Référence multimedia du sénégal
.
Google

[ CONTRIBUTION ] La mendicité : Les enfants invisibles

Article Lu 12410 fois

La mendicité préoccupe depuis des décennies. Tout le monde s’accorde à reconnaitre que c’est un véritable fléau social. Mais jusqu’à présent rien n’est fait ou se fait mal pour l’éradiquer.



[ CONTRIBUTION ] La mendicité : Les enfants invisibles
Nous les voyons tous les jours, parlons en leur nom, décidons pour eux et ce depuis des années sans jamais se soucier d’eux. Eux, ce sont les talibés. Ils font partie de notre décor quotidien, nous les côtoyons à chaque coin de rue et pourtant à nos yeux, ils sont invisibles. Invisibles, ils le sont, en dépit du fait qu’ils sont victimes d’un des pires fléaux qui menace de déchirer notre tissu social. Combien sont-ils ces jeunes, qui, sous le soleil ardent, en haillons, arpentent les rues à la recherche de victuailles ? Mystère.

Jadis, la mendicité avait pour objectif de parfaire la formation de l’enfant, d’inculquer à ce dernier une « humilité ». En effet, « Le disciple, tant qu’il cherche Dieu ne saurait vivre que de la mendicité, quelle que soit la richesse de ses parents » nous disait on.

De phénomène socioculturel permettant une meilleure formation de l’enfant, la mendicité est devenue un fléau social. Actuellement, nous sommes loin de la vision et de la visée de la mendicité pour l’accomplissement de soi, l’apprentissage de la souffrance et la quête de la ration quotidienne. La réalité est toute autre, les enfants sont victimes d’une forme « d’esclavage moderne » qui ne dit pas son nom. Ces enfants sont exclus du système, et ce sans y entrer auparavant. Dans une certaine mesure, ils ne bénéficient d’aucune éducation, voire très peu puisque durant 365 jours, ils sont à la merci de pseudos marabouts, les exploitant purement et simplement. Ces pseudos marabouts, « gestionnaires » de Daaras n’ont rien à envier au commerçant implanté à « Sandaga » ou à « Tiléne ». Au contraire, eux ne connaissent pas la crise, leurs actions (talibés) sont stables à la bourse régionale des valeurs mobilières. Les subprimes, ils n’en ont cure.

Nous sommes tous coupables d’avoir laissé se développer ce fléau qui tend à se régionaliser sérieusement. Les enfants de la sous région sont convoyés vers Dakar par leur trader de marabout. Dakar est devenue la capitale de la mendicité. Avec la migration nationale et sous régionale des Daaras, la mendicité y atteint des proportions préoccupantes.

Les familles de ces talibés n’ont pas assuré leur rôle de socialisateur. La démission parentale a ainsi favorisé le développement de ce fléau. Malgré tout ce que l’on a dit sur la mendicité, il est courant de voir un parent confier son enfant à un marabout dont il ne connait presque rien et à qui il ne donne rien. Par conséquent, on ne peut s’étonner de la situation telle qu’elle se présente à nos yeux.
Un marabout doit jouir d’une confiance et d’une reconnaissance communautaire avant de se voir confier la lourde charge d’éduquer nos enfants. C’est la seule condition, pour éviter de voir le nombre de talibés mendiants de plus en plus croissant.

Des marabouts, des vrais, il en existe. Ceux là, inculqueront à nos enfants les manières d’être, de penser et d’agir nécessaires pour affronter la vie sans craintes. Seulement, il faut les trouver.
Notre pays, dans le cadre des objectifs du millénaire s’est engagé à réussir le pari de scolariser tous ses fils à l’horizon 2015. Ce qui pourrait s’apparenter à une réelle volonté politique de la part de l’Etat pour, enfin agir sur le système éducatif et permettre à tous les enfants sans distinction aucune de jouir d’un de leurs droits les plus fondamentaux n’est rien d’autre qu’un mirage. Les talibés sont invisibles dans les plans de l’Etat qui fait preuve d’un désengagement notoire. Pour preuve, sur les 40% du budget alloués à l'éducation, seul 0,9% est attribué aux Daaras en dépit de leur importance numérique. La mendicité est la résultante des mauvaises conditions dans lesquelles évoluent les Daaras. La lutte contre la mendicité passe aussi par la prise en charge des Daaras, leur modernisation, l’introduction du trilinguisme, l’adoption d’un curriculum commun. L’Etat, tout comme les parents et les pseudos marabouts n’est pas exempt de toute reproche, car aucune mesure n’est prise pour lutter contre l’ouverture anarchique des Daaras, même si elles existent, elles semblent être inefficaces.

Et, nous ? Combien sommes nous à affirmer que la situation des talibés nous tient à cœur, que nous nous sentons mal pour ces pauvres, et qui par la même occasion nous nous contentons, en guise de « trompe conscience », de leur donner deux ou trois poignées de riz, des bougies ou du cola sous l’injonction du devin charlatan Reuk Reuk Boudian ou Karamoko Guissané.

