Référence multimedia du sénégal
.
Google


hh



CONTRIBUTION Le maintien de la maison du Sénégal à New York, est une grave erreur dans la situation économique actuelle du pays.

« Maison du Sénégal à New York : Macky Sall poursuit le chantier de Wade » Voilà, ce que rapporte le journal Lequotidien. Il est très surprenant d’apprendre, au moment où tous les efforts devaient porter sur la traque des biens mal acquis pour récupérer, ceux volés et planqués à travers le monde, que le président de la République ait l’intention de poursuivre une opération injustifiable, qui n’est rien d’autre, qu’une dépense de prestige dispendieuse. Il est inimaginable et même impensable, après une gestion aussi scandaleuse de nos ressources nationales par Me Wade, à vouloir persister encore dans l’erreur de celui-ci. Le Président devrait plutôt condamner fermement cette gestion peu vertueuse, qui est synonyme d’un pillage systématique du pays



Qui plus est, au moment où tout le monde est arrivé à la même conclusion, que Me Wade est un piètre gestionnaire, qui ne savait faire, que dilapider les ressources du pays pour son prestige et plaisir personnels. Wade s’était particulièrement illustré à travers le monde, dans l’extravagance et la folie des grandeurs, comme l’atteste son fameux monument de la renaissance. Voilà pourquoi d’ailleurs, les Sénégalais l’ont sanctionné sévèrement, en le boutant hors du pouvoir le 25 mars 2012. Un tel homme, ne peut servir d’exemple dans la gestion, et ses chantiers anti-développements, qui ont presque tous tourné le dos aux intérêts supérieurs du pays, ne devraient et ne doivent en aucune façon, être poursuivis par son successeur.

Le bilan ou l’état des lieux, constitué par toutes ces urgences en instance, et les nombreux chantiers inachevés, dont les uns sont plus prioritaires que les autres, que Wade a délaissés, attendent leur mise en œuvre par Macky Sall. Il s’agit entre autres de cette liste non exhaustive de secteurs comme : L’Education, la Santé, l’emploi globalement mais surtout celui des jeunes, les inondations récurrentes, les infrastructures et travaux publics, particulièrement au niveau de tout le pays, les promesses de programmes de financement ficelés en direction des régions, l’électricité en générale, l’insécurité globale au plan national, l’Agriculture en général, la demande sociale, la diminution du train de vie de l’Etat et tant d’autres choses à réexaminer, qui sont de loin plus utiles pour les Sénégalais par rapport, à cette fameuse maison du Sénégal à New York, qui ne concerne en rien la vie du peuple sénégalais. Le président de la République ne doit pas oublier ses engagements de campagne envers son peuple. Et il doit savoir, que celui-ci commence à perdre patience, parce que, las d’attendre, la solution de ses problèmes, qui tarde à venir. Cette maison inutile dans la résolution générale des problèmes du pays, doit justement être auditée, comme doit l’être toute la gestion de Me Wade.

Assurément, le Président de la République devrait présentement avoir d’autres chats à fouetter que de vouloir poursuivre, l’un des chantiers ubuesques de son prédécesseur, chantier qui va nous coûter les yeux de la tête inutilement encore. Ainsi, le président Macky Sall s’éloigne par-là, de fait, et totalement alors, de cette voie royale proclamée, que son PM, qui ne fait en principe qu’exprimer sa vision ou volonté, nous narrer il n’y a pas longtemps dans sa DPG, à savoir : former un gouvernement d’efficience et d’efficacité, en vue d’une gestion sobre et vertueuse des affaires publiques.

L’intention ou la décision du président de poursuivre ou de marcher sur les traces sinueuses de Wade, est en droite ligne, une contradiction flagrante avec la déclaration de politique générale de son PM. Cette décision manque totalement et absolument de rationalité, d’efficience, par conséquent d’efficacité, au regard des épineux problèmes, tant économiques que sociaux, auxquels notre pays se trouve confronter aujourd’hui. Et le comble, c’est que la plupart d’entre eux, proviennent justement de la faute de Me Wade, à cause de sa gestion nébuleuse, irrationnelle et cahoteuse. Il est dès lors, mal venu et totalement inopportun, de s’engager dans un projet, qui n’a qu’un seul et unique caractère à montrer, celui peut-être, un prestige du Sénégal à New York. Alors que nous sommes en train de faire des pieds et des mains pour trouver des sous. C’est d’ailleurs la raison, des emprunts obligataires ainsi que la quête de 5000 milliards de francs CFA devant le club de Paris au mois de mars pour financer notre développement. Où se trouvent alors, la rationalité, l’efficience, l’efficacité et la gestion sobre dans tout cela ? Si le président de la République maintient la construction de cette maison effectivement, notre pays se retrouverait dans cette posture décrite parfaitement par cet adage Wolof : « Ku sa ab ser jóttul, ngay booti gāmb » c’est-à-dire : « c’est quelqu’un dont l’habit n’arrive même pas à couvrir son corps, qui malgré cela, veut y envelopper un récipient en plus ». Il faut quand même savoir raison garder ! Car, devant l’impossible nul n’est tenu.

