Référence multimedia du sénégal
.
Google

CONSEQUENCES DE L'EXPLOITATION SAUVAGE DU SABLE MARIN: La commune de Malika a perdu 12 milliards de francs Cfa

Article Lu 11442 fois

L'exploitation de la carrière de Malika n'aura pas seulement causé des ennuis sur l'écosystème. Elle a également entraîné des pertes financières énormes pour la commune de Malika. Le maire Mor Talla Gadiaga évalue à 12 milliards de francs Cfa les pertes causées par l'exploitation du sable marin qui dure depuis 1980.



De 1980 à nos jours, les pertes, financières causées par l'exploita­tion du sable marin à Mbeubeuss sont évaluées à quelques 12 mil­liards de francs Cfa. La révélation est de Mor Talla Gadiaga. Le maire de la commune de Malika l'a dit au cours d'un atelier d'échanges entre structures de développement intervenant dans la zone. La ren­contre est initiée par la commune d'arrondissement de Malika en partenariat avec l'Ong Enda Graf. L'ouverture a d'ailleurs été prési­dée par Thierno Demba Sy, le sous-­préfet de l'arrondissement des Niayes.

«Depuis qu'on a commencé à extraire du sable marin dans la car­rière de Mbeubeuss, la commune a perdu 12 milliards », a déclaré Mor Talla Gadiaga, maire libéral de Malika. Et le maire de poursuivre : «L'environnement de Malika est aujourd'hui délabré. Il faut donc des mesures conséquentes pour redresser la situation.»

Revenant sur les difficultés auxquelles fait face sa commune, le maire de Malika souligne que «hormis l'environnement, la plu­part de nos difficultés proviennent de la démographie parce que le rythme de croissance de notre po­pulation est insoutenable.» C'est pourquoi, dit-il, «nous pensons faire comme priorité l'éducation».

Parlant du sens de l'atelier d'échanges, l'édile de Malika indique : «Nous avons organisé cet atelier pour avoir une synergie d'ac­tions entre partenaires au dévelop­pement dans la localité.» Avant de poursuivre : «Nous nous sommes rendus compte que nos partenaires ayant le même objectif d'ensemble, c'est-à-dire développer Malika, interviennent de manière séparée. Il fallait donc les amener à se côtoyer pour discuter et pour pouvoir agir ensemble.»

Thierno Demba Sy, le sous-pré­fet des Niayes qui présidait l'atelier a, pour sa part, salué «l'initiative d'une telle rencontre» qui, selon lui, «jouit d'un intérêt capital pour la bonne gestion des collectivités locales ». « Tout le monde sait que les collectivités locales n'ont pas assez de moyens pour se développer. Il faut donc nécessairement des parte­naires pour qu'elles s'en sortent. Et cette rencontre vient à son heure en ce sens qu'elle réfléchit sur les voies et moyens pour faire développer Malika», a indiqué le sous-préfet. Qui a invité les autres collectivités locales des Niayes à prendre exem­ple sur Malika.

Théodore SEMEDO
Source Walf Grand Place


Article Lu 11442 fois

Dimanche 25 Octobre 2009





1.Posté par mariane aby boye le 10/03/2013 19:43
ecrire

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State