Référence multimedia du sénégal
.
Google

Campagne arachidière- Nombre de points de collecte opérationnels : Le ministère de l’Agriculture contredit Aïssata Tall Sall du Ps

Article Lu 11382 fois

La campagne de commercialisation de l’arachide suscite un débat passionnant. Surtout dans ce contexte pré-électoral. Le dernier en date porte sur le nombre de points de collecte déjà opérationnels.



Campagne arachidière- Nombre de points de collecte opérationnels : Le ministère de l’Agriculture contredit Aïssata Tall Sall du Ps
Lors du débat d’après le message à la nation du chef de l’Etat sur Walf Tv, 2Stv et Canal Info, Me Aïssata Tall Sall avait émis un chapelet de critiques sur la campagne de commercialisation de l’arachide qui a démarré le 15 novembre dernier. A ce propos, selon la chargée de la communication du Parti socialiste, seuls 30 points de collecte sont opérationnels à travers le pays. Une sortie qui a outré le cabinet du ministre de l’Agriculture qui la qualifie de ‘ridicule’. Selon le conseiller technique n°1 du ministère de l’Agriculture, par ailleurs coordinateur de la Commission de supervision de la campagne de commercialisation de l’arachide, cette déclaration n’est pas pour honorer les cadres et intellectuels de ce pays. Le docteur Macoumba Diouf révèle qu’entre le 15 novembre et le 31 décembre 2009, quelque 63 mille tonnes de graines ont été collectées là où les huiliers avaient prévu, dans leur planning de collecte qu’ils avaient établi au début de la campagne, de mobiliser à cette date 53,5 mille tonnes. Soit un surplus de 10 mille tonnes. ‘Je me demande si elle sait ce qu’est un point de collecte. Est-ce qu’à partir de 30 points de collecte, on peut collecter 63 mille tonnes en 45 jours. Ça frise même le ridicule’ s’offusque l’ancien directeur général de l’Institut sénégalais de recherche agricole (Isra).
Selon lui, même une grande communauté rurale, avec plus de 100 villages, peut avoir plus de 30 points de collecte, a fortiori l’arrondissement, le département, la région ou l’ensemble du pays. Et le docteur Macoumba Diouf d’en déduire que soit Me Aïssata Tall Sall n’est pas bien informée, soit elle a inventé ces informations. Mais l’un dans l’autre, le conseiller technique du ministre de l’Agriculture estime que cette sortie est impardonnable pour une intellectuelle de sa trempe. Qui plus est quelqu’un qui a eu à porter la parole du gouvernement par le passé.

Enfonçant le clou, le docteur Macoumba Diouf s’offusque que la porte-parole du Ps ait mis en doute les chiffres avancés lors de ce débat, ainsi que la crédibilité des institutions de ce pays. Et en la matière, précise le Dr Diouf, ce n’est pas le cabinet du ministre, mais la Direction de l’analyse, de la prévision et des statistiques (Daps) qui est la source de la décision. Car, fait-il savoir, pour prendre une décision, il faut avoir des supports statistiques. Ce qui pousse Macoumba Diouf à inviter l’ancienne ministre de la Communication du régime socialiste à cultiver l’humilité dans ce genre de situation. Car, fait-il savoir, le secteur de l’agriculture est assez spécifique, car il n’y a pas de place à la spéculation. Même si nous sommes à l’approche de l’élection présidentielle.

Le coordinateur de la Commission de supervision de la campagne de commercialisation de l’arachide a, en outre, rappelé que les producteurs bénéficient désormais d’un accompagnement conséquent pour pratiquer une agriculture beaucoup plus moderne, beaucoup plus durable, mais aussi beaucoup moins onéreuse à travers les subventions instaurées depuis 2000 sur tous les intrants, les semences, toutes espèces confondues. ‘On subventionne même les semences des cultures vivrières. Ce qui participe à la diversification de l’agriculture. Certes, on a besoin d’arachide qui est une culture de rente, mais on a aussi besoin de cultures vivrières pour parvenir à la sécurité alimentaire de notre pays. L’arachide participe plus à l’amélioration du niveau des revenus des populations’, justifie-t-il. Tout en saluant la subvention portée sur l’engrais qui contribue à la restauration de la fertilité des sols.

