Référence multimedia du sénégal
.
Google

[CONTRIBUTION] Sommes-nous prêts à vivre avec le Sopi jusqu’en 2033 ?

Article Lu 1747 fois

A l’élection présidentielle de 2012, le Sopi devrait en principe persister sur la candidature actuellement annoncée en dépit du ‘double défi à la nature et à la raison’. Les cadres et militants du Pds devenu Pdsl savent pertinemment qu’une candidature à 86 ans pour un septennat signifie courir le risque de voir et d’avoir à gérer un chef d’Etat jusqu'à 93 ans. Le risque est sans doute bien calculé. Si le candidat de 86 ans passe en 2012, le Sopi pourrait continuer le tripatouillage de la constitution pour nous placer dans le contexte de 1981 avec la fameuse modification de l’article 35 ayant permis à Diouf de continuer le mandat de Senghor. Les arguments ne manqueront pas au Sopi qui a montré qu’il ne porte pas de gant quand il s’agit de planter un couteau au cœur de la démocratie. Après 2012, si le Sopi passe, c’est bien parti jusqu’en 2033, ce qui fera au moins 33 ans de règne au forceps, sauf accident grave de parcours.



[CONTRIBUTION] Sommes-nous prêts à vivre avec le Sopi jusqu’en 2033 ?
2033, avons-nous dit. Pourquoi ?

Après 2012, le candidat du Sopi, s’il gagne par extraordinaire, pourrait faire deux à trois ans pour mettre sur orbite le successeur désigné connu de tous. Ce dernier, dans ses habits de chef de l’Etat par héritage, organisera la mort politique de ses contradicteurs internes au Pdsl qui ne perdent rien pour attendre. Ils passeront tous à la trappe un à un sans cri, sinon quelques soubresauts sans impact sur la marche des choses. Des pans entiers de toutes les institutions pourraient être neutralisés le temps du grand nettoyage. Jusqu’en 2019, fin du septennat, le dauphin aura le temps suffisant pour s’installer et installer sa machine.

En 2019, il briguera un septennat qui, juridiquement, sera son premier. S’il passe d’une manière ou d’une autre, il se présentera encore sept ans plus tard en 2026, pour aller en route vers 2033. Il aura ainsi fait 19 ans au sommet de l’Etat le temps d’asseoir ses tentacules. Entre-temps, les actuels leaders de Bennoo auront assez de temps pour des regrets si le destin les épargne. En 2033, en fonction des rapports de force, le dauphin aura encore assez de forces pour continuer la bamboula pour atteindre le pronostic des 50 ans de règne du Sopi.

Ce scénario n’est pas une fiction

C’est du domaine du possible si tous les ingrédients, notamment la fraude et le morcellement de l’opposition, y aident. L’obstacle majeur à ce scénario est et n’est que 2012. Un moment historique durant lequel Bennoo Siggil Senegaal doit se dresser comme un seul homme pour barrer la route au patriarche. Il n’y a pas trente six mille solutions. Il n’y a en que deux :

- La candidature unique

- Une stratégie audacieuse de lutte contre la fraude.

En 2007, ces deux stratégies n’ont pas fonctionné, raison pour laquelle il y a eu la grande désillusion. En 2012, les mêmes causes produiront les mêmes effets et les adeptes de la stratégie de candidatures multiples se réveilleront avec une migraine terrible qui les poursuivra durant sept longues années. Il n’est pas seulement hypocrite de prêcher une multiplicité de candidatures. Il est simplement suicidaire de le faire quand on sait qu’en face, la grande machine est en marche avec des moyens colossaux qui vont faire croire aux populations que les bouts de réalisations, à l’horizon 2012, sont le fait du patriarche et de son dauphin inaugurateur en chef.

La stratégie de conservation du pouvoir à l’horizon 2033 est en marche

Elle a pris en compte tous les paramètres, y compris les quatre variables qui peuvent mettre du sable dans le couscous. Ces variables sont : 1- Le combat interne au Pdsl qui dépendra de la détermination des autres dauphins s’ils ont l’intelligence de savoir qu’en 2012, il faut tout de suite anticiper les combats à venir pour ne pas être les agneaux du sacrifice pour le règne du dauphin voulu. Auront-ils, ces autres dauphins, assez de courage et de ressources pour anticiper le combat ?

2- Autre variable essentielle, la détermination du peuple qui, au-delà des combines, pourra dire un non intelligent et intelligible. Mais un peuple peut-il faire foule sans catalyseur ?

3-Troisième variable, l’intelligence et l’oubli de soi des leaders de Bennoo qui n’ont pas le droit de laisser le Sénégal courir le risque d’une dévolution monarchique du pouvoir. 2012 ne doit pas être pour eux un baroud d’honneur, mais un moment sublime de sagesse et de réalisme politique au profit du seul Sénégal.

4-Enfin quatrième variable et non des moindres, le destin ou la main invisible du bon Dieu. Le chanteur Ndiaga Mbaye disait : ‘Yallaa aay ci pootum nguur. Dangay weer ba mu fendi mu taw ci kawam’. Mais si le destin s’accomplit, la destinée, elle, s’élabore. Ceux qui choisissent de peser sur le destin ont plus de chance que ceux qui attendent.

