Référence multimedia du sénégal
.
Google

[CONTRIBUTION]: « Après la tempête ?» (Omar Ba).

Article Lu 12047 fois

XIBAR.NET (Dakar, 9 Aout 2009)- Que n’ai-je pas lu et entendu ces dernières semaines sur ma personne ? On m’a prêté des intentions malsaines parce que j’ai écrit un texte il y a plus d’un an et demi sans préciser qu’il concernait ma vie et celle d’autres clandestins tapis dans l’ombre. A lire certaines réactions une erreur vaut bannissement. Mais ce procès ne m’atteint pas car il est l’œuvre d’individus ôtés de tout sens de la courtoisie et du débat. Quand on s’accroche à la forme sans oser parler du fond c’est qu’on n’a rien à dire. Mes détracteurs les plus prolixes n’ont pas encore questionné mon propos principal qui est que «l’immigration n’est pas la solution aux problèmes de l’Afrique». Je les y attends s’il est encore temps pour eux de se ressaisir.



[CONTRIBUTION]: « Après la tempête ?» (Omar Ba).
Entre ce que je suis et ce que je dis, nombreux sont ceux qui ont délibérément fait la confusion. Ils ont rejoint de camp des loups qui ont crié au scandale des semaines durant. Les lecteurs de mon livre «je suis venu…» ne sauraient adopter une attitude aussi simpliste. Je les en remercie. Le comble de la malhonnêteté est de parler d’un texte sans l’avoir lu, en se contentant uniquement de critiques (fondées ou non).

D’aucuns, qui se sentiront visés par mes présents propos, reprendront les insultes avant même de finir la lecture de cette note. Ce sont les mêmes qui, sous couvert de l’anonymat, déversent sur des blogs les pires horreurs et les pires accusations à mon endroit. J’aime mieux qu’on se montre au grand jour pour clarifier sa position, fut-elle hostile.

J’ai tous les défauts mais je suis loin d’être naïf. Mon discours sur l’immigration devait susciter la tempête à coup sûr. Mais j’espérais qu’elle provienne d’ailleurs que du côté de mes «compatriotes». Telle est ma plus grande surprise. Pour certains d’entre eux je suis un traitre. Qui ai-je trahi ? Sûrement une façon de penser dominante à laquelle je n’ai pas voulu souscrire. J’ai produit, avec sincérité, un discours à contre-courant de celui qui s’est imposé. Peut-être est-ce cela la «trahison» mais je l’assume parfaitement.

D’autres ont osé dire que je ternissais l’image de l’Afrique. Telle est l’accusation la plus molle. L’image de ce continent est écorchée depuis des lustres pour des raisons que je me garderai bien d’énumérer. Mon objectif est de lui redonner une certaine brillance. Mais j’ai le droit de le faire à ma manière. Ce continent n’appartient pas plus à un autre qu’à moi.

L’épouvantail de la gloire a été agité. Je dirais juste que quiconque cherche la gloire s’inventera une vie autre que celle d’un clandestin. Qui connait un tant soit peu en quoi consiste cette vie ne l’utilisera pas pour se glorifier. Qui plus est, je ne suis pas une star des médias. Je ne me suis jamais vu en écrivain dans les années à venir. Il se trouve qu’à un moment donné, je me suis senti capable de participer au débat sur l’immigration. Je l’ai fait humainement. C'est-à-dire avec une certaine imperfection.

Ceux qui pensent naïvement que je me suis fait une fortune sur le récit «Soif d’Europe» n’ont qu’à déchanter. En dépit de toute la médiatisation, ce livre s’est vendu à moins de 2000 (deux mille) exemplaires en 1 an et demi. Sur chaque exemplaire j’ai environ 1,12 euros bruts. Faites le calcul. Aussi, j’ai renoncé à mes droits d’auteurs sur les 300 premiers exemplaires pour permettre la publication de ce récit qui me tenait à cœur. L’éditeur pourra confirmer. Alors s’il s’agissait pour moi de m’enrichir je n’allais pas écrire sur le même sujet cette année.

Les critiques ont aussi portés sur le ton que j’ai employé, qui n’est pas permis dans un monde aussi gêné quand il s’agit de l’immigration. Mais dire qu’il faut rêver d’Afrique n’est-ce pas reconnaitre à ce continent une certaine valeur ? Affirmer qu’il y a des morts (inutiles) dans des conditions atroces sur le chemin de la migration est-ce décrire une pure réalité ou cracher sur l’Afrique ? Je n’apprends rien à personne en disant cela. Je comprends que les tabous soient solides mais je suis persuadé qu’il faudrait leur tordre le coup quelques fois. Je m’y suis employé. J’en frais les frais aujourd’hui.

