Référence multimedia du sénégal
.
Google

CONTRIBUTION: Hommage à Jo Ouakam

Article Lu 13978 fois

Il est de tradition, au Sénégal, de ne rendre un hommage à une personne que quand elle n’est plus de ce bas monde. C’est pour aller à contre courant de cette habitude que Joe Soly, un artiste peintre sénégalais vivant á Amsterdam, a rendu un hommage « vivant » à l’autre Jo de Ouakam.



CONTRIBUTION: Hommage à Jo Ouakam
Joe Soly, qui dit s’inspirer du style des dogons, a profité d’une exposition que la mairie d’amsterdam organise annuellement pour rendre hommage à Jo Ouakam par le biais d’un portrait. L’exposition qui a pour nom « Les Ateliers Ouverts » rassemble des artistes de divers horizons afin de leur permettre, le temps d’un weekend, de presenter leurs oeuvres aux amateurs de la peinture, aux professionnels ainsi qu’aux profanes. L’idée étant de rapprocher les oeuvres artistiques du grand public.

L’artiste peintre Joe Soly a rendu un hommage artistique a Jo Ouakam a travers un portrait. Pour Soly, c’est le moins qu’on puisse faire pour Jo Ouakam et qu’il n’a fait que rendre à César ce qui appartient à César.

Pour le peintre Soly, Jo Ouakam est un monument pour l’art africain en général et pour la peinture en particulier de par son cramponnage de pres de 40 ans avec l’art , de par son implication et de son engagement dans ce milieu et surtout de par sa générosité.

Jo Ramangelissa Samb de son état civil joue le role de conseiller, de rassembleur, de veritable ambassadeur de l’art senegalais mais Joe Ouakam est aussi une source d’inspiration intarissable selon Soly.

Pour Soly, qui flirte aussi avec le figuratif et l’abstrait, Jo Ouakam est la référence et lui rendre hommage de cette facon lui est venu tout naturellement car Joe ouakam est en lui même une oeuvre d’art.

Quel est l’artiste qui ne voudrait pas ressembler á ce philosophe de l’art. Celui qui a l’habitude de dire que ses oeuvres ne sont faites pour être vendues.

Cet homme á part, atipyque, qui attire les touristes dans les grandes villes europeennes qui le prennent en photo comme s’il s’agissait d’un monument( il en est d’aillieurs un), Cet homme á l’accoutrement invariable qui dégage une personalité hors du commun , cet homme là est le gardien du temple de l’art et des artistes.

Anti conventionnel à souhait, cette personalité à part, imbue d’une générosité sans commune mesure, d’une grande humilité, est de toutes les générations, le dernier clip de Youssou ndour et sa participation en tant que membre du jury des oscars des vacances en sont la parfaite illustration.

Pour Soly, c’est toujours une liberté et une fierté qu’il ressent á chaque fois qu’il rencontre Jo Ouakam. Ce sentiment indiscriptible de l’éléve face à son maitre. Ce sentiment d’avoir en face de soi une mer douce calme qui te remplit de sérénité.

Jo Ouakam illustre parfaitement cet enracinement et cette ouverture dont parlait le president poète. Jo Ouakam serait un excellent représentant de l’Afrique « au rendez du donner et du recevoir » car il est à la fois imbu de la cuture leboue et de la pensée occidentale.

Il est temps de lui donner la place qu’il mérite et ce ne sont ses autres collégues du village des Arts,(qui sont associés à cet hommage) El hadj Sy, Amadou Dieng, Djibril Ndiaye Amadou Mbaye Tita, Assane Ngingue, Lamine Baro, Ibrahima Kebe, qui me dementiront.

Ce philosophe artiste pratique ce que l’autre appelait « le questionnement de la question ». Il repond en permanence a toutes les questions existentielles touchant toutes les franges de la socièté. Ses reponses à ces délicates questions apparaissent dans le fonds et la forme de son travail, dans son art et son oeuvre mais aussi a travers son discours et son « way of life ».

