Référence multimedia du sénégal
.
Google

COOPERATION FRANCE-SENEGAL: Matam entre dans une nouvelle ère

Article Lu 11064 fois

André Parant, Ambassadeur de France a, en compagnie de Lamine Ba, ministre du Plan, du Développement durable et de la Coopération Internationale, et de Abdourahim Agne, ministre de la Micro-finance et de Coopération Internationale décentralisée, procédé mardi dernier à l’inauguration de plusieurs projets de développement mis en ouvre par le service de Coopération et d’Action Culturel (SCACC) de l’Ambassade de France dans la région de Matam.



COOPERATION FRANCE-SENEGAL: Matam entre dans une nouvelle ère
Le cérémonial impressionnant dans lequel se sont contenues les différentes étapes du long périple qui a conduit l’ambassadeur de France, les deux ministres du gouvernement sénégalais tout comme leurs délégations respectives, témoignait de m’engagement et de l’implication des populations qui ont été des acteurs dans les réalisations des différents projets. Dans le village de Sadel où les populations autochtones ont reçu une délégation de leurs ressortissants en France pour magnifier l’événement.

Le projet initié par l’association Solidarité Sadéloise Sahel Sénégal en France qui tournait autour de l’adduction d’eau, s’est traduit par la pose de près de 6 kilomètres de tuyaux ainsi qu’au raccordement de l’ensemble des foyers du village en plus des 24 bornes-fontaines installées et opérationnelles depuis 2005. D’un coût total de près de 20 millions de francs Cfa, le projet a bénéficié d’une subvention du Fonds de Solidarité Prioritaire « Initiatives de Codéveloppement », ainsi que de l’appui de partenaires français (l’Ong Aquassistance et le Conseil Régional d’Iles-de-France). La direction régionale de l’hydraulique a également apporté son concours à cette réalisation. De l’avis des populations, ce projet vient à son heure dans la mesure où, au-delà de l’accès à l’eau potable des habitants du village et des hameaux limitrophes, il sera observé une baisse des maladies hydriques (hépatites, gastro-entérites, dysenterie, choléra, paludisme…) assez fréquentes au niveau de la zone. Pour lamine BA ministre du Plan, du Développement durable et de la Coopération Internationale « ce projet utile né de la jonction des efforts des ressortissants du village, du dynamisme et de l’implication de l’état et des partenaires, entre dans le cadre du développement durable des localités ».

Pour le président de l’association des ressortissants de Sadel vivants en France « l’impact serait aussi d’ordre économique avec le simple fait que les femmes n’auront plus à marcher des kilomètres à la quête de l’eau et, qu’elles seront plus disposées à développer des projets à revenus réels comme le maraîchage ». Dans la localité, comme le chef de village ne l’a pas manqué de souligner ; les défis à relever tourneront autour de la mise en place d’infrastructures sanitaires et scolaires pour enrayer les difficultés liées aux soins et à l’éducation des enfants.

Ourossogui un marché ultra moderne

Dans la commune de Ourossogui, deuxième étape de la visite de son excellence André Parant ambassadeur de France au Sénégal, les autorités locales se sont tour à tour succédé au micro pour magnifier l’événement du jour en l’occurrence : l’inauguration du nouveau marché de la ville. D’une surface totale de 6098,5 m2 le marché construit sur un terrain de 11 261 m2 se doit d’améliorer la productivité urbaine en permettant le développement des activités économiques, la création d’emplois, la génération de revenus et la lutte contre l’exode. La construction en l’état, qui reste aussi une action concrète de coopération décentralisée cofinancée par le Conseil Régional Rhône –Alpes et par la Coopération française, appuyé par l’association Ardèche Drôme Ourossogui Sénégal (ADOS) , devrait de l’avis des officiels français et sénégalais « améliorer la qualité des services offerts ». Avec la mise à disposition d’un équipement adapté, fonctionnel, la commune entend non seulement à travers cette infrastructure de pointe améliorer le taux de recouvrement et les recettes, mais aussi le taux d’investissement. De l’avis de M. Abdourahim Agne, Ministre de la Micro-finance et de Coopération Internationale les dispositions de l’Etat s’inscriront de plus en plus dans la dynamique « d’aider à avoir les instruments et les moyens d’asseoir des coopérations de la sorte ».

Odobéré se connecte au monde

En fin de journée, l’ambassadeur de France a également procédé à l’inauguration du centre d’accès à Internet du village de Odobéré situé en milieu rural dans une zone fortement enclavée surtout en période d’hivernage. Réalisé dans le cadre du projet d’appui au développement Numérique (ADEN), ce programme du ministère français des affaires étrangères a pour objectif de lutter contre la fracture numérique. Ce centre est de l’avis de son Excellence André Parent ; le deuxième centre au Sénégal après celui de Coubanao en Casamance. Selon l’ambassadeur de France : « ce centre qui est un point d’accès Internet doté d’équipements modernes et performants avec notamment l’acquisition et l’installation de 10 ordinateurs accompagnés de leurs accessoires et périphériques, bénéficie également d’un accompagnement sur deux ans avec un plan de formation et de suivi sur le plan technique mais aussi, dans le domaine de la gestion administrative et financière ». La coopération française prend également en charge les frais de connexion du centre pendant les deux premières années. Il notifiera ensuite qu’« au-delà de son objet spécifique qui est celui de permettre l’accès à l’Internet, Ce centre ADEN est aussi un vecteur de développement local ». Car, selon lui, comme pour le centre de Coubanao en Casamance et comme pour tous les centres, « la mise en place d’un centre à Odobéré a été déterminée en fonction d’existence d’un tissu socio –économique, communautaire et associatif dynamique sur lequel l’accès à l’Internet se greffe en apportant une valeur ajoutée au développement local. Au-delà donc de l’accès Internet, il s’agit de faciliter la création de contenus et d’utilisation au service de la population les activités existantes tout en assurant la viabilité économique des centres dans la période d’accompagnement par la coopération française ».

Au demeurant, à Odobréré, le centre installé (situé dans l’enceinte d’un collège dont la construction a été financée en grande partie par l’association Drôme-Ourossogui-Sénégal Ados) en partenariat avec l’association pour le développement socio-culturel de Odobéré l’ASCO qui contribue activement au développement local et en étroite collaboration aussi avec les autorités du village et la communauté rurale, est le prix d’une synergie entre actions de co-développement et projets de coopération décentralisée De l’avis du directeur du cabinet du ministre des télécommunications, des postes et des technologies de l’information et de la communication, « il s’agira à travers des projets de la sorte de démocratiser l’accès aux nouvelles technologies de l’information et de la communication, former les populations locales à leur utilisation et d’appuyer les usages et contenus Internet favorables au développement ».

Pape Moctar NDIAYE
Source: Sud Quotidien

Article Lu 11064 fois

Lundi 11 Juin 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State