L’Afrique peinera à avancer si, entre Africains, on ne s’avoue pas ce qui ne va pas. Trop souvent d’autres le font et on les accuse de racisme. Qui le fera si toute vérité dite sur l’Afrique, même par un Africain, est perçue comme un manque de respect ? Je préfère froisser, heurter, provoquer pour faire bouger les choses.

En s’attaquant à ma modeste personne certains se sont lourdement trompés de cible. Au lieu de souhaiter ma mise à mort médiatique, ils devraient vouloir celle de tous ces mensonges sur l’Europe qui font rêver et ôtent, par la même occasion, des vies à l’Afrique. Mon combat est là et pas ailleurs. Si pour cela je dois encore prêter mon flanc à la critique je continuerai à le faire.

Je constate que ma seule faute a été d’avoir produit un discours frontal, sans contenu idéologique et sans demi-mesure sur l’immigration. Je ne suis pas un menteur. J’aurais préféré l’être pour tranquilliser la conscience collective. Hélas j’ai relaté des faits réels qui se déroulent sous nos yeux et que bon nombre refusent de voir. Je n’ai pas voulu longtemps me vautrer dans un silence lâche et coupable. J’ai préféré la franchise. Je suis parfaitement réaliste. Je refuse d’être dans le camp des utopistes qui attendent passivement le jour où les frontières s’ouvriront pour laisser passer tout le monde. Ce jour n’arrivera pas. Autant prendre en considération cette réalité et tenter d’autres alternatives.

Je suis fier de ce que j’ai écrit dans «je suis venu…», qui est un message d’espoir pour l’Afrique. Je remercie tous ceux (journalistes et anonymes) qui m’ont donné une tribune pour le relayer. Aussi longtemps que j’aurai la force de défendre un tel message je le ferai avec plaisir. N’en déplaise aux adeptes du statu quo qui n’ont pas intérêt à ce que l’Afrique s’émancipe. Quant aux pratiquants de l’humanisme émotionnel, que leur resterait-il si on leur enlevait leurs victimes ?

Lorsqu’on me dit que je dessers la «cause» des clandestins, une telle accusation n’est pas sérieuse. Ces clandestins sont des fantômes dont les bien-pensants ne parlent que la larme à l’œil. Il y en a assez de l’hypocrisie, de l’infantilisation, de la victimisation, de la gêne honteuse, de la perplexité et du scepticisme.

Je suis déçu qu’on se soit focalisé sur les détails de mon parcours plutôt que sur la problématique de l’immigration, que j’analyse dans mon dernier livre. Mais rien ni personne ne réussira à me déstabiliser. J’en ai vu d’autres. Le lynchage peut continuer, je ferai avec. Je signale que je n’ai tué personne. Je n’ai détourné aucun fonds. Je ne suis coupable du massacre d’aucun peuple. De telles fautes qui ont cours en Afrique et ailleurs méritent bien plus d’attention. Mon seul tort est de m’être servi de ma modeste plume pour redonner un peu de fraicheur à un débat qui me paraissait sclérosé.

Je suis un jeune Africain. L’Afrique est mon âme. Je n’ai pas envie que perdure la catastrophe qui y sévit à tous points de vue. Cela dit, je suis un homme libre et je compte le rester : personne ne me dictera mes sentiments et mes opinions sur ce continent. J’ai l'impression qu’il y a une armée de vigiles chargée de défendre l’Afrique de toute attaque (réelle ou supposée). Je ne reconnais aucune légitimité à une telle armée. Ce continent ne se construira pas avec ces idéologues inertes. Ces gens sont sur le qui-vive, je suis dans la proposition. Ils sont dans la victimisation, je suis dans l’action. Ils s’accrochent au passé, je suis dans l’avenir. Je les attends de pied ferme.

Omar Ba
Xibar.net


Article Lu 12047 fois

Dimanche 9 Août 2009





1.Posté par dofbi le 09/08/2009 05:35
Massa
sur d'autres sites gars, ils vont te traiter de tous les noms.
moi j'ai rien ni pour, ni contre toi, j'ai jamais lu tes book
massa dal

2.Posté par wax sa xalat le 09/08/2009 05:46
n'essaies pas de justifier l'injustifiable, ton acte est inexcusable...Ton nom sera grave dans le tableau sombre des plus grds imposteurs de l'histoire!