Il existe des actions qui ont prouvé leur efficacité : c’est le fameux Ndeye Daara ou Baye Daara qui consiste à parrainer un talibé, à assurer son petit déjeuner, son déjeuner et son diner lui évitant d’arpenter les rues pour y rencontrer malheureusement la violence, la drogue, la pédophilie, et au retour peut être de supporter la torture du pseudo-marabout. Pourquoi ces actions ne se développent –elles pas suffisamment ? Peut être est-ce dû à la crise…Mystère.

A chacun de faire sa propre introspection pour agir en conséquence. Car, une chose est sûre, l’heure est grave, nous avons le devoir moral de dénoncer la souffrance de ces talibés, de lutter pour la liberté de ces enfants qui se sont tus à jamais, murés dans le désespoir. Le cas échéant, au tribunal de l’histoire, notre culpabilité sera sans équivoque, car, le crime qui nous fera comparaitre se nommera silence.

Par KANE Lamine
Sociologue
kane.lamine@hotmail.fr

Article Lu 12410 fois

Jeudi 8 Janvier 2009





1.Posté par genevieve le 08/01/2009 19:42
vs ne voyez pas les soit disant imans parler de ce fleau?

2.Posté par KALZO le 08/01/2009 22:08
article tres riche ,analyse pertinente merci mr kane

3.Posté par pierre le 08/01/2009 22:40

90 % de ces talibes sont des voyous en sursis ...la plupart d'entre eux insulte ,

vol et saccage les biens d'autrui...ils n'ont aucune education....ils ne savent ni lire ,

ni ecrire ....ils ne savent que tendre la main pour recevoir une piece des passants

et des coups de leur marabouts ...qui vit sur le dos de leurs souffrances....

Ces talibes sont des bons a rien dont 80 % d'entre finira dans le banditisme et 30

% dans le grand banditisme....

C'est a l'image de tout le pays ...le senegal s'enfonce dans l'anarchie parce que

ceux qui sont la pour donner la sagesse et l'education sont occuper a gerer leurs

business et a savoir comment garder le pouvoir .....faire avancer ce pays est la

derniere de leur preocupation....

Pour faire partir Wade il n'y a pas mille facons il faut descendre dans la rue et ne

plus bouger ....meme s'il faut rester 1 mois assis jour et nuit ...c'est le moyen le

plus sur et le plus pacifique du monde.... a ce moment Wade sera obliger de

reconnaitre son incapaciter a gerer un etat ....

Wade doit remettre le pouvoir a Moustapha Niasse car lui seul peut nous ramener sur le droit chemin et il est le moins corruptibles de nos futurs dirigeants....car lui au moins il a su se construire financierement loin des arcanes du pouvoir....

a bon entendeur.....


pierrebahsa@live.fr

4.Posté par dokhondem le 09/01/2009 10:22
CES TALIBES SONT VICTIMES DE L'IRRESPONSABLITE DE LEURS PERES ET MERES COMMENT ON PEUT ENGENDRE UN ENFANT ET LE DONNE A UN SOIT DISSANT MARABOUT ALORS QU'IL YA DES INTERNATS OU ILS PEUVENT APPRENDRE LE CORAN SANS MENDIER EN 3 ANS SEULEMENT .MAIS 90%DE CES TALIBES DEVIENNENT DES DELINQUANTS QUAND ILS SONT CAR ILS SONT FORMES A CA .BEAUCOUP D'ENTRE EUX NE SAVENT MEME PAS RECITER LA SOURATE AL FATIHA .
L'ETAT DOIT CHASSER LE MAL PAR SA SOURCE

5.Posté par Jogoy le 09/01/2009 14:33
Tiens !

Un sénégalais qui se souci des autres... c'est rare !

6.Posté par Kabess le 09/01/2009 18:51
Merci Mr. Kane pour votre article. En tout cas ces jeunes sont des victimes et nous devons tout faire pour les sauver. C'est dommage mais c'est pas avec ces gouvernants que les choses vont bouger. Ils sont exploites par ces maras et leurs irresponsables familles.

7.Posté par Mamadou le 09/01/2009 19:36
je madresse à pierre
on dirait que tu connait pas bien les chose tu dit banditisme ou vol ce sont des original mensonge les voleurs ont les connaits bien mais ce n'est pas les talibés je suis contre à ceux qui traite les talibé de voleurs notre probleme c'est que ont voi les talibés dans la rue et on essaye même pas de les aiders comme si ce pays n'est plus un pays de musulman je suis vraiment desolé mais tu na pas dit la vérité

8.Posté par pierre le 09/01/2009 22:36

MAMADOU apprend a lire ..... (....et a reflechir..... )

pierrebahsa@live.fr

9.Posté par MERK le 04/01/2011 01:02
Article tres riche ,analyse pertinente merci MR KANE. BONNE CONTINUATION.

10.Posté par emmanuelle viviane barra le 08/11/2011 19:57
mw je pense k ce fleau merite bcp plus k un debat mais une vraie sensibilisation .pourkoi ne ^pas former des jeunes ki iront au plus profond des villages et sensibiliser les parents ki donnent leurs propres fils pour aprendre l coran jusk a des milliers de kilometres loin d eux pas de surveillances ni amour .UN enfant a besoin de ses parents pour s epanouir grandir .EN plus mamadou il fo o moins prendr l tps de reflechir de lire et de relire avant de commenter accepte la realité et vivre avc

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State