Référence multimedia du sénégal
.
Google

CONSTRUCTION DE L’ARÈNE NATIONALE: L’Etat retourne vers la réserve du stade Léopold Sédar Senghor

Article Lu 11072 fois

La question de l’arène est encore relancée, sans pour autant que l’on puisse «tâter» un début de réponse. Après la déclaration du ministre des Sports sur le nouveau site qui aurait déjà été identifié, c’est la deuxième personnalité de l’Etat, le président du Sénat, qui a levé un coin du voile sur ledit «nouveau» site. Et surprise ! L’Etat revient sur ses pas…



CONSTRUCTION DE L’ARÈNE NATIONALE: L’Etat retourne vers la réserve du stade Léopold Sédar Senghor
L’arène nationale, un éléphant blanc ? Entre annonces en grandes pompes, budget mirifique, maquettes futuristes, site trouvé, délocalisé, puis (re)trouvé, l’arène nationale n’est pas encore prête à sortir de terre. En marge de la cérémonie de remise de drapeau du combat organisé en son honneur, le président du Sénat, Pape Diop a répété que la pose de la première pierre de l’arène nationale se fera «bientôt». Il ne reste plus qu’à se décider par rapport au site, à l’en croire. Une déclaration qui vient compléter celle du ministre de tutelle, Mamadou Lamine Keïta. Lequel, lors d’une visite de travail à Kaolack qu’un nouveau site devrait être désigné en remplacement de celui qui avait été auparavant retenu, entre Pikine et Thiaroye. En guise d’explication, le ministre des Sports servait ceci : «La route devant préalablement désenclaver le site initialement retenu à Pikine pour sa construction, tarde encore à être réalisée. C’est pourquoi, avec les services du Cadastre, nous sommes en train de voir comment accéder à un autre site déjà identifié, en vue de pouvoir démarrer les travaux.» Il semble que le président du Sénat a désormais vendu la mèche, en annonçant le nouveau site qui se situe au niveau de la réserve du stade Léopold Sédar Senghor, sur la piste qui donne aux Parcelles Assainies, actuellement utilisé par les auto-écoles et un marché hebdomadaire qui se tient tous les lundis.

Espace morcelé et en partie vendu

Les amateurs noteront certainement que ce site ne constitue point un «nouveau» site pour l’arène nationale. En effet, c’est le site initialement prévu pour abriter l’édifice, avant que les autorités ne décident de céder devant une boulimie foncière qui a délesté du stade Léopold Sédar Senghor d’une grande partie de sa réserve, où s’érigent depuis longtemps des bâtisses de tout genre, dans un espace anarchiquement morcelé. Au point que l’on peut se demander si l’espace qui reste de ladite réserve peut contenir tout ce qui a été annoncé dans la construction de l’arène nationale.

En effet, dans le site du gouvernement, le dossier sur l’arène nationale, logé dans la rubrique «Grands Projets», indique, maquettes à l’appui, que l’arène nationale devrait comprendre une tribune de 25 000 places. Celle-ci devrait comporter une zone Vip, une tribune couverte, une tribune découverte et deux virages Fan’s Club, une aire centrale (incluant une zone de lutte aménagée, une zone d’échauffement et de pratiques rituelles, une zone de presse et une zone réservée aux animateurs traditionnels), des locaux fermés (bureaux, salles d’entraînement, salles de conférence, salon Vip, bar restaurant, locaux d’hébergement pour compétitions). Pour finir, il est prévu des annexes (constituées d’un local transformateur, de locaux techniques, d’aménagements extérieurs, voirie et parking de revêtement bicouche, infirmerie et aires d’entraînement aménagé à l’extérieur).

Vous avez dit Grand Projet ?

Les amateurs et autres professionnels de la lutte devront encore prendre leur mal en patience et ne sont certainement pas au bout de leur surprise. Tout juste devront-ils se contenter de croire que le «grand projet du chef de l’Etat» (si grand qu’il ne peut…tenir sur place) est revenu à la case départ. C’est lors de sa déclaration de politique générale que le Premier ministre, Souleymane Ndéné Ndiaye, annonça que l’arène nationale sera construite à Pikine, au lieu du site jouxtant le stade Léopold Sédar Senghor, initialement prévu, pour un coût global de 7 milliards, sans donner de raison pour justifier ce changement de programme. Dans son discours de 41 pages, le PM n’accordait alors que deux (2) petites lignes pour évoquer la question de l’arène nationale, comme pour montrer le niveau de priorité de ce «Grand Projet qui tient tant à cœur le chef de l’Etat». Juste s’empressait-il d’ajouter : «Dans les prochains jours», pour indiquer la date de démarrage des travaux. C’était le jeudi 23 juillet 2009. Nous sommes le jeudi 3 décembre de la même année. Faites le décompte…

BABACAR NDAW FAYE
Source L'Observateur

Article Lu 11072 fois

Jeudi 3 Décembre 2009




Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 5 Décembre 2016 - 11:15 Ligue 1 16ème journée : Nice reste leader

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State