Référence multimedia du sénégal
.
Google

CONDAMNÉ POUR PÉDOPHILIE ET ÉLARGI IL YA UN AN L'archiviste de «Sos Enfants» à nouveau surpris sur une gamine de 5 ans à Bène-Baraque

Article Lu 11499 fois

Il y a un mois, le sieur Ibrahima Thiongane archiviste de profession officiant au village "Sos -enfants " situé à Sacré-Coeur 2 recouvrait la liberté. Il venait ainsi de purger une peine de deux ans pour des faits de pédophilie. Cependant, c'est à croire que cette privation de liberté qui a duré deux ans n'a pas réussi à détourner l'archiviste des " fruits verts". Il a encore récidivé dans la localité de Bène-Baraque où l'archiviste a été surpris en compagnie d'une gamine qu'il avait déshabillée avant de l'installer sur ses genoux pour passer à l'acte.



Localité de Bène-Baraque située à la périphérie de Yeumbeul. Ce lundi 10 mars en début d'après -midi, les rues sont désertes. M.L.Diop un agent de sécurité officiant dans une société de gardiennage de la place regagne tranquillement son domicile lorsque son attention est vite attirée par les agissements d'un individu. Le regard de l'agent de sécurité s'attarde longuement sur l'individu au point qu'il décide de voir exactement ce que cet individu, qui lui paraît suspect, fait à cette heure de la journée dans la rue en compagnie d'une gamine. À pas feutrés, sans éveiller l'attention de l'individu, l'agent de sécurité s'approche. Et il tombe sur une scène renversante : l'individu qu'il venait de surprendre avait le pantalon rabaissé jusqu'aux genoux, le sexe en érection pendant qu'avec ses mains, il tentait d'installer une fillette sur ses genoux. Non loin gisait au sol un pantalon, vraisemblablement celui que portait la fillette.

Sans hésiter, l'agent de sécurité saute sur l'individu et l'empoigne. Ce dernier n'oppose aucune résistance. À la place, il s'emploie à tenter d'étouffer l'affaire. Peine perdue car les habitants de Bène-Baraque qui paraissaient assoupis à cette heure de l'après-midi sont vite alertés par les éclats de voix. Tous se ruent au-dehors et tombent sur une image insolite. L'individu tenu au collet, le pantalon abaissé jusqu'aux genoux découvrant ainsi ses parties intimes faisait toujours face à l'agent de sécurité. La foule informée des agissements de l'individu commence alors à gronder. Puis une pluie de coups s'abat sur le malheureux, dont on saura plus tard qu'il exerce la profession d'archiviste au village "Sos enfants" et qu'il répond au nom d'Ibrahima Thiongane. Malgré l'opposition de l'agent de sécurité, la foule s'acharne violemment sur l'archiviste, réclamant même sa tête par moments. Le supplice dure une dizaine de minutes avant que la foule ne retrouve subitement la raison et décide d'accompagner l'agent de sécurité, l'archiviste, la gamine et les parents de cette dernière au poste de police de Yeumbeul.

Livré aux enquêteurs, Ibrahima Thiongane ne cherche pas à nier les faits. Il passe immédiatement aux aveux en racontant dans les détails comment il s'y est pris pour piéger D.C - ce sont là les initiales de la fillette âgée seulement de cinq ans. « Je reconnais entièrement les faits. En effet alors que je me trouvais à Bène-Baraque, j'ai rencontré une fillette âgée d'environ 05 ans qui marchait seule dans la rue. Je l'ai approchée et sous prétexte de lui payer des bonbons, je l'ai conduite dans une ruelle loin des regards indiscrets, croyant ainsi que personne ne pouvait nous voir. J'ai enlevé ainsi son pantalon et constatant qu'elle ne portait pas de culotte, j'ai à mon tour sorti mon ...déjà en érection pour entretenir avec elle des rapports intimes. Malheureusement pour moi, un individu m'a surpris avant même que je ne passe à l'acte », a déclaré Ibrahima Thiongane avant de révéler par la même occasion qu'il venait d'être élargi de prison après avoir été condamné à une peine de deux ans pour les mêmes faits. Une déclaration confirmée par le fichier du poste de police de Yeumbeul dont les éléments avaient une première fois déjà épinglé l'archiviste pour les mêmes faits. C'était en 2006.

Au terme de sa garde-à-vue, Ibrahima Thiongane qui a vu le jour en 1962 a été déféré au parquet avant -hier mercredi pour le délit d'attentat à la pudeur sur une mineure âgée de cinq ans.

Source: L'observateur

Article Lu 11499 fois

Vendredi 14 Mars 2008





1.Posté par amoctad le 14/03/2008 15:59
ceey, ce gat la mome moye lolou.
au lieu d'aider les enfants, il les nui

2.Posté par reussguine le 14/03/2008 16:55
lima wakh moy l'unique solution.

ENGAGER DES RETRECISSEURS DE SEXE POUR QU'ILS METTENT LEUR SCIENCE AU SERVICE DU PEUPLE. PEUT ETRE MEME QU'ON POURRAIT LES PAYER ET ILS VONT REGLER LE CAS DES VIOLEURS ET AUTRES PEDOPHILES

comme ça tout sera bien et qui finira bien. walabokk

3.Posté par chon le 14/03/2008 17:14
il est malade du sexe oubien qui moye lolou obsédé il doit finir ses jours en prison

4.Posté par docs le 14/03/2008 17:56
Ce gat est malade il doit etre soigrer et puni car j'ai confiance à cette justice s'il ne sagit pas de politique

5.Posté par coumbis le 14/03/2008 21:07
ce qu'il faut dire c'est que les familles doivent protéger leurs enfants de ces malades mentaux un enfant de cet age ne doit pas trainer seule dans la rue il y'a trop de laisser aller dans la société de grâce srveillons nos enfants pour qu'il ne tombemt pas aux mains de ces pervers.

6.Posté par Zal le 15/03/2008 03:56
C'est tout simplement un malade mental. Si on ne le traite pas de manière psychiatrique il recommencera dés qu'il sera libéré et il est capable de les tuer de peur d' être repris.C'est une sorte de maladie comme le grippe qui nuit sur tous les continents.Nos braves médecins se trouvent sans doute trop importants pour ne jamais intervenir sur ce type de débat.Nos intellectuels en général sont des traitres à l'Afrique.Ces poltrons très calculateurs ne veulent intervenir nul part de peur de se faire remarquer pour ne pas rater le poste juteux de corrompu qu'ils convoitent. Bande d'hypocrites, L'Afrique est vraiment mal fichue. Nos télévisions ne font que des débats politiques. C'est comme si la vie sociale la vraie ne les intéressent pas. Se faire un Dansoko ou un Tanor vaut mieux que de parler de pandémie hors des grandes campagnes souvent gouvernementales. Qu'en pense la société civile?

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State