Référence multimedia du sénégal
.
Google

CONSEQUENCE DE LA CRISE ECONOMIQUE INTERNATIONALE: Les transferts d’argent chutent de 46 milliards au Sénégal

Article Lu 11810 fois

La bourse des émigrés est délestée de 46 milliards FCfa en 2009. La crise économique est passée par là. Les transferts de capitaux ont baissé cette année de 554 milliards contre 600 milliards FCfa en 2008.

Les transferts de fonds des émigrés vers le Sénégal connaissent une chute libre en 2009. Ils sont estimés à 554 milliards FCfa pour l’année en cours contre plus de 600 milliards FCfa en 2008, soit une baisse de 46 milliards de nos francs. C’est du moins ce qu’a révélé, hier, Pape Ibrahima Ndao, consultant en politique et planification du développement, et ancien directeur de l’Emploi.



CONSEQUENCE DE LA CRISE ECONOMIQUE INTERNATIONALE: Les transferts d’argent chutent de 46 milliards au Sénégal
Selon M. Ndao, cette baisse des transferts de fonds des émigrés est une des conséquences fâcheuses de la crise économique et financière internationale. Et les fonds envoyés par les Sénégalais vivant à l’étranger dépassent les ressources financières issues de l’aide publique au développement, a-t-il précisé au cours d’une rencontre à Dakar sur le rôle du secteur privé dans l’insertion au marché de l’emploi au Sénégal.

L’expert constate, en outre, que «les actions de promotion et de mise en œuvre ne considèrent pas la migration comme un axe majeur de politique. Malgré la multiplicité des agences dites de promotion de l’Emploi, il n’existe pas une véritable promotion active de l’Emploi». Parlant de la réinsertion des migrants volontaires, M. Ndao estime que c’est aux Sénégalais de la diaspora de déterminer eux-mêmes leurs besoins en matière d’accompagnement. Pour lui, ces compatriotes établis à l’étranger ont autant de droits que les Sénégalais restés au pays. «Ils n’ont pas plus de devoirs ni moins de droits, ils ont un droit d’accès sans restriction à l’ensemble des programmes de promotion de l’Emploi mis en œuvre par le gouvernement en faveur des jeunes, des femmes et autres catégories sociodémographiques», insiste-t-il.

L’ancien directeur de l’Emploi conseille, cependant, d’éviter le piège de la création d’entreprise individuelle. «Il faut prendre la Convention nationale pour la promotion de l’Emploi des jeunes comme modèle de l’insertion, de la formation qualifiante, de la préparation à l’insertion professionnelle et de recrutement direct, en l’adaptant aux spécificités des migrants volontaires pour le retour-réinsertion, notamment leur niveau d’épargne largement au-dessus de celui des Sénégalais résidents, à sexe, âge et qualification professionnelle comparables», recommande M. Ndao.

Initiée par le Bureau international du travail (Bit) et la Fondation internationale pour l’Amérique latine d’administration et de politiques publiques (Fiiapp), cette rencontre de trois jours enregistre la participation de ministères compétents, du Patronat, de plusieurs agences et autres acteurs de la promotion de l’Emploi.

Jean Pierre Mane
Source L'Observateur

Article Lu 11810 fois

Jeudi 10 Décembre 2009




Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State