Référence multimedia du sénégal
.
Google

CONTRE LES AGRESSEURS DE L'ISLAM: Serigne Bara et les ibadou font cause commune

Article Lu 12955 fois

Comme annoncé dans notre édition du week-end, El hadji Bara Mbacké Falilou a reçu, samedi, une délégation de la Jama'atou Ibadou Rahmane venue lui rendre une visite de courtoisie. Et les deux parties ont décidé de faire cause commune pour la paix dans le monde, mais aussi pour faire face aux agressions contre l'Islam.



CONTRE LES AGRESSEURS DE L'ISLAM: Serigne Bara et les ibadou font cause commune
La Jama'atou Ibadou Rahmane (Jir) à Touba peut être une surprise pour les profanes qui s'interrogent sur les relations entre cette associa­tion sunnite qui ne prend référence que sur La Mecque pour célébrer les évènements religieux et les familles religieuses du Sénégal. C'est pour­tant une forte délégation de la Jama'atou Ibadou Rahmane qui a été reçue, samedi à Touba, par El hadji Mouhamadou Lamine Bara Falilou Mbacké, le khalife général des mou­rides. Reçue aux environs de 13h 30 à la résidence Serigne Fallou Mbacké, la délégation de la Jir était composée de l'Amir Ahmadou Dia, du représentant du conseil des sages, de celui du conseil consultatif et régional, de l'Amir adjoint, le Dr Moussa Fall, et d'une quinzaine de membres. Tout ce beau monde a échangé pendant au moins 15 bon­nes minutes avec le khalife des mou­rides.

Face à la presse, le deuxième Amir, le Dr Moussa Fall a décliné l'objet de la visite de la délégation de la Jama'atou Ibadou Rahmane. «Nous nous réjouissons de l'accueil que le khalife général des mourides nous a réservé. Nous avons discuté avec lui de deux choses. La première a trait à un acte positif qu'il a fait lors des inondations et nous n'avons pas l'habitude de voir ces actes faits par des musulmans, mais plutôt par d'autres religions. Aujourd'hui, le khalife a fait un geste montrant que quand des musulmans souffrent, ce sont leurs frères musulmans qui doi­vent leur venir en aide», explique Moussa Fall. Et de poursuivre : « L'autre aspect qui nous intéresse, ce sont les visites initiées par notre père Serigne Bara auprès des autres khalifes généraux qui sont à l'inté­rieur du pays pour l'unité des famil­les religieuses du Sénégal. Ce qui est très important. Au-delà de ces deux actes, nous sommes venus le remer­cier pour avoir mis sur pied un obser­vatoire pour la paix au Sénégal et à travers le monde.» Pour les responsa­bles de la Jama'atou Ibadou Rah­mane, des chefs religieux de la dimension de Serigne Bara Falilou sont des exemples qu'il faut encou­rager. D'ailleurs, à les en croire, c'est ce qui motive leur visite.

Lors des débats dans le salon des hôtes de la résidence Serigne Fallou, l'Amir Ahmadou Dia a tendu la main au khalife de Touba pour défendre ensemble l'Islam victime, selon lui, d'agressions à travers le monde. Et même s'il n'ont pas spécifié leurs cibles, les Ibadous ont clairement indiqué à Serigne Bara : «Vous êtes notre père et vous avez entre vos mains un héritage de votre illustre grand-père, Cheikh Ahmadou Bam­ba qui, toute sa vie durant, s'est battu pour l'Islam.» «Nous serons vos relais partout au Sénégal et dans le mon­de », a rassuré l'Amir Ahmadou Dia.

Le khalife général des mourides, par la voix de son porte-parole du jour, Serigne Cheikh Aby Mbacké, a magnifié cette visite de la Jama'atou Ibadou Rahmane. Une visite qui lui va droit au coeur. «Car vous n’oeuvrez que pour la cause de l'Islam à travers le pays et dans le monde», dira-t-il. Selon le khalife de Touba, cette visite contribue à raffermir les liens entre les deux communautés. Aussi a-t-il fait part de sa disponibilité à travail­ler avec la Jama'atou Ibadou Rahmane sur toutes les questions qui interpellent l'Islam et les musul­mans. D'ailleurs, sur instruction du khalife de Touba, les Ibadous ont tenu une séance de travail avec le Rawdou Rayahine qui s'occupe de ce genre de questions. Cette rencontre présidée par Serigne Cheikhouna Mbacké, fils du khalife des mouri­des, a permis aux deux parties de voir comment conjuguer leurs efforts pour rendre opérationnels les objectifs d'oeuvrer pour la paix et la défense de l'Islam sous des formes pacifiques et instructives. Mais le tout dans le respect de la charia, de la Sunna et des enseignements du fondateur du mouridisme.

