Référence multimedia du sénégal
.
Google

CIMETIÈRE DE THIAWLÈNE : Une mer en furie profane des tombes

Article Lu 1721 fois

Cadavres en état de décomposition, ossements ramassés et mur effondré, c’est le spectacle offert hier par le cimetière de Thiawlène de Rufisque, visitée la veille par les eaux de la mer. Les populations dénoncent et appellent les autorités à étendre le cimetière.



Ce dimanche, le cimetière de Thiawlène ressemble à un champ de patates. Avant-hier, tard dans la nuit, la mer est entrée en furie et n’a laissé aucune chance à la digue de protection. L’effondrement de celle-ci a occasionné du coup la profanation de plusieurs tombes et la chute du mur. Ce matin, les riverains se sont réveillés dans une grande consternation. À l’intérieur, les jeunes du quartier ou simples volontaires sont là pour recouvrir de sable frais les tombes béantes. La pénétration de la mer dans le cimetière a créé une grande cavité que tente de remblayer une benne mécanique prêtée par la mairie de Rufisque. Le matin déjà, plus d’une soixantaine de cadavres non identifiés ont été dénombrés. Une fosse commune a même été creusée afin d’y mettre les ossements ramassés çà et là. Mais, le plus dramatique dans cette situation, ce sont la dizaine de corps fraîchement enterrés dans le cimetière. « Si on n’y prend garde, ils risquent de se décomposer, indique Feugue Ndiaye, un habitué du cimetière de Thiawlène. Nous l’avons dit au préfet qui a promis de nous appeler ». Comme Feugue Ndiaye, ils étaient nombreux le matin à barrer la route nationale. Les pneus calcinés et le renfort des éléments du Gmi témoignent encore de la colère laissée par les jeunes de Thiawlène en voyant l’état du cimetière. « C’est quand on a appelé en vain les autorités que nous sommes descendus sur la route nationale pour nous faire entendre », explique Ablaye Niang, un habitant de Thiawlène. Mais, depuis un bon bout de temps, les habitants du quartier avaient prévenu les autorités de la ville afin d’entretenir des travaux d’extension du cimetière. « Il y a trois mois de cela, rappelle Feugue Ndiaye, nous avons constaté que le terrain qui était juste derrière le cimetière était devenu un garage. Alors que c’était pour nous un espace pour étendre le cimetière ». Pour l’entretien des tombes et même des murs parfois, Feugue Ndiaye, piroguier de son état, s’est toujours porté volontaire pour leur entretien. Il estime d’ailleurs avoir dépensé près de douze millions pour la clôture du mur. Tard dans la soirée d’hier, les autorités de la Sococim, de même que des éléments du Génie civil sont venus prêter main forte aux nombreux volontaires qui s’activaient depuis le matin pour tenter encore de sauver ce qui pouvait l’être de ce cimetière vieux d’un siècle.

En plus de ce cimetière, plusieurs foyers ont également été touchés par la mer. Ils seraient aussi une vingtaine de familles délogées, qui ne passeront pas la nuit chez eux. Et, pourtant, les jeunes ont toujours dénoncé le manque d’entretien de la digue. « Le barrage date de 1986 et, jusqu’aujourd’hui, on ne l’a jamais renforcé. Maintenant, on en voit les dégâts », lance Cheikhou Badji. Pour les jeunes, les populations de Thiawlène ont besoin de site de recasement afin de décongestionner leur quartier caractérisé par sa forte population.

En face du cimetière, la mer continuait de faire de grosses vagues. La menace est encore là et les populations en sont conscientes. « C’est sûr que d’ici 22 h à 23h, ce sera la même situation qui va se produire », prédit un vieux du quartier qui a déjà visité le cimetière.


MAGUETTE NDONG
Source: Le Soleil

Article Lu 1721 fois

Lundi 2 Juillet 2007





1.Posté par mbaye fall le 30/01/2009 22:57
je sui rufisquoi mais je vie en españe je fier d·etre un rufisquoi

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State