3.Posté par mane le 09/08/2009 06:05
Moi, je me demarque de ces gens dont tu parles comme tes detrateurs, je ne te connais pas, je ne te juge que sur l'acte que tu as pose, tu es passe a cote, toute la presse d'ici et d'ailleurs en a fait mention, c'est pas de l'acharnement, c'est au contraire denoncer un acte aux antipodes des bonnes moeurs...Monter en pieces un parcours, un CV, c'est ce que tu consideres comme des details, si ca l'est pour toi, ca ne l'est pas pour d'autres! Ressaisis toi et arretes de nous pomper l'air avec tes ripostes qui ne sont mues que par l'orgueil et le refus de reconnaitre son propre tort!

4.Posté par diaw le 09/08/2009 06:08
Il comprend rien ce mec ! tu devrais disparaitre quelques années, se faire oublier pour rebondir peut être mais vouloir mener une bataille médiatique contre l'opinion qui n'est pas en ta faveur, c'est une perte de temps . T'as giflé ton peuple, c'est à ton tour de te faire enculé. T'es en train de glaner un brin d'espoir, quelques mots dans ce forum qui pourront te consoler, mais c'est peine perdu.
suis en train de lire ton livre , pardon tes conneries ; suis en train de répertorier toutes tes sorties médiatiques ; suis en train de confectionner un montage vidéo en plagiant quelque passage de ton livre qui reflètent tes mensonges, je mettrais tout en ligne prochainement pour que les gens sachent les bétises que t'as commises.Tu pouvais devenir un bon écrivain car t'as le temps d'écrire, mais t'es passé à côté mec, essaies toi à autre chose; pourquoi pas se faire employer par djamel debouze ? tu ferais un bon comédien ! je te verrai bien dans un film d'arsène lupin. Tu pourrais aussi t'essayer à la politique , car tu ferai un bon démagogue, un baratineur ;
Mais crées toi un site internet, c'est un autre moyen de te défendre aussi, un moyen d'expression libre. Je suis candidat pour te le confectionner.....

5.Posté par Iso le 09/08/2009 06:12
Bonjour M. Ba,
Nous ne sommes contre la révélation de la réalité. A la lecture de votre livre, un témoignage émouvant qui touchera la fibre humaniste de tout lecteur, même les plus insensibles. Il s'avère après tout que tu as menti dans ton livre et tu l'as répété partout. J'ai écouté les interviews de ton éditeur. Dans le livre c'est ton histoire qui est racontée, omar Ba comme témoin oculaire mais point l'histoire vécue par d'autres et relayée par l'auteur.
Si t,avais pas menti sur ton parcours, les gens ne s'y intéresseront point.
je te félicite pour ton second livre, très intéressant et plus réel. Sur celui ci, tu n'entendras pas de critique quant au bien fondé de ce que tu y étales.

bonne continuation

6.Posté par boydkr le 09/08/2009 06:15
kharal ma fék la fofou nokhou la nga kham!

7.Posté par ammal le 09/08/2009 10:13
Quoique ton combat puisse être juste tu as menti et tu t'es fait prendre! Et laisse moi te dire une chose "compatriote", les clandestins vivent un véritable calvaire ! et je dirais même que ces gars là ne vivent pas du tout!! ils essaient juste d'avoir un semblant de vie normale! Alors pour vendre ou acheter on peut tout imaginer sur leur dos, l'éssentiel est de satisfaire les fils de Sarko en panne d'inspiration.
l'occasion m'était donnée de te ragarder à la télévision discuter avec certains hommes politiques et historiens qui ne cachent pas leur opinion sur l'immigration et depuis lors je t'en veux de vouloir donner à leur politique scabreuse une petite légitimité. Oui Omar! Si nous devons nous critiquer, pourquoi le faire en Europe. Tu n'es pas le seul à avoir écrit sur le phénoméne. L'immigration comme tous les autres problémes doivent être réglés de façon concertée. L'afrique doit être regardée comme un partenaire!
Mias pourquoi diable est on obligé de parler de l'immigration négative- celle là qui ne convient à personne- alors que tout le monde sait la part contriutive des personnes expatriées dans leur pays d'origine?
Le seul reproche que je te ferai Omar c'est d'avoir prété le flanc à cette partie de la classe politique française qui trouve en toi témoin occulaire et vivant de la vie des clandestins pour apporter plus de poids à leurs actions! leus actions sont dépourvues d"humanité et ça ils ne s'en cachent pas! Nous ne voulons pas d'un paternalisme mais nous ne voulons pas non plus étre traité avec mépris! Tu as la même analyse et les mêmes solutions qu'eux, c'est flippant ça!
Que chacun de nous assume ses actes.
Mais tu as au moins le courage de témoigner, c'est déjà ça!
salam

