Référence multimedia du sénégal
.
Google


hh



CRISE SCOLAIRE : Macky Sall affronte l’épreuve



CRISE SCOLAIRE : Macky Sall affronte l’épreuve
Au Gabon où il participe au forum New York-Afrique sur le développement, le Président Macky Sall a demandé aux syndicats d’enseignants de savoir raison garder car il n’y a pas que l’éducation comme priorité. Cette sortie du chef de l’Etat intervient au même moment où le grand cadre des syndicats d’enseignants est en plein dans le déroulement de son quatrième plan d’actions dans lequel il est inscrit des menaces de boycott des examens de fin d’année et la rétention des notes du second semestre.

Le grand cadre des syndicats d’enseignants peut bien commencer à peaufiner un cinquième plan d’actions. En tout cas, le gouvernement n’entend pas fléchir d’un iota sur ses différentes propositions. Et selon le président Macky Sall actuellement en visite au Gabon dans le cadre du forum New York-Afrique sur le développement « l’enseignement au Sénégal traine les pieds malgré les énormes moyens déployés. Les enfants ont besoin d’aller à l’école et de faire cours».

Sur les ondes de la Rfm, Macky Sall a indiqué que « chaque année, l’école connait des turbulences. Si ce n’est pas la grève des élèves, c’est celle des enseignants». Avant de poursuivre : «on ne peut pas développer un pays avec des grèves répétées. Il est impossible de donner une bonne formation aux élèves à cause de ces mouvements ». Toujours dans sa communication, il a rappelé aux enseignants que « les gens savent que le Sénégal est un pays pauvre et qu’on ne peut pas tout régler en un seul jour».

Tout en rappelant que le Sénégal fait 13 millions d’habitants, il a déclaré que seulement « 400 000 sont des salariés dans le privé comme dans le public. Je ne dis pas qu’on ne doit pas s’occuper des problèmes des enseignants mais il faut savoir raison garder et comprendre qu’il y a des priorités dans ce pays». «Chaque fois, vous voyez des gens qui revendiquent et qui réclament des augmentations des salaires», a-t-il précisé. Avant de s’interroger : « pensent-ils à ceux qui n’ont pas de salaires, notamment les chômeurs ?».

Ibrahima Balde
Source Sudonline.sn

Samedi 15 Juin 2013




1.Posté par LE PATRIOTE le 16/06/2013 14:27
Je l'avais di et je continue à y croire , qu'aujourd'hui nos enseignants au lieu de s'occuper de leur mission qu'est la transmission du savoir, font plutot de la politique et veulent devenir des bourgeois sans le mériter. Il serait trés important de souligner toute de méme ,que nos enseignants font partis des enseignants les mieux payés de la zone CEDEAO mis à part la Cote d'Ivoire et Le Nigéria, et que pendant ce méme temps le niveau des éléves ne cesse de baisser.
J'estime que beaucoup parmis ces enseignants n'excerce pas ce noble métiers par amour comme l'était jadis , mais juste par nécessité économique, voilà raison pour laquelle ils sont plutot intéressés par leurs salaires et leurs conditions de vies , que de leurs l'avenir de nos enfants.
En principe un bon enseignant devrait s'auto- évaluer par les résultats de ses éléves , et si ceci devait étre le principe j'estime qu'aprés l'évaluation nationale des éléves des CM2 le mois derniér tous les enseignants concernés devraient se taire et savoir qu'ils doivent plus au peuple que ce que le peuple leurs doivent.
Alors j'estime que le peuple dans sa majorité devrait dire à ces "gens-saignant" stop, il y en a marre. ils doivent reprendre le chemin des écoles ou soit subir le méme sort des policiers dans les années DIOUF.
Oui au droit de gréve , mais non à la prise d'otage de nos enfants, car il sagit clairement de l'avenir de nos enfants.
S'il faut les virer, virons les tous et procédons à un nouveau recrutement pour une meilleure éducation de nos enfants.L'école est un lieu de transmission de savoir et d'éducation, c'est le lieu de formation de l'élite de notre Nation, aucun manquement n'y serait toléré en principe. Vive La REPUBLIQUE.

2.Posté par Amadou le 17/06/2013 11:16
la vérité c'est la vérité
le proverbe poulaar dit : ces gents n'ont pas fesses pour qu'ils puissent s assoir et d'autre jouent avec !!!
il faut former les chômeurs diplômés comme enseignants ,et les foutre dehors ils nous emmerdent avec leurs crèves.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >







Plateforme d’information et d’intéraction a temps réel
Optimisé pour être vu en 1024x768 I.E. 6.0 ou plus récent

Info sur Xibar.net | Conditions d'utilisation | Données personnelles | Publicité | Aide / Contacts |
Copyright © 2007 Xibar multimedia Tous droits réservés