Référence multimedia du sénégal
.
Google

COMMERCIALISATION DU RIZ DE LA VALLEE : Les producteurs marchent pour des mesures immédiates

Article Lu 1703 fois

Pour l’écoulement de 10.000 tonnes de riz en souffrance, le collège des producteurs de la vallée a organisé samedi, à Ross Béthio, une marche.



COMMERCIALISATION DU RIZ DE LA VALLEE : Les producteurs marchent pour des mesures immédiates
Dans un mémorandum remis à l’adjoint au sous-préfet de Ross-Béthio, le collège des producteurs de riz de la vallée s’adresse aux plus hautes autorités pour demander le règlement définitif de la question de la commercialisation. Ils souhaitent rencontrer le chef de l’Etat pour un règlement définitif de la question. Cette marche qui a enregistré la participation des commerçants de l’Unacois et du Congad, a été encadrée par la gendarmerie.

Selon Djibril Diaw, président de la commission commercialisation du Collège, « les producteurs éprouveront d’énormes difficultés pour accéder au crédit si ce produit de contre-saison n’est pas vendu et ils auront du mal à engager la saison hivernale. » Il a précisé par ailleurs qu’une bonne commercialisation devrait suivre après le rush vers les terres, engendré par la Grande offensive pour la nourriture et l’abondance (Goana) ayant contribué à la hausse de la production. Les producteurs proposent également la régulation du marché des importations pour un meilleur écoulement du riz local, ainsi que la mise en place d’un fonds de commercialisation pour ce riz, avec un prix rémunérateur.

L’accès au crédit, l’aménagement des périmètres, la lutte aviaire et les pistes de production en quantité suffisante pour l’acheminement du produit vers les zones de commercialisation figurent également dans leur mémorandum.

27 %

C’est le taux plafond ou d’usure fixé aux institutions de micro-fianance, alors que celui des banques est de 18 %. La forte concurrence entre les nombreux IMF fait que ce taux aurait tendance à baisser, selon le directeur de la microfinance, Tafsir Amadou Mbaye. Toujours est-il que ce niveau jugé relativement prohibitif s’explique, selon lui, par la nécessité de concilier deux exigences : celle de la rentabilité qui s’appuie fortement sur une logique commerciale et celle consistant à tenir compte de la mission sociale des institutions de microfinance. M. Mbaye ajoute que « les autorités sont en train de réfléchir sur un autre mécanisme pour bonifier les taux d’intérêt en direction des couches vulnérables »


Samba Oumar Fall
Source Le Soleil

Article Lu 1703 fois

Lundi 14 Décembre 2009




Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State