8.Posté par Ib le 09/08/2009 11:30
T'es qu'un arnaqueur mec. T'as compris l'esprit des blancs. Tu as su ce qu'ils attendent qu'on leur raconte de l'Afrique. Et c'est ce que t'as fait exatement. Quand tu dis devant la prémière télévision française dans l'émission Sept A Huit que quand tu as débarqué sur les plages européennes, c'était la prémière fois de ta vie que avais le choix entre l'eau et le Coca....Mec t'es qu'un pti mitomane. Se faire de l'argent ainsi.....Tu mérite même pas qu'on parle de toi...espéce de pti arnaqueur

9.Posté par XXX le 09/08/2009 11:43
Le mensonge sur l'Europe dont vous parlez n'est pas le probleme que posent beaucoup de specialistes qui travaillent sur cette question. Le probleme fondamental que posent les africains est le fait de cette mondialisation a deux vitesse qui veut qu'on ouvre nos marches a la competition internationale au moment ou d'autres qui ne respectent pas les regles, subventionnent leurs produits pour ensuite venir innonder nos marches. A titre d'exemple, l'Europe a accorde une subvention de 50 milliards d'euros a ses agriculteurs cette annee. Et puisque l'Europe s'elargit d'annee en annee, les possibilites d'une competition saine et equitable s'erodent graduellement. Aujourd'hui on est entrain de privilegier le paysan polonais, roumain, et meme francais d'ailleurs qui ne sont pas plus competitfs, au detriment du paysan Africain.

Cela ne laisse aucun choix aux braves producteurs du monde rural qui finissent par perdre leurs sources de subsistance et qui se voient obliges chercher ailleurs.
L'autre probleme est un probleme de droit humain et economique. Comment peux tu creer les conditions d'une libre circulation pour certains et la restreindre pour d'autres? Comment peux tu assurer la mobilite des capitaux et des outils de production sans assurer la mobilite de la force de travail? Si tu as du genie, exerces ta reflexion autour de ces questions plutot que de dire simplement, "ne partez pas".

Aujourd'hui, la nouvelle tendance consiste a dire nous achetons les terres en Afrique, nous les exploitons et nous donnons du travail aux africains. C'est franchement avoir une vision tres courte. J'ai ete choque la ou nos dirigeants ont applaudi lorsque le G8 a decide de prendre en charge la question de la reglementation de la vente des terres au niveau des pays sous-developpes. Naturellement, nos dirigeants sont les premiers responsables de cette situation. On ne peut pas dire aux occidentaux ne cherchez pas a mettre en valeurs nos terres, nos ressources si nous memes nous n'avons aucun projet dans le sens de la construction de nos economies.

Si vous voulez revez d'Afrique comme vous le preconisez, Voila quelques pistes de reflexions.

Bon courage

10.Posté par Wengue le 09/08/2009 12:03
Le ridicule en tue pas en fin de compte, vous etes un grand menteur au lieu de vous cacher au contraire vous essayer desormais de gagner la sympathie de tout le monde. Vous devrez aller vous soignez, vous etes malade, n 'importe quoi !!!

11.Posté par tam le 09/08/2009 12:14
Je salue le verbe de ce Monsieur. Franchement je n’avais pas lu son livre mais je vais le lire pour approfondir ce que je pense de lui. Il a raison. Il vaut mieux lire avant de parler.

Peace and peace ! ! !

12.Posté par XXL le 09/08/2009 12:14
Je ne me sens pas capable de juger. Qui peut me dire plus sur Omar. Sa vie. Ses origines etc. Il m’intéresse. Je le croyais "mort et enterré" aprè ce que jé lu sut l8.