Cet homme qui tient à sa liberté comme à la prunelle de ses yeux, se sent réellement libre que dans son espace de création qui est a la fois un jardin, une école, une sépulture. Un espace ou se croisent des objets en fil de fer, des amas de pierre, des écritures à la craie.
Cette inscription, tel un enseigne sur la cour de Jo à la rue Jules Ferry de Dakar « Ne faites pas comme chez vous, vous êtes chez vous », dit tout sur la personnalité de l’homme.


CONTRIBUTION PAR

Ady Diop

Depuis Amsterdam

diopady @ yahoo.fr

Article Lu 13978 fois

Lundi 24 Mars 2008





1.Posté par Saaliu Démanguy Juuf le 24/03/2008 14:43
Merci Soly pour la beauté et la justesse d'avoir choisi notre frère et ami Jo Ouakam pour tel hommage. Je suis convaincu que nul ne pouvait mieux choisir.
Merci d'y avoir penser et de l'avoir fait alors que nous sommes tous encore ensemble et toujours en service.
Tout le monde du système d'art sénégalais lui doit ce même hommage auquel je m'associe humblement mais très fortement.
Cher frère Jo je veux que tu tiennes bon et fort comme ce baobab sous lequel nous avons tenu notre dernière causerie chez "Douta Seck", jusqu'à notre prochaine rencontre.
Cet espace ne suffit pas pour dire au monde tout le bien que je pense de toi.
A bientôt.
Saaliu.
Que dieu nous fasse vivre encore très longtemps.

2.Posté par jo le 24/03/2008 20:23
joooooo

3.Posté par OS le 28/03/2008 14:54
magnifique hommage joe a joe Ouakam ,ce personnage qu'on a tous grandit avec ..

C 'est vrais que c'est peu courant de rentre hommage a quelqu'un de son vivant chez nous et bonne continuation pour l'excellent travail artistique que tu fais a Amsterdam ,j'apprecie bcp ton travail .

l
Mr diop l'article est super bien ecrit et traduit à coup sur les pensées de joe Soly

Salut Os

4.Posté par manou le 05/05/2008 20:50
thieye sénégal le pays ou onn rend hommage aux fous

5.Posté par Sylvette Maurin le 07/06/2008 15:30
Ouf ! Dieu merci ! Mach'Allah ! J'ai cru un instant en consultant, comme je le fais parfois, Google pour avoir quelques nouvelles de ceux qui me sont chers sur la presqu'île, j'ai cru un instant qu'Issa nous avait "quittés"...
Je vois qu'il n'en est rien, et suis soulagée pour quelques décennies encore, je l'espère.
Merci à ces amis sénégalais qui vivent au pays de Rembrant (quel beau pays pour des peintres), merci donc d'avoir enfin rendu hommage à celui qui , depuis plus de quarante années, tient très haut et très fort, en son jardin, les étendards magnifiques des Arts, de tous les Arts, déployés...
Il est important de rendre hommage à celui qui aida, aide, aidera encore tant d'artistes en cette ville, qui vinrent, chacun leur tour, chercher et trouver auprès d'Issa réconfort et encouragement.
Car Issa est non seulement un grand, un très grand artiste, aux différentes facettes bien distinctes, et toutes aussi brillantes les unes que les autres, mais c'est aussi un ami, un camarade, un parent, un frère.
Que Dieu veuille bien nous accorder encore longtemps sa présence physique, vivante, en cette ville, car le jour où les grilles du jardin du 17 rue Jules Ferry se fermeront sur l'absence d'Issa, ce jour-là, ce soir-là, cette nuit-là, ce matin-là, alors nos coeurs se serreront si fort qu'ils s'arrêteront eux aussi de battre, peut-être....

6.Posté par salif mboh le 02/03/2009 23:43
Rien que du bonheur de savoir que quelque part d'autres vibrent au meme rythme de nos emotions. Salalm à tous ceux qui savent déceler en Big Joe cette flamme qui caracrtérise les grands talents.

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State