Alors, si les objectifs visés ici, ce sont pour une meilleure visibilité, le prestige et le rayonnement du Sénégal à New York qui sont recherchés envers et contre tout dans cette opération complètement aberrante, il est évident que le jeu n’en vaut pas la chandelle. Si également, c’est pour imiter Idi Amine Dada, le fou de Kampala, l’anti modèle de l’Afrique démocratique et le dictateur invétéré qui fut la honte de l’Afrique progressiste par ses frasques et ses fantasmes, c’est encore pire. Car, ce dernier, fait partie des rares chefs d’Etat à posséder une maison au pays de l’oncle Sam.

L’attente aujourd’hui, de la majorité des Sénégalais auprès du président la République, comme mesures ou premières tâches urgentes à exécuter, est tout d’abord la rectification des graves fautes commises par Me Wade à tous les niveaux de l’Etat, et ensuite, de sonner la fin de la récréation qui n’a que trop duré, pour remettre le pays effectivement au travail. Ce qui exige impérativement du gouvernement, de rompre définitivement avec les pratiques et méthodes nocives de Me Wade, dans tous les domaines. Cette opinion est presque partagée unanimement ou alors par la majorité du peuple sénégalais, qui a porté son choix sur vous Monsieur le président. L’extravagance, la suffisance, les dépenses somptueuses de prestige personnel et totalement improductives, avaient caractérisé le règne de Me Wade. Et ce sont ces raisons-là, qui l’ont justement perdu. Souvenez-vous bien président Macky Sall, que vous avez déclaré à la face du peuple sénégalais et du monde entier, vouloir appliquer une gouvernance sobre et vertueuse, ce qui a provoqué certainement, une adhésion massive de beaucoup de Sénégalais, à vous appuyer et vous encourager à aller effectivement dans ce sens. Mais hélas ! Nous constatons par moments, que certains de vos actes et mesures, ne cadrent pas du tout dans la pratique, avec cette intention publiquement déclarée. Alors, je vous invite à vous inspirer de cet adage Wolof qui dit : « Bët du yaanu, wante xaam na lu bopp antann » littéralement, cela veut dire à peu près : « Les yeux ne supportent pas le poids du fardeau, mais ils savent ce dont la tête est capable de supporter »

Le président de la République doit en permanence se munir d’un livre de chevet ou bréviaire, qui renfermerait ses promesses, ses déclarations et ses engagements faits au peuple. Qu’il sache aussi, qu’il sera jugé demain sur pièce, c’est-à-dire sur les faits et les réalisations concrètes, et non sur ses intentions, même les plus louables et nobles. Par conséquent, il a tout intérêt, à écarter de manière systématique loin de son environnement immédiat, tous ces anciens conseillers affairistes de Me Wade, car ce sont eux, qui l’entreprenaient constamment, certes avec sa complicité, à s’engager dans des investissements à perte sèche et des projets faramineux, mais très souvent chimériques. D’ailleurs, certains parmi ces fameux conseillers, n’agissaient que pour leurs propres intérêts. Ainsi, par des voies détournées, ils arrivaient à faire fructifier rapidement leurs affaires personnelles, en prenant bien soin de s’aménager des opportunités juteuses, sans aucune concurrence possible donc, un gré à gré classique, au détriment des intérêts du pays et du peuple sénégalais. A cet égard, il y a un architecte particulier, qui cherche et trouve souvent par tous les moyens, de lier amitié à tous les chefs d’Etat en exercice, de chez nous, comme de l’Afrique en général. C’est un affairiste spécial, dont il faut bien se méfier, car pour lui, ses intérêts personnels priment toujours et passent avant tout le reste. C’est comme qui dirait, ma poche avant ma patrie !

Je demeure encore convaincu, qu’il faut nécessairement en toutes circonstances, savoir situer l’ordre des priorités dans les actions à mener, en tout. Ceci étant dit, il est tout à fait évident pour la majorité des Sénégalais, que la maison du Sénégal à New York, n’est pas du tout parmi les priorités du Sénégal à l’heure actuelle. Par conséquent, la raison d’Etat recommanderait fort bien au président de la République, de renoncer sans délai à ce chantier mal venu de Wade, pour être en conformité avec ses engagements, de gérer avec sobriété les ressources de la nation.

Enfin, je me demande parfois, si le président de la République consultait effectivement ses conseillers avant la prise des décisions, mais également, si ses conseillers jouaient pleinement leur véritable rôle, en donnant à chaque fois un avis circonstancié sur les décisions, qu’il comptait prendre ? Parce que, leur avis favorable précisément sur le maintien de cette maison du Sénégal, qui n’en est pas une, à New York, manque totalement de pertinence à tout point de vue, dans la situation présente du pays.

Mandiaye Gaye
Gaye_mandiaye@hotmail.com
b[

Jeudi 24 Janvier 2013



Nouveau commentaire :
Twitter








Plateforme d’information et d’intéraction a temps réel
Optimisé pour être vu en 1024x768 I.E. 6.0 ou plus récent

Info sur Xibar.net | Conditions d'utilisation | Données personnelles | Publicité | Aide / Contacts |
Copyright © 2007 Xibar multimedia Tous droits réservés