PS : Gaa yi Sénégal mou ngay toth ! gnibi leen ! loool

13.Posté par patra le 09/08/2009 12:15
Il y’en a qui font l’actualité et d’autres les sabordent. Ainsi va la vie, Omar. Moi je suis fière de toi en tant que Sénégalaise. Bises

14.Posté par Anonyme le 09/08/2009 12:17
Omar Ba sera une grande personnalité. Toute la polémique autour de lui montre son importance. En tant que Sénégalais vous savez combien la jalousie est de mise dès qu'il s'agit d'une personne qui va réussir.

Allez bosser c'est mieux

15.Posté par Sincérité le 09/08/2009 12:19
J'attendais ce moment depuis longtemps. Qu'Omar Ba sorte enfin de son silence. Je le comprends maintenant. Un ami qui le connais m'a dit de belles choses sur sa personnalité. Après avoir lu son dernier livre je le cerne mieux. Il a de l'avenir le mec.

16.Posté par Sénégalais le 09/08/2009 12:21
Belle plume ! Rien à dire. En tant qu'écrivain il est incollable. Tout noir devrait être fier de cette plume. Après, sur sa vie, on peut discuter. D'ailleurs qui n'a pas de zones d'ombre dans sa vie ?

17.Posté par Assez le 09/08/2009 12:22
Arrêtez de nous tympaniser avec Omar !

18.Posté par connaissance le 09/08/2009 12:24
Vu le village dont il est originaire, Omar peut être fier de ce qu'il a accompli. Je le connais personnellement. Le monde entier parle de lui. Cette notoriété doit le dépasser c'est sûr. il doit même en souffrir. Tiens bon, man ! Toute tempête passe. Tu seras un grand homme barké Borom Touba.

19.Posté par Malia le 09/08/2009 12:27
C'est bizarre que je lise des insultes après un texte si clair. Je ne comprends pas les Sénégalais. Je suis Malien et je soutien ce frère. Je suis entrain de monter un fan-club à Saint Denis.

20.Posté par touré le 09/08/2009 12:28
J’ai définitivement changé d’avis sur Omar. Je fais partie de soin fan club maintenant. Ses explications me vont

21.Posté par touré le 09/08/2009 12:30
Réfléchissez les gars. Que vous apportent les insultes ? Rien

22.Posté par Ak le 09/08/2009 12:36
Je crois que ce Omar Ba mérite soutien et affection. Les bien-pensants l'ont mis sur l'autel des sacrifices avec son message dérangeant sur l'immigration. Son réalisme est phénoménal dans son livre "je suis venu, j'ai vu..." Je pense qu'il devait s'attendre à cette tempête médiatique. On ne peut pas produire une discours si assumé et si révolutionnaire sans en pâtir. Ce que je vois à tout l'air d'une cabale. Franchement lisez son livre "je suis venu, j'ai vu, je n'y crois plus" Vous comprendrez le lynchage.

Réfléchissez, sénégalais

23.Posté par nima le 09/08/2009 12:38
Je disais à un ami combien ce livre était fantastique, c'est alors qu'il m'a fait part de l'article du "Monde"... Evidemment je suis déçue car on a toujours tendance à idéaliser les artistes, à savoir confondre contenu et contenant... Il n'en reste pas moins que son livre est un témoignage criant de vérité, narré de manière très sobre. Ce n'est pas tant le voyage qu'il décrit, mais le fait d'être un étranger, la différence culturelle, les failles du modèle occidental... Je n'ai pas terminé ma lecture, et même si je ne suis pas sure que la personne me plaise, le livre lui me ravit.
Nima
e-toile

24.Posté par pardon le 09/08/2009 12:38
Allez Omar. L'erreur est humaine

25.Posté par xx le 09/08/2009 12:44
Omar a confondu vitesse et précipitation mais on apprend toujours de ses erreurs.

26.Posté par fah le 09/08/2009 13:07
omar ba tu commence à nous emmerder tu n as rien fait de mal.....tous les imigrès ont menti les blancs....à plus forte raison les ecrivains......sont tous menteurs d'ailleurs.......laisser nous un peu en paix on n apas ton temps.....on est pris par les affairespolitiques...

27.Posté par ttt le 09/08/2009 13:07
Bien dit "Fah" !

28.Posté par lo le 09/08/2009 13:40
Peace Omar

29.Posté par Pape le 09/08/2009 13:58
Si ces genres d'attaques et celles commises sur d'honnêtes citoyens qui ont réussi un peu partout, si tous ces posts dénudés de tout sens objectif et remplis de haine visible et d'insultes ignomineuses n'étaient l'oeuvre que de vils émigrés en perte de repères et qui semblent avoir échoué dans leurs milieux! Si ce n'était que le simple reflet d'aigreur et d'envi!

