Référence multimedia du sénégal
.
Google

[CONTRIBUTION] Présidentielle 2012: un peuple qui reprend son pouvoir.

Article Lu 1786 fois

Les impasses voire les dramatiques régressions du Sénégal actuel s’ancrent sans nul doute dans une totale méprise quant à la notion même d’Etat. Le pouvoir libéral du Président Wade ignore qu’aucun progrès ne sera possible sans une redécouverte des fondements de l’Etat moderne. La notion d’Etat de droit évoque une organisation collective reposant non pas sur l’arbitraire du Prince et la contrainte, mais sur des règles connues, hiérarchisées, stables, et respectées par les gouvernés comme par les gouvernants. Laquelle s’appuie sur deux fondements dramatiquement méconnus par les libéraux de service : les procédés démocratiques d’élaboration des règles, et le respect des valeurs républicaines dans leur mise en application, en d’autres termes la démocratie et la République.



[CONTRIBUTION] Présidentielle 2012: un peuple qui reprend son pouvoir.
Pour eux, l’élaboration des règles n’est nullement soumise à une procédure démocratique dès lors que ces règles sont commanditées par le Prince et participent à leurs intérêts particuliers. Ils ont vite oublié qu’ils doivent leur position de décideurs grâce à une batterie de lois et règles démocratiques édictées par leurs prédécesseurs, qui eux, au moins avaient une culture républicaine et des principes démocratiques. Sans être sous le régime parlementaire le Sénégal est pris dans le piège de la VIème République française (une instabilité gouvernementale) sans précédent. Depuis le 19 mars 2000 à ce jour le Sénégal a connu sous le Président Abdoulaye Wade sept gouvernements pour six Premiers ministres :

- Gouvernement de Moustapha Niasse (du 3 avril 2000 au 3 mars 2001)

- Gouvernement de Mame Madior Boye (du 3 avril 2001 au 4 novembre 2002)

- Gouvernement de Idrissa Seck (du 4 novembre 2004 au 21 avril 2004)

- Gouvernement de Macky Sall-I (du 21 avril 2004 au 23 novembre 2006)

- Gouvernement de Macky Sall-II (du 23 novembre 2006 au 19 juin 2007)

- Gouvernement de Cheikh Habguibou Soumaré (19 juin 2007 au 30 avril 2009)

- Gouvernement de Souleymane Ndéné Ndiaye en cours depuis le 1er mai 2009

Qui dit mieux ? Le président François Mitterrand (1981/1995) en quatorze ans au pouvoir a connu sept Premier ministres. Quand au président Jacques Chirac (1995/2007), lui s’est contenté de quatre Premier ministres en douze ans.

Oui les libéraux ont raison pour dire qu’en neuf ans ils ont fait mieux que les socialistes en quarante ans. Du président Senghor au président Abdou Diouf, c'est-à-dire en quarante ans de pouvoir le Sénégal n’a connu que sept chefs de gouvernements :

- Gouvernement de feu Mamadou Dia (du 18 mai 1957 au 18 décembre 1962)

- Gouvernement de Abdou Diouf (26 février 1970 au 30 décembre 1980)

- Gouvernement de Habib Thiam-I (de janvier 1981 au 3 avril 1983)

- Gouvernement de Moustapha Niasse (du 2 avril 1983 au 29 avril 1983)

- Gouvernement de Habib Thiam-II (du 29 avril 1991 au 15 mars 1995)

- Gouvernement de Habib Thiam-III (du 15 mars 1995 au 3 juillet 1998)

- Gouvernement de Mamadou Lamine Loum (du 3 juillet 1998 au 5 avril 2000)

Certains diront, mais pourquoi ce rappel historique ? Eh bien, au moment où la république du Sénégal tombe en déliquescence, il semble nécessaire de rappeler aux tenants du pouvoir, que ce peuple, cette nation, que l’Etat républicain du Sénégal qui s’est construit durement mais sûrement, ne saurait être sabordé par un groupe, une faction encore moins par une famille. Ne touchez pas à notre mode de scrutin. Si de tout temps vous avez refusé de marcher dans du sang pour accéder à la magistrature suprême, alors soyez conséquent pour éviter d’en sortir en marchant dans du sang. Avant les locales du 22 mars 2009, le parlement se préparait à approuver votre projet de loi tendant à changer le mode de scrutin direct à un mode de scrutin indirect pour la désignation du chef d’Etat. C’était sans compter sur votre défaite impossible de ces mêmes élections locales. Et aujourd’hui les parlementaires se préparent à nouveau à outre passer leurs prérogatives afin de vous éviter une consultation populaire (le référendum) où votre défaite serait sans nul doute un «plébiscite» jamais atteint par un président de la république. Quoi que vous fassiez, la présidentielle de 2012, c’est le peuple qui reprend son pouvoir et non l’opposition. Cependant, cette opposition sera là bien présente, divisée où unie, pour concourir à l’expression du suffrage universel. Et elle veillera à ce que la volonté du peuple souverain ne soit point trompée.

Alioune Ndao Fall
Chargé de la diaspora Apr

Article Lu 1786 fois

Mercredi 9 Septembre 2009





1.Posté par revue de presse le 09/09/2009 08:18
"le piège de la VIème République française (une instabilité gouvernementale) " N'mporte quoi ! ce n'est d'abord pas la VI republique française mais la IV eme ensuite l'instabilité n'a rien a voir entre les deux.

Sous la 4eme république francaise l'instabilité était totale puisque c'était le président du conseil qui changait, celui qui en fait avait le pouvoir. Au sénégal le president ne change pas, hélas, ce ne sont que des ministres.

Si l'on veut faire figure de donneur de leçon , mieux vaut eviter de dire des conneries !

2.Posté par mousse le 09/09/2009 09:54
le chef d etat.........n rest qu un menteur..........wade a echoue dans tous les plans......acteullement il ne fait tatonner.....ne sachant ou aller.........le probleme du gouvernement c est les ministre ils n ont rien fait .........le fond c est bien wade qui l idiot.l incompetent dans ce gouvernement........il ne sait que faire et puis son entourage est nul...........inexperimente.........il sont la pour se remplir les poches a coup de milliards.........au dos des contribuables senegalais..........ils ont montrer leur limites pour gerer ce pays..........

3.Posté par IDI le 09/09/2009 12:27
Je suis tres inquiet.
Vu la situation du pays ces temps-ci, autant prendre de suite nos propres ressources qui sont au trésor pour regler d'urgence les problemes de la banlieu.
Par contre on nous parle de livres et d'argent pour des routes.
C'EST VRAIMENT BIZARRE LE SENEGAL.

4.Posté par Souleymane Aw le 09/09/2009 12:34
9a se voit que tues de l'apr,donc pion de Macky sall.Tout est clair.Sachez c'est Wade qui a permit à votre monsieur apr d'avoir les moyens de sa révolte contre son bienfaiteur.Lorgnez du côté de Fatick ,les populations souffrent des inondations en majeur partie dues à ses routes mal conçues.

5.Posté par ammal le 09/09/2009 14:07
tout ce que fait le président abdoulaye wade nous ancre davantage dans la démocratie! bien maky!

6.Posté par mustafa le 09/09/2009 18:07
enfin quelqu'un qui parle bien fraçais.

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State