Référence multimedia du sénégal
.
Google

CONTREFAÇON D'UN TISSU BAZIN HAUT DE GAMME: Le «Gani Lah chinois» fait fureur

Article Lu 17967 fois

Les commerçants chinois établis à Dakar, comme un peu partout en Afrique, sont passés maîtres dans l'art de la vente de produits de contrefaçon, à tel point qu'on leur attribue la paternité de toute marchandise contrefaite. La preuve par ce «Gani Lah chinois», venu de Dubai; qui fait fureur sur le marché, même s'il est loin d'égaler l'original, un tissu bazin haut de gamme du nom d'un célèbre com­merçant malien établi à Bamako.




CONTREFAÇON D'UN TISSU BAZIN HAUT DE GAMME: Le «Gani Lah chinois» fait fureur
A quelques jours de la fête de Korité, les marchés sont pris d'assaut par les populations friandes de nouveautés. Au marché Hlm, devenu un point focal lors des préparatifs des fêtes, c'est l'effervescence des veilles de fête, Nullement ébranlés par la forte chaleur et le jeûne, vendeurs et acheteurs occupent le haut du pavé. Sur les étals occupés par un vaste panorama de tissus, une nouvelle gamme attire, cette année, l'attention de la gent fémi­nine : le «Gani Lah chinois». Une contrefaçon de ce bazin haut de gamme qui nous vient du Mali. Khady Sall, vendeuse de tissus trouvée devant son étal pris d'assaut par les clients, vante les mérites de cette nouveauté qui fait fureur : « ça s'appelle "Gani Lah chinois" , il vient directement de Dubaï. Il est joli, pas cher et est très prisé par les clients ». Dis fois moins cher que l'original, mais d'une ressemblance quasi parfaite avec ce dernier, le «Gani Lah chi­nois» se vend comme de petits pains. «Le mètre de ce tissu coûte entre 1300 et 1500 francs. Et il n'a rien à envier au Gani Lah malien qui coûte 10 000 francs le mètre», poursuit Khady Sall. Sa collègue Fatou Diouf se réjouit, elle aussi, du rythme d'écoulement de sa marchandise : «En cette veille de Korité, les clients viennent acheter le Gani Lah chinois et cela marche très bien. On vendait le mètre à 1500 F Cfa et maintenant, on le vend à 1300 F Cfa pour aider les familles ».

Ndèye Faye, venue acheter des tissus, explique avoir achoisi le Gani Lah chinois parce qu'il n'est pas au-dessus de (ses) moyens, il est joli et il ressemble beaucoup au ganila malien. Et quand tu le porteras, personne ne viendra te moquer.

Marianne NDIAYE (stagiaire)
Source Le Populaire

Article Lu 17967 fois

Jeudi 17 Septembre 2009





1.Posté par Oui le 17/09/2009 19:00
Chers pseudo- journalistes, retournez a l'ecole. Certaines fautes de vocabulaire ou de grammaire sont intolerables.
Simplement Niveau CM1

2.Posté par guinand jill le 01/12/2010 21:43
pour les fautes, ya pire !!!!
j'aurais aimé savoir s'il existe un site vendeur de ce tissu .

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 13:10 L’adultère est-il devenu une banalité ?

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State