Référence multimedia du sénégal
.
Google

CHEIKH BAMBA DIEYE : Sur le chemin de l’assemblée…

Article Lu 1858 fois

L’installation de la XIème législature est marquée par l’arrivée de plusieurs nouvelles têtes à l’Assemblée nationale. Avec son premier mandat de député, Cheikh Bamba Dièye entend conduire son rôle de représentant du peuple pour répondre aux espoirs placés en lui par les Sénégalais.



CHEIKH BAMBA DIEYE : Sur le chemin de l’assemblée…
Mercredi 20 juin 2007. L’appel du muezzin pour la prière du “ tisbar ” (mi-journée) est le son sonore qui trouble la quiétude de ce coin niché dans les entrailles du quartier de Yoff, juste derrière la sous-Préfecture des Almadies. Au détour de quelques ruelles, une grande villa s’impose avec ses deux étages. La façade centrale est immaculée. Mais la monotonie de la couleur blanche est cassée par un vert peint sur le fronton de la porte. Les lieux sont calmes.

Un calme que dégage l’intérieur de la maison. A côté de la porte du salon, des piles de magazines sont bien rangées dans un présentoir comme on en voit dans les kiosques à journaux. Nous sommes chez le nouveau député Cheikh Mamadou Abiboulaye Dièye plus connu sous le nom de Cheikh Bamba Dièye.

Leader du Front pour le socialisme et la démocratie/Benno Jubbel. Aujourd’hui, l’homme va porter ses nouveaux habits d’élu du peuple. Rien dans la maison ne montre une certaine animation ….politique. Juste un petit groupe de militants est là pour soutenir le nouveau député. Le maître des lieux, habillé en costume gris, chemise bleu clair assortie d’une cravate rouge, nous accueille avec son sourire habituel.

“ On vous attendait ”, affirme-t-il. Avec ses accompagnateurs, Cheikh Bamba s’apprête à quitter sa maison pour rallier un autre lieu où l’attend une “ mission exaltante de défense des Sénégalais ”. Pas de cortège encore moins de gyrophares comme il est fréquent de le voir dans les rues de Dakar. Juste une voiture “ Pajero ”. Il n’est pas encore 15 heures, la voiture s’ébranle vers la route de Ouakam. Assis sur le siège avant de la voiture, son portable ne cesse de grisonner. Arrivée à hauteur du restaurant le « Régal », une petite pause est observée. Une autre voiture se greffe au convoi. La pause dure quelques minutes avant de rentrer dans le quartier huppé de Fenêtre Mermoz pour rallier la maison d’un autre élu du peuple.

Auparavant, Cheikh Bamba Dièye entend faire des précisions. “ Nous allons chez Landing Savané où l’on m’a appelé pour discuter de l’éventualité de la mise en place d’un groupe parlementaire. On y va juste pour répondre, mais on n’est pas encore lié. Seules deux choses nous intéressent : être au service des Sénégalais et que notre crédibilité ne soit pas entachée. Si ces deux conditions ne sont pas réunies, nous n’allons pas siéger dans un groupe parlementaire ”.

Après un crochet d’une dizaine de minutes chez le “ Folliste ”, le cortège s’enrichit d’une nouvelle voiture. Une bolide noire.

“ En souvenir à mon père ”

Il n’est pas encore 16 heures. Heure prévue pour l’installation de la nouvelle législature. On peut se permettre de faire le plein d’essence dans une station-service. Cheikh Bamba Dièye est accroché par quelques automobilistes pour des discussions.

“ Je suis souvent accroché dans la rue par des Sénégalais qui me font part de leur adhésion à ma démarche politique. Cela nous donne envie de mieux faire encore et de persévérer dans notre démarche ”, affirme-t-il.

Direction maintenant l’Assemblée nationale où une nouvelle vie politique s’ouvre pour Cheikh Bamba Dièye. Une vie de parlementaire que son défunt père, Cheikh Abdoulaye Dièye, a aussi connue.

“ Marcher sur les pas de mon père comme parlementaire me réconforte. Je me dis que je suis sur la bonne voie. A chaque fois que je prendrais la parole à l’Assemblée, je m’efforcerais de suivre ses pas. Ce qui m’a marqué sur le mandat de député de mon père, c’était sa franchise et sa liberté de ton dans la défense des citoyens ”.

L’arrivée à la place Soweto est plus difficile qu’on l’imaginait. Une longue file de voitures s’aligne sur la route. Il faut descendre pour se frayer un chemin. L’ambiance est au comble avec les ovations des militants libéraux à leurs députés. Cheikh Bamba Dièye ne passe pas aperçu dans cette masse. Tantôt applaudi par les militants, tantôt accroché pour une poignée de mains. L’entrée aussi est difficile. Faut jouer avec ses muscles pour entrer à l’hémicycle. 16 heures passées de quelques minutes, Cheikh Bamba Dièye arpente les marches de l’Assemblée nationale.

A l’intérieur, les députés ont commencé à prendre place. Il se met sur l’avant-dernière rangée ; observant avec calme le déploiement en force de la Coalition Sopi. Durant tout le cérémonial, Cheikh Bamba Dièye est resté calme en écoutant attentivement les discours des différents intervenants. Il fait nuit et l’installation de la XIème législature vient de prendre fin.

Cheikh Bamba Dièye sort de la salle de l’Assemblée comme il était entré. Dans le hall, la meute de journalistes qui l’attendaient pour recueillir sa réaction. Il répond à toutes les sollicitations de la presse sous l’ ?il bienveillant de son porte-parole, Babacar Sakho.

La journée se termine sous les feux des caméras et clash des photographes. Il en sera ainsi pour les cinq années à venir “ pour bien être à la hauteur des espoirs placés par les Sénégalais ”…


OUMAR NDIAYE
Source: Le Soleil

Article Lu 1858 fois

Samedi 23 Juin 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State