30.Posté par elage le 09/08/2009 14:35
Salam,

quelque chose me dit que ce morveux de O ba se connecte ici avec plusieurs pseudos pour se creer de la sympathie. Que nenni! Ce mec est un vendu. Le probleme n'est pas seulement le mensonge! il ya le dénigrement.

dans ce livre l'islam sous la forme d'un arabe est dépeint comme un violent, irrationnel, egoiste, fondamentaliste. La condition de l'africain noir est décrite sous le prisme de l'imaginaire raciste et ignorant du Francais: des gens pauvres et pret á tout pour un bout de pain!

Ceux qui disent ici avoir LU ton livre et l'avoir apprécié ne peuvent etre que des menteurs. Tout Sénégalais qui lit quelque lignes de ce livre sent tout de suite la supercherie! Á part le dégout et ta prostitution alimentaire , je ne vois pas ce que l'on peut retenir de ce livre en tant qu'Africain! Honte á toi!

31.Posté par galsenboy le 09/08/2009 15:29
domeram la rek wadji

32.Posté par pape le 09/08/2009 17:49
omar tu nous parles de quel problèmatique???? dénigrer les immigrés et donner la vérité aux européens???.toi tu as le culot. je suis originaire d'un village pres de louga(ndiawène) et je sais ce qu'un immigré sert.il ya des endroits au sénégal ou tout avec un grand t n'existe que gràce aux sous des émigres. voilà le genre d'individus comme ce complexé qui pilulent surtout en france et qui se vendent aux toubabs

33.Posté par Sanar le 09/08/2009 19:39
Indigne d'un ex étudiant de l'université de Saint Louis! Sa face de rat.

34.Posté par Fifi le 09/08/2009 20:03
L'emmigration n est pas solution. Tu dis en être convaincu mais tu es prêt à mentir et attirer la pitié des européens pour rester en France. Il faut arrêter ton cirque. lwes imposteurs de ta trempe ne mérite que la pendaison. Il y a en des milliers au senegal et il est grand temps de les sortir des buissons et de leurs faire payer le prix de leurs forfaitures. Ton propos ne convainc personne. Tu ferais mieux de te taire et de faire profil bas.

35.Posté par touta le 09/08/2009 22:24
Slt Oumar





























































































SLT OMAR
Je te connais trés bien venant de toi je ne suis pas surpris mais deçu car je sais que pour que l'argent tu es capable de tout mais de la a mentir aux lecteurs c'est c'est vrais que l'art du roman c'est de savoir mentir si toute fois tu avais dit la réalité que tu n'as jamais était un clandestin oui mais dire que tu l'as été dans les pires maniéres juste pour gagner de l'argent et de la compension de l'homme blanc.Mieux vaut gagner leur respect .Ta plume tu devais l'a mettre aux services des clandesstins qui sont humuliés battus retounés chez eux sans espoir mais tu en profite pour en tirer de l'argent et un logement .Fraanchement tu n'est qu'un arriviste, un interressé, un mal sain un matérialiste tu ne fais que ternir l'imange de l'université de Saint louis du Sénégal ou tu es sorti ou sont sorti beaucoup de cadres Sénégalais qui font aujourd'hui la fierté de ton pays ,tu terni aussi l'imange des écrivains Sénégalais qui mettent leuur plume aux services de leur peuple mais n'en profitent pas pour en tirer de l'argent comme tu l'as fait.
J'ai pitié de toi et sutout de ton entourage car je sais que pour l'argent tu es méme pret à les sacrifier.
Tu n'as jamais vécu l'immigration clandestine
Tu n'as méme pas honte de te cacher derriére l'histoire de ces pauvres clandstains pour te remplir tes poche.
OMAR TU NOUS A FAIT HONTE

36.Posté par L'AFRICAIN le 09/08/2009 22:51
je suis déçu par les africains.
Arrêtez de vous tirer dessus, l'homme blanc est entrain de rire et dit: "ils s'entretuent comme pendant les guerres ethniques et tribales.
Au lieu d'encourager et de soutenir notre compatriote O.BA, ils le flinguent.
CELA NE NOUS AVANCE EN RIEN, REGARDONS LE COTE POSITIF ET AVANÇONS MES FRÈRES

