Référence multimedia du sénégal
.
Google

COMPLICITE D’AVORTEMENT : Une dame poursuivie par le copain de sa fille relaxée

Article Lu 1514 fois

Le sieur Abdoulaye Fall poursuivait, hier, devant le tribunal des flagrants délits, la dame Awa Bâ de l’infraction de complicité d’avortement. M. Fall reproche à la mère de sa copine d’avoir incité celle-ci à mettre un terme à la grossesse dont il dit être l’auteur.



Le taximan Abdoulaye Fall est parti d’une confidence en présence de son frère que lui aurait faite sa copine mineure Nd.A.S. qui traînait une grossesse qui est le fruit de leurs relations. Sa maman Awa Bâ, lui avait confié la fille, l’aurait incité à avorter. M. Fall ajoute que la dame est allée jusqu’à le trouver à son domicile pour lui demander de faire avorter sa fille, car elle ne pourrait pas supporter cette humiliation. La sœur aînée de Nd.A.S., elle aussi, étant enceinte, un autre cas de grossesse allait jeter l’opprobre dans la famille. Outré par une telle demande, Abdoulaye Fall a menacé de porter plainte si Awa Bâ venait à accomplir un tel acte. « Par la suite, la dame est revenue pour s’excuser », explique-t-il.

C’est ainsi qu’il a continué à prendre soin de sa copine jusqu’au jour où il a décidé de se rendre à son village natal. Avant de partir, il avait remis de l’argent à sa copine pour lui permettre de faire face à ses besoins jusqu’à son retour. A son retour, grande a été sa surprise de constater que sa copine ne portait plus sa grossesse. Abdoulaye Fall met alors sa menace à exécution en portant plainte au commissariat de Pikine contre sa copine et sa maman, respectivement pour les délits d’avortement et de complicité d’avortement. Hier, la dame Awa Bâ a nié les faits qui lui sont reprochés, arguant même qu’elle a appris la grossesse de sa fille qu’après son avortement, lorsque son copain s’est présenté à son domicile, menaçant de porter plainte. A en croire la dame, Nd.A.S. aurait avorté sur la demande de son copain Abdoulaye Fall. « C’est en interpellant ma fille pour connaître les raisons des menaces du sieur Fall que j’ai su qu’elle était enceinte », a-t-elle déclaré. « Donc je n’ai participé ni de près ni de loin à l’avortement puisque je n’en connaissais rien », ajoute-t-elle.

Pour l’avocat de la partie civile, la dame Awa Bâ est coupable de complicité d’avortement. Il déclare que celle-ci était au courant de la grossesse de sa fille puisqu’elle savait que son client a pourvu à l’entretien et aux frais médicaux de sa fille. L’avocat a demandé au tribunal de condamner la dame à une peine de prison et à payer à son client la somme de 1.500.000 francs.

Dans son réquisitoire, le procureur de la République déclare qu’aucun élément du dossier ne permet d’établir la culpabilité de l’accusée. De plus, à l’enquête de police, la fille a déclaré avoir avorté sur la demande de son copain. Aussi, le parquet a demandé au tribunal de relaxer la dame Awa Bâ. Les conseils de la dame ont sauté sur le pas pour demander, eux aussi, la relaxe de leur cliente. Abdoulaye Fall, rétorque la défense, devait être poursuivi pour le délit de viol parce qu’il reconnaît avoir eu des relations coupables avec une fille mineure. Le tribunal a suivi la requête des avocats de la défense et du procureur de la République en prononçant la relaxe de la dame Awa Bâ et en déboutant la partie civile de sa demande.


MAMADOU GUEYE
Source: Le Soleil

Article Lu 1514 fois

Jeudi 23 Août 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State