La riziculture bénéficie d’un matériel agricole depuis deux ans. Ainsi, 13,5 milliards de francs Cfa ont permis d’acquérir 3 071 unités de matériels d’irrigation qui ont été gracieusement offertes aux véritables producteurs de riz.

CEREALES : Le Sénégal couvre ses besoins

‘Cette année, le Sénégal a une couverture complète de ses besoins en céréales. On a besoin d’environ 2 millions de tonnes, on a produit un peu moins de 2,2 millions de tonnes toutes espèces céréalières confondues. C’est une satisfaction même si on sera encore dépendant pour le riz, mais on ne l’est pas pour les autres céréales’, selon le docteur Macoumba Diouf qui a en charge la coordination de la Commission de supervision de la campagne de commercialisation.

Pour le riz, le conseiller technique du ministre de l’Agriculture est d’avis que la marche vers l’autosuffisance en 2012 est bien imprimée, au vu du rythme de production, avec les superficies à emblaver, l’aménagement de périmètres supplémentaires, plus ce qui se fait dans la riziculture pluviale. De son avis, cette option est irréversible pour plusieurs raisons. D’abord, avec la crise alimentaire que traverse le monde, on ne parle plus de coût mais de disponibilité du produit. La Thaïlande, principal fournisseur du Sénégal, n’exporte que 4 % de sa production. Et elle a, à ses frontières, la Chine qui est devenue une importatrice nette. Cela veut dire que sous peu, on n’aura plus de riz disponible sur le marché. La seule alternative demeure, à ses yeux, la production locale. Ce qui va sécuriser la disponibilité du céréale et renforcer l’économie nationale qui perd plus de 100 milliards de francs Cfa annuellement, pour importer cette denrée stratégique qui est l’aliment de base de nos populations.

NON-OPERATIONNALITE DE CERTAINS POINTS DE COLLECTE : A l’origine, le dispositif du ministère

Certains points de collecte tardent à démarrer leurs activités. Une situation que le ministère de l’Agriculture impute à la mise en place d’un dispositif, ne permettant pas aux producteurs ‘véreux’ de passer entre les mailles des filets. ‘Ces points de collecte ne sont pas fonctionnels, c’est à cause des dispositifs mis en place par les autorités. Des dispositifs qui ne permettent pas aux opérateurs de prendre les graines des producteurs pour les amener, avant de revenir payer. Cela suppose qu’ils n’ont pas de financement disponible. Et par conséquent, ils ne peuvent pas collecter’, informe-t-on. Pour les opérateurs dont les points de collecte ne sont pas fonctionnels, le ministère de l’Agriculture informe que, dans le courant de la semaine, les huiliers qui ont agréé les opérateurs, vont se réunir pour remplacer ceux dont les points de collecte ne sont pas fonctionnels par d’autres qui en ont les possibilités.

Ibrahima DIAW
Source Walfadjri

Article Lu 11382 fois

Lundi 4 Janvier 2010





1.Posté par Macoumba le 04/01/2010 21:40
Macoumba Diouf CT 1 devrait se taire. C'est ce monsieur, biologiste e formation qui a réussi à être Conseiller grâce au fou de Farba qui continue de raconter des histoires. Son bref passage à l'ISRA où il passait son temps à voyager au lieu de travailler montre que sous l'alternance n'importe qui peut se propulser du jour au lendemain sans aucun mérite . STOP doctor

2.Posté par DIAKHATE le 06/01/2010 18:37
Macoumba tu es un mécontent et un frein pour le dévelloppement , on a pas de temps à perdre avec des ignorants comme toi et ceux qui se cachent derrière toi pour raconter des conneries.
Le docteur a apporté beaucoup d'innovation à l'agriculture de ce pays et le résultats ,si tu es au fait de l'actualité , tu aurais dû entendre le président de la république dire sa satisfaction de ce département.
Docteur a toujours osé défendre ses dossiers à visage découvert avec des idées pertinentes et véridiques.
Je ne devrais même pas te répondre, tu es vraiment ignorant car si c'est Farba qui a propulsé le docteur Macoumba l'actuel ministre ne l'aurait pas reconduit.

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State