Référence multimedia du sénégal
.
Google


hh



CHEIKHOU KOUYATE, DEFENSEUR CENTRAL DES «LIONS» : «Pourquoi, je ne me blesse qu'en sélection»



CHEIKHOU KOUYATE, DEFENSEUR CENTRAL DES «LIONS» : «Pourquoi, je ne me blesse qu'en sélection»
Considéré comme un défenseur trop fragile à cause de la récurrence de ses blessures en sélection, Cheikhou Kouyaté (23 ans) dit pourtant avoir une santé d'acier. Le seul paradoxe selon lui, c'est qu'il ne se blesse que quand il intègre la tanière. Des bobos physiques qui disparaissent une fois qu'il regagne Anderlecht, son club en Belgique qu'il compte d'ailleurs quitter à la fin de la saison. L'international sénégalais a confié à l'Envoyé Spécial de Sud Quotidien à Conakry, qu'il entend se battre « pour être titulaire à n'importe quel poste» même si son domaine prédilection reste le milieu de terrain.

Le défenseur central des «Lions», Cheikhou Kouyaté (23 ans), n’a jamais pu livrer un match plein avec la sélection nationale du Sénégal. Pourtant, il est considéré comme l’un des meilleurs de la nouvelle génération qui a qualifié le Sénégal pour la première fois en phase finale du tournoi de football masculin aux Jeux Olympiques, Londres 2012.

Un paradoxe que le sociétaire de Anderlecht (Belgique) dit ne pas non plus comprendre. «On parle de ma fragilité ? Paradoxalement, je ne me blesse jamais avec mon club. Je ne contracte des blessures souvent qu’avec la sélection nationale. Ce que je n’arrive pas à comprendre», s’étonne-t-il. «Mais, ajoute Cheikhou Kouyaté, comme on dit : « en tant que croyant, je m’en remets à Dieu».

«On pose tout le temps la même question : qu’est ce qui se passe ? Pourquoi, tu ne joues pas ? Malheureusement, je ne peux donner aucune réponse à ses interrogations. Lors du dernier match contre le Mexique (Jeux Olympiques, Londres 2012, Ndlr), je me suis blessé. Face à la Côte d’Ivoire (éliminatoires de la Can 2013, il est sorti à la 70ème minute), j’ai été obligé d’abandonner mes coéquipiers», regrette-t-il.

«A chaque match avec les «Lions», je ressens un petit quelque chose. Curieusement, il suffit que je revienne dans mon club pour que tout disparaisse. Je ne comprends pas. J’essaie de me soigner en restant fidèle à mes croyances religieuses. Je ferai tout pour terminer un match de 90 minutes avec le Sénégal», souligne-t-il.

«Le milieu mais…»

Utilisé comme défenseur axial dans la sélection sénégalaise, Cheikhou Kouyaté révèle que son domaine de prédilection, c’est au niveau du milieu de terrain. «J’avais juste suppléé un joueur qui était blessé dans l’axe central à Anderlecht. A la fin de la rencontre, le coach m’a dit que j’ai fait un match 5 étoiles (rires). Il m’a dit que j’étais « énorme » derrière avec ma pointe de vitesse pour apporter le surnombre dans la relance et le repositionnement. Il m’a dit ensuite : “Cheikhou, il faut que tu continues à jouer dans l’axe“. Mieux, le club a vendu le défenseur qui était préposé au poste et depuis, je joue dans l’axe (éclats de rires)», confie-t-il.

Toutefois s’empresse-t-il d’ajouter : «être dans l’axe ou au milieu de terrain, c’est du pareil au même pour moi. Ce qui est important, c’est d’être au service de ton équipe quel que soit le poste. Je ne travaille que pour être titulaire aussi bien en club qu’en sélection».

«C’est ma dernière saison avec Anderlecht»

Arrivé à Anderlecht en 2010, Cheikhou Kouyaté, a déclaré que c’est sa dernière saison avec le club belge. «Tout se passe bien avec mon club. Nous sommes leaders du championnat que nous espérons remporter. Mais, ce sera ma dernière année à Anderlecht (Belgique)», a confié le défenseur central des «Lions».

Quid de sa future destination, l’international sénégalais dit préférer ne pas en parler. «Je ne veux pas me prononcer là-dessus pour le moment parce que c’est encore privé. Comme on dit en wolof, thiatt defa gaaw», argue-t-il.

Gana Guèye, Zargo Touré, mes «guides»

Revenant sur ses débuts dans la tanière, Cheikhou Kouyaté dira que «si tout se passe plutôt bien dans la sélection, je le dois aussi à mes potes qui m’ont vraiment facilité la tache, notamment à cette grosse tête là, Idrissa Gana Guèye (éclats de rire. Le joueur de Lille était juste à ses côtés en train de le chambrer, Ndlr), Zargo Touré. Je me suis intégré très facilement dans la tanière. C’était une famille».

Et d’ajouter : «ce qui reste à faire, c’est de poursuivre le travail parce que j’ai encore beaucoup de choses à apprendre et à donner dans la sélection. Les gens me parlent de ma performance face à la Côte d’Ivoire, mais je ne vais pas m’enflammer pour ça. J’ai encore beaucoup de choses à améliorer. Il faut garder les pieds sur terre».

Abdoulaye Thiam
Source Sudonline.sn

Samedi 30 Mars 2013



Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >







Plateforme d’information et d’intéraction a temps réel
Optimisé pour être vu en 1024x768 I.E. 6.0 ou plus récent

Info sur Xibar.net | Conditions d'utilisation | Données personnelles | Publicité | Aide / Contacts |
Copyright © 2007 Xibar multimedia Tous droits réservés