37.Posté par Anti-gros menteur ! le 10/08/2009 01:33
Ta gueule sale menteur, affabulateur, sans scrupule, sans dignité aucune. Tu te sers de la misère de ces pauvres clandestins pour te faire un nom, honte à toi, honte à tes écrits infectes sans sens aucun.
Le comble du ridicule, c'est que tu ne vois même pas la pailles qui te perce l'oeil.
Tu as été viré de l'EHESS. Voici l'article :

http://www.lemonde.fr/archives/article/2009/07/07/contre-enquete-sur-un-affabulateur_1216190_0.html

Contre-enquête sur un affabulateur

LE MONDE | 07.07.09 | 14h55 • Mis à jour le 07.07.09 | 14h55

Depuis un an, Omar Ba est un clandestin très visible. Le Sénégalais écume les plateaux de télévision et les radios, publie tribunes et entretiens, multiplie les conférences. Abord avenant, visage éminemment sympathique, discours convaincu et convaincant, il raconte au bord des larmes son odyssée de Dakar à Paris, via les Canaries, Lampedusa, Ceuta et Melilla. Entre 2000 et 2002, affirme-t-il, il a ainsi frappé à toutes les portes dérobées de l'Europe, traversé les mers et les déserts. Un périple poignant, jonché des cadavres de ses frères d'infortune.

Aujourd'hui nanti d'un titre de séjour, le jeune homme a fait paraître Je suis venu, j'ai vu, je n'y crois plus (Ed. Max-Milo, 256 p., 18 €). Un chant d'amour déçu sur l'Europe, ce continent magnifié en eldorado par l'Afrique. L'auteur adresse une supplique aux candidats à l'exil : "Ne venez pas !" Sous la plume d'un homme qui a bravé la mort pour atteindre ce paradis rêvé, le message n'en a que plus de force.

Las ! Cette épopée est largement inventée. Omar Ba a décrit son parcours dans un précédent livre : Soif d'Europe. Témoignage d'un clandestin (Editions du Cygne, 2008). Un récit à la première personne, truffé d'incohérences et d'anachronismes. Les descriptions des lieux, les noms des rues, les situations, en Libye, sur l'île italienne de Lampedusa, autour de l'enclave espagnole de Melilla, à Madrid, aux Canaries ou à Paris ne collent pas. Certains centres de rétention administrative n'existaient même pas au moment où il est censé les avoir fréquentés. La présentation des procédures espagnoles ou italiennes est fausse.

Omar Ba assure être arrivé en France à l'automne 2002, puis avoir été expulsé en novembre. Il aurait dormi dans les rues de Paris, le 1er novembre, fouillant les poubelles recouvertes de neige : il faisait 10 degrés cette nuit-là dans la capitale. La description de son expulsion est également truffée d'invraisemblances procédurales : le ministère de l'immigration et le service juridique de la Cimade, l'association qui défend les sans-papiers, arrivent à cette même conclusion. Son avocat, un certain Patrice Clément, est inconnu au barreau. Le tribunal de Bobigny, où est censé avoir été jugé le clandestin, n'a gardé nulle trace de son passage.

Plus probant encore, un compatriote d'Omar Ba, Abdoul Aziz Sow, a expliqué au Monde que l'auteur était étudiant en sociologie à l'université Gaston-Berger, à Saint-Louis du Sénégal, durant la période supposée de son voyage. Photo d'époque à l'appui, cet assistant en droit, qui vit toujours à Saint-Louis, assure qu'ils occupaient des chambres mitoyennes sur le campus. "Il est libre d'écrire ce qu'il veut, de faire gober des histoires aux Toubabs (Blancs), mais il n'a pas le droit de raconter des choses qu'il n'a pas vécues", estime l'ami déçu.

Rencontré longuement à trois reprises par Le Monde, mis en face de ces contradictions, Omar Ba a longtemps hurlé à la cabale. "Ce que je dis, je l'ai vu et je l'ai vécu", maintenait-il. Acculé, il est finalement revenu sur son histoire, au moins partiellement. Non, il n'a jamais été en Libye ni sur l'île italienne de Lampedusa. Non, il n'a jamais dormi dans les rues de Paris, n'a jamais été arrêté ni expulsé. Oui, il était bien étudiant à l'université Gaston-Berger de Saint-Louis, de 2001 à 2003. Oui, il est bien arrivé en France en 2003 avec un banal visa d'étudiant et a suivi pendant deux ans des cours de sociologie à l'université de Saint-Etienne. En 2005, il est ensuite venu à Paris afin de s'inscrire à l'Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), section sociologie des médias.

