Référence multimedia du sénégal
.
Google

CONGRÈS DU PDS ANNONCÉ PAR ME WADE:Pape Samba Mboup dresse le profil des superviseurs des renouvellements

Article Lu 1458 fois


« Le Pds doit être lessivé. On doit l’adopter ». Telle est la réaction de Pape Samba Mboup, approuvant l’annonce faite par le président de la République, Me Abdoulaye Wade, de renouveler les instances de son parti pour préparer la tenue d’un congrès en novembre et décembre prochain. Hier, au cours de l’émission « Grand jury », le ministre chef de cabinet du président Wade estime la décision du pape du sopi s’inscrit dans les nouvelles orientations du Pds. « Quand un parti veut changer d’orientation, de statuts, il convoque un congrès pour légitimer ses décisions », a-t-il laissé. Dans un contexte où les querelles de leadership ont fini de miner la formation politique au pouvoir, l’invité de la « Rfm» pense que le défi à relever est d’organiser les renouvellements sans contestation. Selon Pape Samba Mboup, la première erreur à éviter, dans ce sens, est de ne pas être « juge et partie ».
« Je préconise, pour qu’il ait des renouvellements que les gens ne pourront pas contester, de confier cette structure de renouvellements à quelqu’un qui n’est pas politique, qui n’a pas d’ambitions politiques. Ou bien on confie ces renouvellements à un cabinet d’études, c’est encore plus facile », soutient-il. Face à notre confrère Mamoudou Ibra Kane, le chef de cabinet du président Wade propose des superviseurs indépendants, pour éviter de réveiller les démons de la contestation, lors des renouvellements. « Il faut des superviseurs neutres, sinon il y aura toujours des problèmes, les renouvellements seront toujours contestés », averti-t-il.
À l’en croire, le fait de nommer des superviseurs qui peuvent en même temps nourrir des ambitions politiques n’est pas une bonne chose. Étayant ses propos, M. Mboup estime que des responsables politiques au sein de la structure des renouvellements peuvent tenter de placer leurs hommes pour que ces derniers les aident à atteindre leurs objectifs politiques. Interpellé sur les retours annoncés de Idrissa Seck au sein de la famille libérale, celui qu’on nomme le « faucon » du Palais pense : « Si les conditions sont réunies pour qu’il revienne, moi je ne vois pas pourquoi il ne reviendrait pas ». « Quand on travaille pour quelqu’un, on ne lui cherche pas des adversaires », martèle-il. Dans une perspective d’un grand parti présidentiel, il défend la thèse de « l’unité du Pds et de la famille authentique ».
Sous ce rapport, il estime que le chef de l’État en tant que leader de parti doit travailler pour la postérité. « Wade n’a pas le droit en quittant les rênes de son pays de laisser derrière lui un parti déchiré, sinon il aurait échoué », soutient-il, avant de poursuivre, « il faut enterrer toutes les haches de guerre, fumer tous les calumets de la paix ».

Source: Le Matin

Article Lu 1458 fois

Lundi 28 Avril 2008


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State