La visite s'est terminée par une rencontre avec Serigne Bassirou Abdou Khadre Mbacké, porte-parole du khalife des mourides.

El Modou GUEYE
Source Walf Grand Place

Article Lu 12955 fois

Mardi 15 Décembre 2009





1.Posté par BAYE MODOU le 15/12/2009 09:07
ET LE MONUMENT DE LA RENAISSANCE"DE LA FRAMAçONNERIE"???????

2.Posté par Thiantacoune le 15/12/2009 10:02
Il paraît que Béthio Thioune a perdu la vue depuis le jour de la Tabaski. Qu'en pensez vous?

3.Posté par kamal le 15/12/2009 10:08
ha l'hypocrisie!méme les ibadous sont contaminés.L'islam souffre la souna aussi.

4.Posté par diallo le 15/12/2009 11:41
salam!!!!!! xibar , faut revoir les mots que vous utilisez ça craint grave : quand vous dites "...cette associa­tion sunnite qui ne prend référence que sur La Mecque pour célébrer les évènements religieux ..." vous abusez !!!!
je commence à croire ce qui se dit, vous etes vraiment incroyable:::

salam

5.Posté par GUINEEN le 15/12/2009 13:11
De source sure, Aboubacar Sidiki Diakité dit Toumba est passé aux aveux et a donné ses témoignages aux médias étrangers ce lundi 14 décembre. Nous avons pu écouter son témoignage en partie grâce à une presse qui nous a priés de confirmer si la voix est bien celle de Toumba.

Toumba a commencé par déclarer vouloir parler de ce qui s’est passé avant et après les événements du 28 septembre 2009 au cours desquels plus de 200 personnes furent tuées et des milliers furent blessés.

« Ce qui s’est passé le 3 décembre n’est qu’une suite logique des événements du 28 septembre 2009. J’ai été informé que le Président a l’intention de me faire arrêter en me faisant endosser les crimes que lui-même et ses parents forestiers ont planifiés et ordonné. Alors j’ai décidé de régler ce compte personnel avec un ami qui m’a trahi. Je ne pouvais pas accepter d’être tenu pour responsable des crimes que le président (Dadis) et ses parents ont organisés malgré mon désaccord.

Quand ils ont commencé les manœuvres, je lui (Dadis) ai dit qu’on avait tenu des promesses à la prise du pouvoir qu’il fallait simplement respecter au lieu de vouloir tuer pour se maintenir. Alors le président était furieux contre moi et il a ordonné à mon adjoint de s’occuper des opposants ce jour. Il s’agit du Lieutenant Marcel Guilavogui. C’est lui qui a finalement eu la charge de diriger les opérations et c’est lui qui a fait attaquer les leaders. Je suis venu au stade ce jour-là dans le seul but de sauver des leaders politiques dont on voulait éliminer. D’ailleurs, Sidiya, Jean Marie Doré, Mouctar Diallo, Lounseny Fall, bref tous sauf Cellou Dalein qui n’était pas dans le groupe peuvent le confirmer. C’est moi qui les ai sauvés et les ai pris dans mon véhicule afin d’assurer leur sécurité. J’ai pris cette décision personnelle parce que s’ils avaient été sauvagement tués ce jour, cela aurait porté un grand malheur au pays.

Vers 11 heure, le président a ordonné à mon adjoint de partir attacher les leaders. En ce moment, deux autres groupes avaient reçu des instructions précises à exécuter ce jour. Tout a été planifié par le président Moussa Dadis, le ministre de la sécurité présidentielle Claude Pivi, le caporal-chef Abdoulaye Touré, le sergent-chef Bamba Haba, le Capitaine Joseph Makambo, chef d’opération du régiment commando, et le Capitaine Gono Sangaré, l’intendant particulier du président.

