Référence multimedia du sénégal
.
Google

COLOMBIE : L’ex-otage Clara Rojas retrouve son fils

Article Lu 1679 fois


L’ex-otage Clara Rojas, qui est arrivée dimanche à Bogota après avoir passé près de six ans aux mains de la guérilla des Farc, a pu retrouver après trois ans de séparation son fils Emmanuel né en captivité d’une relation consentie avec un guérillero des Farc (marxiste).

Bogota - "Je suis immensément émue de revenir dans mon pays. C’est une renaissance", a-t-elle déclaré à sa descente d’avion à l’aéroport militaire de Bogota, en se montrant impatiente de retrouver son fils Emmanuel.

Clara a effectivement retrouvé dimanche après-midi dans le nord-est de Bogota le garçonnet de 3 ans et neuf mois, pendant un court moment et "en privé". "Ils se sont retrouvés.

C’était un moment plein d’émotions", a révélé une haute source gouvernementale. Selon cette source, après son arrivée à l’aéroport militaire de Bogota vers 19h 00 Gmt, Clara et sa famille se sont rendus dans le nord-est de la capitale où ils ont rencontré l’enfant.

A propos du petit Emmanuel, Mme Elvira Forero, directrice de l’Assistance publique qui a actuellement la garde d’Emmanuel et attendait sa mère à l’aéroport, avait déclaré : "Quand Clara Rojas arrivera, elle rencontrera immédiatement un psychologue puis elle aura sa première rencontre avec l’enfant".

En revanche, Clara Rojas "ne pourra pas emmener tout de suite l’enfant chez elle", selon Mme Forero, pour qui une période de préparation est nécessaire pour l’enfant. L’enfant, malade, avait été retiré à sa mère par les Farc à l’âge de huit mois. Habillée d’un ensemble rose, l’ex-otage est descendue de l’avion présidentiel colombien un bouquet de fleurs à la main. Elle a été accueillie par le Haut commissaire colombien pour la Paix Carlos Restrepo, le ministre de la Défense Juan Manuel Santos.

Puis Mme Rojas a remercié le président colombien Alvaro Uribe "d’avoir autorisé la suspension des opérations militaires" jeudi, le jour où elle a retrouvé la liberté. Elle a également dit vouloir "saluer Ingrid" Betancourt, la Franco-Colombienne dont elle était l’assistante lors de l’enlèvement des deux femmes le 23 février 2002 par les Farc (Forces armées révolutionnaires de Colombie).

"Ce que je souhaite le plus en ce moment serait qu’elle soit avec nous. Avec l’aide de tous, nous allons faire en sorte qu’Ingrid et tous les autres otages reviennent vite", a-t-elle dit, réaffirmant son "admiration et sa tendresse" pour l’ex-candidate présidentielle...

Mme Rojas, une avocate de 44 ans, retrouve son pays alors que de vives tensions opposent Bogota et Caracas. Le président Chavez a appelé vendredi l’Amérique latine et l’Europe à retirer les guérillas des Farc (marxiste) et de l’Eln (Armée de libération nationale, guévariste) de leurs listes des organisations terroristes et à leur accorder le statut de belligérants.

EN BREF * FRANCE - 25.000 expulsions prévues en 2008

Le Premier ministre François Fillon a fixé hier à "au moins" 25.000 le nombre d’expulsions d’étrangers en situation irrégulière en 2008, un chiffre identique à celui de 2007. "Le nombre de reconduites à la frontière réalisées en 2007 est proche de l’objectif de 25.000. L’objectif pour 2008 sera au moins équivalent", a-t-il annoncé lors d’un déplacement à Marseille...

"Sur la question des sans-papiers, notre position est claire, républicaine : l’immigration est encadrée par la loi, il faut la respecter. Sinon, c’est la loi de la jungle, la loi des réseaux, la loi du plus fort", a dit M. Fillon. "Les réfugiés et ceux qui obtiennent, par leurs efforts et leurs compétences, des papiers pour travailler et résider en France, sont les bienvenus. Ceux qui ne répondent pas aux critères posés par nos lois et n’ont pas de papiers sont appelés à être reconduits dans leur pays", a-t-il ajouté.

Le chiffre de 25.000 expulsions d’immigrés en situation irrégulière n’a pas été atteint en 2007. Si cette "politique du chiffre" a été dénoncée par les associations d’aide aux sans-papiers et de défense des droits de l’Homme, elle l’a été également par certains syndicats de Police déplorant la pression exercée sur leurs troupes.

PROCHE-ORIENT - Négociations de fond israélo-palestiniennes

Israéliens et Palestiniens ont entamé hier des négociations de fond, semées d’embûches, en vue d’un règlement de paix que George W. Bush espère arracher avant la fin de sa présidence, en janvier 2009...

La ministre israélienne des Affaires étrangères, Tzipi Livni et le chef de l’équipe des négociateurs palestiniens, Ahmad Qoreï, ont commencé en fin de matinée à Jérusalem les négociations sur "un règlement permanent" du conflit. Ces questions sur lesquelles ont buté toutes les négociations précédentes portent sur le tracé des frontières d’un futur Etat de Palestine, le démantèlement de colonies de peuplement, le statut de Jérusalem et le sort des réfugiés palestiniens de 1948. Or sur tous ces dossiers, qui avaient déjà été au cœur du sommet avorté de Camp David en juillet 2000, l’écart entre les positions des deux parties reste considérable...

Avant la rencontre, Mme Livni a insisté pour que les négociations se déroulent de façon discrète. "L’expérience du passé nous a enseigné que, lorsque les négociations sont sous les feux des projecteurs, cela pousse à des positions extrémistes" a-t-elle déclaré dans un communiqué.

PAKISTAN - Dix morts dans l’explosion d’une bombe à Karachi

Au moins 10 personnes ont été tuées hier dans l’explosion d’une bombe à Karachi, le grand port du sud du Pakistan, laissant redouter que la vague d’attentats suicide qui ensanglante le pays depuis des mois est loin d’être terminée, à un mois des législatives. "L’explosion a tué 10 personnes et en a blessé une cinquantaine d’autres" dans un quartier commerçant de cette mégalopole de 12 millions d’habitants, a déclaré un haut responsable des services de sécurité, sous couvert de l’anonymat.

"La bombe était dissimulée dans une moto et a explosé devant une usine de textile", a précisé un officier de Police, Mohamed Javed...

S’il s’agit bien d’une attaque délibérée, ce serait le deuxième attentat mortel de l’année 2008, mais il intervient au plus fort d’une vague sans précédent d’attaques de ce type, commises par des kamikazes dans la quasi-totalité des cas et attribuées aux islamistes proches d’al-Qaïda.

Ces attentats ont fait de 2007 l’année la plus sanglante de l’histoire du Pakistan, avec plus de 800 morts, dont la moitié depuis trois mois seulement. Le premier de l’année avait tué 26 personnes -22 policiers et quatre civils- jeudi à Lahore, la deuxième plus grande ville du Pakistan après Karachi, dans l’est.


AFP

Article Lu 1679 fois

Mardi 15 Janvier 2008


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 18:11 Trump se risque à un bras-de-fer contre la Chine

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State