En définitive, prédire l’avenir n’est certes pas une photo. Mais c’est du domaine du possible du plausible que l’on peut corriger si la sincérité et la lucidité sont érigées en lanternes.

Les leaders de Bennoo auront trahi toutes les générations à l’horizon 2033, s’ils laissent ce scénario de la succession par le dauphin connu se dérouler. Au lieu de perdre du temps à tirer sur le Sopi impopulaire dans les cœurs, ils doivent, ces leaders de Bennoo, taire leurs ambitions personnelles et messianiques et proposer tout de suite au peuple une tête crédible, quitte à aller vers une transition et non une mandature. L’essentiel est d’arrêter le scénario d’une passation de pouvoir non démocratique. En somme, remettre la démocratie sénégalaise, seul gage de paix sociale et d’émergence, sur les rails.

En 2033, le temps ne sera plus aux regrets et l’histoire jugera. Et puis, de 2012 à 2033, du mode d’expression des rapports de force, dépendra la stabilité du Sénégal qui s’accommodera difficilement d’un régime impopulaire imposé. Le dire n’est pas une tentative de jouer les cassandres. ‘Magum waxoon na ako moo gën magum xamoon naa ko’. Le dire tout de suite est une manière de tirer la sonnette d’alarme s’il y a encore assez d’oreilles pour l’entendre.

Mamadou NDIONE
Mandione15@gmail.com
Source Walfadjri

Article Lu 1747 fois

Samedi 23 Janvier 2010





1.Posté par TRAORE le 23/01/2010 14:49
Messieurs les journalistes de xibar.net ,avec le respect à votre égard je vous prie de ne pas mettre ces genres articles puisque vous trés bien que le PDS est agonisant dans tous les sens du terme.
Tous les responsables politiques qui ont contribué de prés ou de loin à mettre WADE aucommande au Sénégal ne sont pas en armonie avec leurs consciences.
Vive l'unité de Notre Cher Pays et le Vive le Nouveau le Sénégal.
je ne sais pas si vous savez les difficultes que traverse notre pays et je vous assure que ça bouge partout pour un projet commun pour le Nouveau Sénégal..
Croyez-moi le train est en marche et je vous invite à le prendre le plus vite.
VIVE LE SENEGAL NOUVEAU.

2.Posté par jules le 23/01/2010 15:22

même un jour de plus reste un enfer pour le Sénégal des minables comme les gens du gouvernement juska 2033 c 'est insulté les sénégalais.

3.Posté par yaradikou le 23/01/2010 16:02
FAIRE RÉÉLIRE WADE EN 2012, quoi de plus facile!!!

-ce sont les mêmes qui chialent sur le net depuis 2006
-c'est toujours les mêmes journaux et sites qui dénigrent
-ils avaient prouvé, avant 2007, que Wade a fait tuer Maître Sèye
-Wade a été hué et conspué partout en Décembre 2006
-tous ses détournements et corruptions avaient été révélés aux Sénégalais
-la vie devenait de plus en plus chère et les jeunes se noyaient en mer pour se sauver de la pauvreté


ET POURTANT...WADE GAGNA EN 2007...Parce qu'il a su construire peu et promettre beaucoup.

ET POUR 2012???

-l'affaire Ségura
-les détournements de Karim et Baldé
-la vie chère
-une opposition qui ne sait pas quel chemin prendre
-un Macky Sall prêt à casser les pieds de BENNO, juste pour avoir un bon score

ET WADE , toujours là pour promettre et a transformé le pays en trou à rats.

WADE VA GAGNER EN 2012.

RAISON: les Sénégalais ne votent pas pour un programme, ils votent pour le meilleur «politicien» (le beau parleur, menteur quoi), ce que Diouf, Karim Wade, Moustapha Niasse et Tanor ne sont pas.LA PREUVE: Même Barth Diaz avoue qu'à la place de Karim, un bon politicien comme Pape Diop aurait gagné.

4.Posté par ouz le 23/01/2010 19:10
Soubanallah
Que Dieu nous preserve de ce calvaire!!!
les Wade ces incapables et pilleurs jusqu'en 2033 c'est la mort annoncée pour le peuple sénégalais!!!
faisons tous front à cette dynastie Wade les francs macons de m.............de
salam

5.Posté par Abasse le 23/01/2010 22:03
Mon ami, tu pense que le Candidat Cheikh Bamba Dièye n'est pas un espoire pour le Sénégal? comment peut-on ignorer les idées et l'engagement de cet homme? Je pense que pourra nous faire oublier cette mauvaise gestion de biens publics!
C'est vrai défit pour nous sénégalais de soutenir sa candidature!
Merci

6.Posté par PAPE le 23/01/2010 22:57
Euskey Wade Gathié Ngalama Gorguy avec toi jusqu'à la mort

7.Posté par boytown le 24/01/2010 13:22
2033 key, gni key dem rek, amoul negocier, amoul dara daanou rek.

8.Posté par Ndèye le 26/01/2010 11:47
Aay waay yene nak dangène gnou yep sax wade ak ay mbokam mome ak pds doyna seuk ak barké yalla na gnou yallah diox ki guen comme par exemple Maky Sall

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State