Référence multimedia du sénégal
.
Google

CONFLIT SÉNÉGAL-MAURITANIE : 20 ans après… Un couple sénégalo-mauritanien victime témoigne

Article Lu 12874 fois

20 ans déjà que le Sénégal et la Mauritanie, deux pays voisins, ont enterré la hache de guerre pour reprendre les relations bilatérales. Mais l’histoire retiendra toujours que ces deux Etats aux populations liées de part et d’autre de la frontière ont vécu, à partir du 1er avril 1989, des tueries. Des événements tragiques dont ont été victimes et témoins deux ressortissants des deux nations résidant en Bergame, en Italie.



Réfugiés politiques, ce couple sénégalo-mauritanien a accepté d’en parler. Le mari est un Sénégalais du nom de Moussa Diop, natif de la rue 6 à la Médina, à Dakar, tandis que sa douce moitié, appelé Aïcha, est une mauresque qui a connu son homme à travers le commerce pratiqué entre les deux pays. Leur ménage compte cinq enfants, dont la plus âgée est née au début de la confrontation, fait savoir la dame.

La date de naissance de sa fille lui sert de repère douloureux du début des événements. «C’est le jour où j’ai accouché de Aïda (sa fille aînée) que les confrontations ont débuté. Elle est née le 1er avril 1989. Heureusement que mon mari a été malin pour m’amener avec le bébé à Keur Massar (Ndlr : Dakar) chez sa tante, sinon je ne serais peut-être pas là. Car les gens ne cherchaient pas à comprendre, et ils étaient très difficile à calmer. A chaque fois qu’ils entendaient qu’on a tué un Sénégalais en Mauritanie, ils attaquaient les Mauritaniens vivant à Dakar. J’ai perdu une cousine qui, pourtant, venait juste d’immigrer au Sénégal, tout comme un des amis de mon mari qui avait appris le décès de sa tante à l’instant où il nous accompagnait à Keur Massar. Je ne voulais pas y revenir. C’était le destin réservé à ces deux pays. Maintenant, tout se passe super bien», relate Mme Diop.

Selon la dame, «ce n’était pas une guerre, mais plutôt un malentendu entre deux pays qui ont le même dénominateur commun. Tout le monde sait que l’un ne peut pas aller sans l’autre. Sénégalais et Mauritaniens sont liés à tout point de vue», regrette Aïcha. Elle se réjouit que les commerçants, les «forokh thiaya» (vendeurs ambulants de viande cuite) aient repris, de plus belle, leur business à Dakar. «Prions Le Bon Dieu pour que ça ne se répète plus, car les innocents seront toujours les perdants dans ces genres de confrontations», poursuit-elle.

Source: L'observateur

Article Lu 12874 fois

Jeudi 9 Avril 2009





1.Posté par senagalais le 09/04/2009 16:27
Comment pouvez vous reveiller de telles blessures.
Vous manquez vraiment de civisme et de consience professionnelle.

2.Posté par talibe le 09/04/2009 19:12
senegalais wakhgna deugg ca c est trop c est trop . c cons et bizarre les mauritaniens sonts des noutre amis . bayilène saytanè

3.Posté par Julien Preira le 09/04/2009 21:16
prions a Dieu pour ceux qui ont perdu leur vie durant cette tragique histoire reposent en paix.

4.Posté par meckael le 09/04/2009 21:23
que signifie cet article ? nce n'est pas correct de soulevé ce probléme.

5.Posté par Normal le 10/04/2009 07:33
Quel est l'interet de cet article mon Dieu. On a pas du tout besoin de se rappeler de cet evenement odieux. Messieurs les journalistes, please cet article ne devait pas etre publie pour plusieurs raisons. Premierement, nous devons tous prier pour que de telles choses ne se renouvellent plus entre les deux communautes. Deuxiemement ne serait ce que pour le respect des familles qui avaient perdu au moins 1 de leurs membres. Et enfin, il ya aucune lecon a y retenir sinon que des regrets pour tous les deux camps.

6.Posté par Dieri le 10/04/2009 10:12
Peut- etre on doit pardonner, mais, on doit pas oublier.
Voila l´interet de cet article.
C´etait terrible,a meme temp impossible de pouvoir oublirer. Senegais et Mauritaniens a aucun cas doivent oublier a jamais Ould Taya.
Car oublier c´est oublier les victimes.

7.Posté par LAT DIOR le 10/04/2009 14:18
Si les mauritaniens maures provoquent de nouveau, les sénégalais riposteront ;les negro maurirtaniens de culture sénégalaise sachez quelques soient les problemes,ou malentendus....NOUS (senegalais) serons tjrs là pour vous défendre que vs soyez fautifs ou non;vs etes nos freres.Dommage que la mauritanie ne vous "appartient pas ",vs qui avez toutes les prédestinations et représenté l'essentiel de la population de la mauritanie doté de la matiere grise à la veille des indépendances en Afrique.WA SALAM.

8.Posté par ass malick sall le 10/04/2009 15:01
avant tout e salu touts a touts de leurs modestes comentairessur cette aticle qui pour moi de mon point vue fatastique et emouvant
prion au bon dieu que tel chose ne se repetera jamais a nul part
de mon point de vue sur l article nous fait repeler les erreurs pour que le conscience reprennent place , bein que c est dur de le rapeler pour tout mais je pense que sa nous serevira de lecon pour eviter des querelles
pour moi particulierement j ai senti me reforcer pour eviter le chaytane et c est un artricle qui ma remonter le morale pour etre plus tolerant vis a vis des autre nacionalites
mon souhait est que les lecteur en prenne conscience sur cette evenement que telle mal a fait au 2 pays ami depui l epoque des dinozores je m en rejoui de cette rapelle qui me reforce la conscience
je dirai bravo au comentariste sur cette article

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State