500 élèves d’arts martiaux du camp Alpha Yaya Diallo dirigés par le caporal-chef Abdoulaye Touré et le sergent-chef Bamba Haba ont reçu des promesses d’être intégrés dans l’armée s’ils empêchaient la tenue du meeting ce jour au stade. Ce sont ces 500 que l’on avait aussi envoyés à Labé.

Puis, ils ont fait venir exclusivement 250 nouvelles recrues du centre d’instruction de l’armée de mer (SIAM) basée à Maferenya. Tous forestiers. On a fait venir ces derniers par l’intermédiaire du Cap. Makambo, du Cap. Gono Sangaré et de Claude Pivi. On les a habillés en civil et chargés de s’occuper des « Peuhls » de l’axe Bambeto-Hamdallaye-Cosa- Wanindara. C’était entre 7h et 8h, au moment où les populations se rendaient au stade … »

Ainsi donc, ceux qui ont poussé Dadis à l’extrême, à ne pas honorer ses engagements et à être candidat aux élections présidentielles (sachant bien que cela est impossible), à savoir le Général Sékouba Konaté, le Col. Moussa Keita et Idrissa Chérif ont su se tenir à distance pour n’être cités dans aucun scandale ni prendre une balle perdue. Ils ont tapé sur l’orgueil de Dadis allant jusqu’à affirmer que c’est parce qu’il est Forestier qu’on lui demande de quitter.

Sékouba Konaté fit la campagne dans ce sens à l’intérieur du pays comme à l’extérieur en distribuant des sommes d’argent au point de créer des conflits sociaux à Macentan. Au Gabon, il ira jusqu’à affirmer que le président ayant fait savoir cette intention, sa candidature ne peut plus être retirée.

Moussa Keita organise bruyamment les comités de soutien et fait des déclarations telles que : « Dadis ou la mort », « Je suis contre la démocratie en Afrique » etc. Lui et Idrissa Chérif ne manquent aucune occasion pour attaquer des puissances étrangères sans lesquelles Dadis n’a aucune chance de s’en sortir. Tout est mis en œuvre pour salir l’image du chef de la junte qui est lui-même un fanfaron de nature. En même temps, on cultive la bonne image du Général Sékouba qui se prépare à prendre la tête du CNDD (lire liens 1 & 2).

Ce qui est paradoxal dans cette histoire, c’est que tout le monde sait que les extrémistes du CNDD sont surtout le Col. Moussa Keita et Idrissa Chérif mais en même temps que Dadis, c’est Tiéboro que l’on cherche à éliminer ! Le fait d’imposer Moussa Keita et Idrissa Chérif dans la délégation du CNDD à Ouaga montre bien que ces deux sont en connivence avec le ministre de la défense Sékouba Konaté. Toutefois, Sékouba est préférable à Dadis qui ne semblait plus être normal, en tant qu'interlocuteur dans les négociations des conditions du départ du CNDD au profit d'un gouvernement civil de transition.

Toumba n’a pas fini de parler ou de faire parler de lui. Nous attendons la suite !


6.Posté par Bakh le 15/12/2009 13:54
"Cher Papa Noel, Cette année tu as pris mon chanteur favori, MICHAEL JACKSON, mon acteur favori, PATRICK SWAYZE et mon actrice favorite FARRAH FAWCETT. Je voudrais te rappeler que mon homme politique favori est ABDOULAYE WADE. Ne l'oublie pas Merci .....that's really funny" Merci grand

7.Posté par AC le 15/12/2009 14:43
Comment peut on agresser un concept ?
Est-ce que quand on frappe une idée, elle saigne ?
C'est complètement débile.

8.Posté par issa diallo a paris le 15/12/2009 19:11
salam les ibadou prend pas reference sur les hadith du prophete(salhaleihi wslm) et no aux gens de la mecques pasque. je suis desole je ne suis pas un ibadou juste un simple adorateur et serviteur dallah tous c nom cella ve dire koi?
mourid tidiane layenne thianama on est en perdussion total wollah YA MM DES GENS QUI VONT dire . les ibadou sont parti faire ziyar a touba voila ils ont sui qui sont en perdussion donc ils ont regrette alors que c pas sa tous les ibadou aime c adore allah la façon dont le prophete voulais c tt

9.Posté par I, the lion le 15/12/2009 19:12
bakh, u damn funny. tres tres fort....

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State