Mais le récit reste en partie vrai, persiste l'intéressé. Il se serait, en fait, déroulé durant huit mois et non trois ans, entre avril et décembre 2006. L'auteur aurait antidaté les faits pour éviter d'éventuelles poursuites des services de l'immigration. A la fin de 2005, ne parvenant pas à faire renouveler son titre de séjour en France et donc à s'inscrire à l'EHESS, le Sénégalais serait retourné à Dakar pour obtenir un nouveau visa. Il se serait retrouvé coincé sur place et aurait donc pris des chemins clandestins pour revenir en Europe.

Mais même ainsi remanié, son périple comporte toujours des incohérences. A l'aller, il aurait convoyé une voiture, embarqué à Marseille et débarqué au Maroc. Cette liaison maritime n'existe pas, assure-t-on au Port autonome de Marseille. Au retour, les conditions de la traversée jusqu'aux îles Canaries, telles que présentées, diffèrent notablement des témoignages des clandestins que Le Monde avait pu recueillir sur place, en 2006 justement. Mêmes erreurs dans la description de l'assaut de Melilla : les protections décrites ne correspondent pas aux nouvelles défenses installées autour de l'enclave en 2006.

Le dossier d'Omar Ba à l'EHESS contredit sa nouvelle histoire. L'étudiant était bien inscrit en 2005, avec des papiers parfaitement en règle. Il s'y est surtout fait remarquer par ses absences, conduisant sa directrice d'études à interrompre la collaboration. A l'automne 2006, alors qu'il était censé crapahuter comme clandestin loin de la France, il faisait le siège de l'EHESS, à Paris, pour obtenir sa réinscription. Il a alors fourni de fausses attestations et l'école l'a radié. Une restauratrice francilienne, qui a employé l'étudiant comme extra, assure également que son employé avait des papiers en bonne et due forme à cette époque.

L'homme a déjà un lourd passif. Le parquet d'Evry recense huit dossiers au nom d'Omar Ba, "né en 1982, à Thiès (Sénégal)", les date et lieu de naissance officiels du personnage. Le parquet de Créteil a également son nom dans ses fichiers, pour une affaire de faux et usage de faux en écriture privée qui attend d'être jugée. Interrogé à ce sujet, Omar Ba assure n'avoir "aucun commentaire à faire".

L'éditeur Max Milo se dit "surpris et troublé" par ces faits. "Nous restons cependant solidaires de la cause et de l'analyse qu'Omar Ba défend dans son essai, parce qu'il n'y a pas de doute possible sur la tragédie de l'immigration clandestine, poursuit l'éditeur. Son histoire personnelle est un canevas complexe, comme celle de beaucoup d'immigrés venus d'Afrique portés par l'espoir violent d'atteindre l'eldorado. Ils vivent dans la peur et sont probablement obligés de mentir pour survivre en Europe."

Modeste maison animée par des hommes de bonne volonté, les Editions du Cygne, qui ont publié Soif d'Europe, avouent leur embarras. Youssef Jebri, le directeur de collection qui a aidé Omar Ba, affirme qu'il n'avait pas les moyens de vérifier l'exactitude des descriptions. "S'il a menti, explique-t-il, cela fera du mal à la cause des clandestins qu'il prétend défendre."
Benoît Hopqui

38.Posté par Bagnkat le 10/08/2009 12:34
Omar je ne sait pas ce ki t'annime mais l'opportunisme qui vous annime n'est pas bénéfique à l'afrique. Tu as était applaudi par les européen parceque tout simplement ton récit vas dans le sens de leur intéret. Leur but ultime est de ne plus nous recevoir. Si tu pense défendre une cause noble sache que t'es passé à coté de la plaque.Mon cher tu n'a fait que vendre le malheur des africains à l'homme blanc. Tu appartiens a cette race de voracus africanus prét a tout pour se remplir les poche. FUCK U OMAR T'est une HONTE pour le peuple et sache que tu ne sera jalmais considéré comme un Héros pour la bétise que t'a commis

39.Posté par teus le 10/08/2009 17:10
Moi je connais ses parents ils vivent à kolda.
Au lieu de Thiés il est de kolda. Et a fréquenté le lycée alpha molo baldé de kolda.
Son pére est un menuisier ..................Qu'il nie mes propos j'en dirais plus.
Y'a de honte de parler son origine.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 11:44 Pénurie d’eau à Dakar : la véritable raison…

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State