Référence multimedia du sénégal
.
Google

COTE D'IVOIRE : Laurent Gagbo dissout le gouvernement et la CEI

Article Lu 12050 fois

Le président Laurent Gbagbo vient de prononcer un discours à la télévision, dans lequel il annonce la dissolution du gouvernement et de la Commission électorale indépendante.



COTE D'IVOIRE : Laurent Gagbo dissout le gouvernement et la CEI
« Je veux, pour la Côte d’Ivoire, un gouvernement de sortie de crise. Un gouvernement au service des Ivoiriens et non aux ordres des partis politiques. La mission de ce gouvernement sera de conduire, sous l’autorité du président de la République et du Premier ministre, les dernières actions nécessaires pour sortir la Côte d’Ivoire définitivement de la crise », a annoncé le président Laurent Gbagbo, le 12 février, au journal du soir de la Radio télévision ivoirienne (RTI), prononçant la dissolution du gouvernement et de la Commission électorale indépendante (CEI).

La décision du chef de l’Etat, qui prend là un risque politique important, est la conséquence du blocage des négociations qui ont eu lieu le 11 février à Ouagadougou (Burkina). La rencontre des parties ivoiriennes autour du médiateur Blaise Compaoré avait pour principal objectif de résoudre le différent entre le camp présidentiel d’un côté et la CEI et l’opposition de l’autre.
Soutenu par le Rassemblement des Houphouétistes (RHDP) - composé principalement du RDR et du (PDCI) - le président de la CEI, Robert Beugré Mambé, a refusé de démissionner.

Il est accusé depuis plusieurs semaines par le pouvoir d’avoir tenté d’introduire frauduleusement sur la liste électorale quelque 429 000 noms. De son côté le parti du chef de l’Etat, le Front populaire ivoirien a lancé des procédures judiciaires pour rayer de la liste des électeurs à la « nationalité douteuse ». Plusieurs incidents, incluant des dizaines de blessés et l’incendie de bâtiments publics, ont éclaté en province avant que les autorités suspendent la période de contentieux au nom de l’intérêt national.

Le chef de l’Etat souhaite néanmoins préserver les acquis de l’accord politique de Ouagadougou, signé le 4 mars 2007. Dans son discours, il reconduit donc le Premier ministre, Guillaume Soro, dans ses fonctions. Ce dernier est chargé de proposer dès le 15 février un gouvernement restreint « de mission » qui pourrait comprendre une quinzaine de membres. La participation des ministres issus de l’opposition civile (RDR et PDCI) n’est pas encore décidée. « Le Premier ministre souhaite conserver un équilibre politique pour éviter tout blocage explique t-on à la Primature. Néanmoins, il aimerait le dépolitiser pour éviter d’avoir des ministres qui sont perpétuellement en campagne. Les partis pourraient proposer des techniciens aux compétences reconnues. »

La CEI devrait être « remodelée » et « allégée » pour la rendre « plus opérationnelle », ont indiqué des sources proches du pouvoir. La Primature aimerait voir son rôle de tutelle renforcée. « Il faut repenser le fonctionnement de la CEI en renforçant le rôle des directions opérationnelles », explique la même source. Après cette annonce, on assistait à quelques regroupements de jeunes de l’opposition dans certains quartiers populaires d'Abidjan, comme à Adjamé et Abobo. La présence des forces de défense et de sécurité était très visible dans tous les points stratégiques de la capitale économique.


Retrouvez le discours prononcé par Laurent Gbagbo, chef de l'Etat ivoirien, à 21heures, le 12 février, à la télévision ivoirienne.


" Depuis près de deux mois, une grave crise secoue la Commission électorale indépendante (CEI). Comme nous le savons, en particulier à l’issue de l’enquête diligentée par le procureur de la République près le tribunal de première instance d’Abidjan Plateau, le Président de cette institution, Monsieur Robert Beugré Mambé a mené une opération illégale, visant à obtenir l’inscription frauduleuse de 429 030 personnes sur la liste électorale.

Cette affaire intervient alors que nous sommes dans la dernière phase de l’établissement de la liste électorale, dernière étape vers l’organisation du scrutin présidentiel.

Ainsi, au moment où nous pensions être au bout de nos efforts pour avoir des élections propres, nous constatons qu’en réalité le processus de paix que nous avons patiemment élaboré est pris en otage par des partis politiques à travers leurs représentants au sein des institutions chargées de le mettre en œuvre. Le président de la Commission Electorale Indépendante n’a pas agi conformément à ce que la nation était en droit d’attendre de lui à savoir, demeurer rigoureux, neutre et impartial.

