus universitaire. L'air sérieux, la démarche alerte, ces jeunes étudiants sont manifestement pressés. Le soleil est chaud, il dégage une chaleur horrible. Certains étudiants portent des tee-shirts et des tenues relaxes, style américain. Au loin, un trio d'étudiantes à la démarche paisible se dirige du côté de la faculté des lettres. La chaleur tape, mais elles n'en ont cure. Une d'entre elles tourne le regard en arrière, et décoche à son interlocuteur des vibrations de séduction. Elle s'appelle M.F. Avec sa sveltesse, elle affiche un air jovial et ses petits yeux brillent comme des chandelles. Elle est vêtue d'une camisole un peu beige, filtre sans soutien-gorge. Sa forte poitrine, et ses seins plantés comme des mangues mûres attirent tous les regards des passants. La jupe fendue jusqu'à la cuisse, laisse entrevoir une chair claire. « Svp, je n'ai rien à vous dire, c'est ma manière de s'habiller », lance-t-elle avec un sourire mignon. Du coup, elle affiche ses petites dents. M. F est longiligne et sa tenue déforme complètement son corps. Elle ne sait pas vraiment qu'elle provoque les hommes de par sa mise ; à son avis, les hommes ne demandent que ça. La discussion ouverte, notre interlocutrice dira que son copain adore ses mises, et c'est seulement ce qui compte pour elle. Selon elle, si elle s'habille autrement, le "jambar" ne sera pas content. Et de révéler que son ami est une personnalité dont il refuse de dévoiler le nom. Ajoutant que c'est son chauffeur qui vient la prendre sur la corniche ; il suffit que le monsieur l'appelle pour lui dire que le chauffeur est sur la corniche, garé dans un endroit", renchérit l'étudiante. Pour M.F, au campus, elle n'a pas le temps des étudiants, car dit-elle, une petite pointure n'ose pas l'affronter. De l'autre côté de la faculté des lettres, l'on aperçoit une jeune fille étudiante, avec un teint noir d'ébène. Elle s'appelle A.N et porte un habit ne couvrant que la moitié de son ventre. Tout le reste de son corps est laissé à ciel ouvert ; son pantalon, n'en parlons pas, et ses fesses dangereusement potelées. Lorsqu'on regarde la fille, on observe facilement la torsion légère de la fine mèche de sa perle à la couleur marron. Elle lance tous azimuts des regards furtifs, comme si elle cherchait un homme. Aujourd'hui, le temple du savoir commence à perdre son image d'antan. Maintenant, la lumière est floue au campus universitaire. Pourquoi, les étudiantes ne veulent pas cacher un tout petit peu les formes de leur corps? Doit-on exiger une bonne tenue à l'université? Les filles sont-elles venues à l'université pour apprendre, ou charmer les hommes? Autant de questions qui méritent réflexion, afin d'y remettre un peu d'ordre.

Ousseynou Ndiaye
Source: L'office

Article Lu 13538 fois

Mercredi 13 Juin 2007





1.Posté par SAILA le 13/06/2007 20:46
LA DESCRIPTION EST TELLEMENT SAISISSANTE ET ALLECHANTE QUE J'AI L'IMPRESSION D'AVOIR CE BEAU PANORAMA SOUS MES YEUX,ON DIRAIT DE L'EROTISME,C'EST FORCEMENT UN JOURNALISTE SORTIS DE LA MEME FAC DE LETTRES.DOMMAGE MAIS L'UNIVERSITE N'EST PLUS LE TEMPLE DU SAVOIR QU'ELLE ETAIT APPELEE D'ETRE;ON ASSISTE AUJOURD'HUI A DU DEFILE QUOTIDIEN ET DE L'EXHIBITION TOTALE QUI HELAS PLAISENT MEME A DE FORTES PERSONNALITES QUI Y PASSENT POUR DENICHER LES FILLES LES PLUS SEXY.ALORS COMMENT DANS UN PAREIL UNIVERS POURRAIT ON FORMER DE CHEFS D'ETAT OU D'ENTREPRISE DIGNES DE CES NOMS?

2.Posté par ndiog le 13/06/2007 20:57
Oussou yow momee sa description bi garawe na dii..Mais nak je suis d'avis avec toi.il est temps qu'on se pose cette question.Soffougnouu nakk mais bon,moyy lolou dall

3.Posté par Passant le 13/06/2007 22:41
Ousseynou ne serais-tu pas l'auteur de SAS par hasard

4.Posté par sandra le 14/06/2007 04:20
EXELLENT ARTICLE, BONNE DESCRIPTION

5.Posté par sandra le 14/06/2007 04:22
EXELLENT ARTICLE, BONNE DESCRIPTION.

6.Posté par bass le 26/06/2007 16:58
ouseynou ndiaye ya sop.............occupe toi de tes fesses mon frere


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 13:10 L’adultère est-il devenu une banalité ?

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State