C’est dans ce contexte que l’on voit se multiplier des attaques contre les symboles de l’Etat : Des tribunaux saccagés à Divo, Man, et Katiola. Des sous-préfectures incendiées, notamment dans le département de Vavoua.

Ces faits montrent que nous ne sommes pas face à une simple crise dans la crise. Au-delà du processus électoral, c’est l’Accord Politique de Ouagadougou dans son ensemble que l’on veut saboter. Je rappelle que cet accord, signé entre les Forces Nouvelles et le président de la République, vient de notre volonté de donner un instrument à la Côte d’Ivoire pour aller à la paix. Il nous a permis de faire des progrès qu’aucun autre instrument ne nous avait donné l’occasion de réaliser. Nous n’avons aucune raison de l’abandonner. Au contraire, nous devons lever tous les obstacles à sa mise en œuvre.

Aujourd’hui, malgré tous les acquis, le processus de paix est à nouveau en panne. Nous sommes toujours face aux mêmes circonstances qui nous ont amenés hier, à prendre des mesures exceptionnelles pour ouvrir une perspective de paix à notre pays.

C’est pourquoi, afin de lever toute hypothèque sur le processus de paix et permettre à la Côte d’Ivoire d’aller, en toute confiance, à des élections propres, je prends, en vertu de l’article 48 de notre Constitution, les mesures suivantes :

Premièrement, la Commission électorale indépendante (CEI) est dissoute. Je demande au Premier ministre de me proposer dans un délai de sept jours, à compter d’aujourd’hui, le format d’une nouvelle Commission électorale crédible, qui pourra organiser des élections justes et transparentes.

Deuxièmement, le gouvernement est dissout. Je reconduis le Premier ministre Soro Guillaume, dans ses fonctions. Il est chargé de me proposer dès le lundi 15 février 2010 un nouveau gouvernement.

Je veux, pour la Côte d’Ivoire, un gouvernement de sortie de crise. Un gouvernement au service des Ivoiriens et non aux ordres des partis politiques. La mission de ce gouvernement sera de conduire, sous l’autorité du président de la République et du Premier ministre, les dernières actions nécessaires pour sortir la Côte d’Ivoire définitivement de la crise.

Que Dieu bénisse la Côte d’Ivoire

Je vous remercie."

Source Jeune Afrique

Article Lu 12050 fois

Samedi 13 Février 2010





1.Posté par Assi Gervais le 13/02/2010 14:59
Laurent Gbagbo, pour ceux qui fondaient beaucoup d'espoir à l'accord de Ouagadougou, vient de leur demontrer qu'ils sont très naïfs. Nous autres étions que conscients que cet accord était un marché de dupes. Seul un coup d'Etat sanglant pourrait débarasser ce président sanguinaires et sa clique de xénophobes et racistes

2.Posté par Razak Thiam le 13/02/2010 15:03
Bien dit cher frère. Quel est ce pays qui a été construit par les étrangers dont on refuse la descendance la nationalité ivoirienne?
MERDE!!!!!!!!!!!
ABAT LAURENT GBAGBO XENOPHOBE, RACISTE TRIBALISTE, DICTATEUR, VOLEUR, TROMPEUR, BOULANGET, BOUFFON

3.Posté par jUSTIN BOUABRE le 13/02/2010 15:16
IL FAUT QUE L'OPPOSITION IVOIRIENNE REAGISSE VIOLEMMENT A CE COUP D'ETAT DE CE PRESIDENT IMPOPULAIRE

4.Posté par adjehi élysée le 10/03/2010 14:26
cher razak thiam , je t'invite à consulter larousse pour avoir la définition exacte du mot xénophobie. dire à quelqu'un qu'il n'est pas un national en quoi cela constitue une xénophobie .rappelle-toi les années où thiam faisait parti de notre gouvernement et ses fils dirigeait nos entreprises nationales .à cette la COTE D'IVOIRE mon beau pays n'était pas xénéphobe ah! pauvre razak thiam .Quand l'ingatitude devient un vénin mortel !

5.Posté par adjehi élysée le 10/03/2010 14:26
cher razak thiam , je t'invite à consulter larousse pour avoir la définition exacte du mot xénophobie. dire à quelqu'un qu'il n'est pas un national en quoi cela constitue une xénophobie .rappelle-toi les années où thiam faisait parti de notre gouvernement et ses fils dirigeait nos entreprises nationales .à cette la COTE D'IVOIRE mon beau pays n'était pas xénéphobe ah! pauvre razak thiam .Quand l'ingatitude devient un vénin mortel !

6.Posté par gfd le 23/02/2011 13:19
un autre Kadafi nos fameux dirigens africain

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State