Référence multimedia du sénégal
.
Google

CELEBRATION DES 350 ANS DE SAINT-LOUIS : Le Premier ministre annonce un programme spécial

Article Lu 1589 fois

Saint-Louis a soufflé ses 350 bougies. Le lancement des festivités marquant cette commémoration s’est déroulé sous la présidence du Premier ministre, Souleymane Ndéné Ndiaye, qui a annoncé la disposition du gouvernement à assurer la renaissance économique et culturelle de Saint-Louis.



CELEBRATION DES 350 ANS DE SAINT-LOUIS : Le Premier ministre annonce un programme spécial
Ce samedi, Saint-Louis la vieille, tête de pont de la pénétration coloniale en Afrique de l’Ouest et chargée d’un pan de l’histoire du Sénégal, a vibré au rythme des festivités de son anniversaire. Il s’agit des 350 ans d’une ville fondée en 1659 et classée, depuis 2000, Patrimoine historique par l’Unesco. Saint-Louis, qui a joué un rôle non négligeable dans l’histoire du Sénégal, est à la recherche d’un mieux-être. La cérémonie s’est déroulée en grandes pompes devant un aréopage de personnalités. A cette occasion, le Premier ministre, Souleymane Ndéné Ndiaye, a annoncé un programme spécial pour Saint-Louis, afin d’assurer « sa renaissance économique et culturelle ». Car selon lui, la ville a un potentiel que la Stratégie de croissance accélérée élaborée par le gouvernement peut et doit valoriser à travers le tourisme, l’industrie culturelle et l’artisanat d’art, les produits de la mer et l’aquaculture, la technologie de l’information et les télé-services.

Un plan de sauvegarde

Ainsi, il a assuré de tout le soutien de son gouvernement à œuvrer pour un rayonnement de Saint-Louis. « Au tour de ces pôles de développement, le gouvernement, sous l’orientation du président de la République, Me Abdoulaye Wade, est disposé à assurer la renaissance économique et culturelle de Saint-Louis », a-t-il dit avant d’ajouter : « nous serons à vos cotés pour tout autre projet favorable à l’épanouissement de Saint-Louis et de ses habitants. » Pour le Premier ministre, le programme de formation aux métiers de la restauration du patrimoine architecturale qui concerne directement les artisans locaux, mérite d’être renforcé. Et selon lui, la décision du chef de l’Etat de mettre en application, après concertation avec l’Unesco, un plan de sauvegarde, de réhabilitation et de valorisation du patrimoine architectural de Saint-Louis, s’inscrit dans cette volonté. « La création de l’aéroport international de Saint-Louis répond à ces préoccupations de développement, tout comme la rénovation prochaine et imminente du stade Me Babacar Sèye avec la pose d’un gazon synthétique », a-t-il ajouté. Auparavant, le Premier ministre a aqualifié cette commémoration d’« initiative heureuse » cette décision du conseil municipal de marquer les 350 ans par un programme d’activités variées et riches.

Lequel programme s’appuie sur le Patrimoine culturel historique classé de la ville. « Vous avez raison de célébrer les 350 ans de Saint-Louis et nous sommes heureux d’être à vos cotés à cette occasion pour mieux faire connaître votre message humaniste au monde », a dit le Souleymane Ndéné Ndiaye, se réjouissant de la volonté affichée de ne pas réduire l’évènement à de simples manifestations festives et à des réjouissances populaires.« Vous avez choisi de passer de la célébration à une commémoration, en appelant à assumer un devoir de mémoire, invitant tous nos compatriotes à une profonde introspection pour mieux baliser l’avenir », a-t-il ajouté, non sans inviter les autorités municipales à prendre conscience « des mutations en cours et à venir dans cette ville ».

Initiative heureuse

Le Premier ministre a rappelé le contexte colonial qui a donné naissance à Saint-Louis et qui, selon lui, constitue une période « peu glorieuse » de l’histoire des peuples d’Afrique. « Dans ce cas de figure, ce souvenir des 350 ans de Saint-Louis c’est aussi par exigence de vérité rappeler le rôle de Saint-Louis dans la traite Atlantique », a-t-il indiqué. Rappelant que Saint-Louis est une ville particulière au regard de cet héritage culturel et sa population cosmopolite où l’on retrouve des personnes de différentes nationalités vivant dans « une harmonie et une paix inébranlable », il a invité les populations à faire preuve de foi et à cultiver une coexistence sans heurt de l’Islam et du Christianisme, gage d’un dialogue interreligieux harmonieux et fructueux. Et au conseil municipal, il a demandé de conjuguer ses efforts avec le gouvernement pour ensemble œuvrer à « revitaliser la ville de Saint-Louis dans le cadre du développement d’un Sénégal émergent » auquel Me Wade consacre inlassablement toute son énergie et tout son savoir-faire.

Eaux, sons et lumières au rendez-vous

La célébration des 350 ans de Saint-Louis a été un événement de grande ampleur. Au-delà du spectacle en sons et lumières sous le pont Faidherbe, la richesse culturelle de toute une région et de tout un pays dans son ensemble qui sera valorisée.

Ville magique et d’histoire, Saint-Louis a fêté avec faste ses 350 ans. Une occasion qui a permis d’exhumer, de fort belle manière, son riche passé mais aussi d’étaler et de valoriser toute la richesse culturelle de toute une région.

L’hospitalité, la civilité, le savoir vivre et savoir être, le tact, la discrétion, le raffinement, le brassage et le métissage, ces valeurs tant vantées et qui ont toujours fait la fierté de Saint-Louis, ont été mis en avant. Une série de manifestations d’envergure ont égayé cette nuit, dont un spectacle en sons et lumières sous le pont Faidherbe et des parades de pirogues illuminées, avec à bord, plus d’un millier de rameurs venus du quartier des pêcheurs de Guet-Ndar.

L’assistance, à travers un défilé très riche, a revisité l’histoire des « Signares », ces affriolantes créatures, qui, à l’époque coloniale, se sont mariées avec des cadres bourgeois ou aristocrates européens.

Les folklores pulaar, maures, sérère, bambara étaient au rendez-vous. De même que la chorale de Saint-Louis. Ablaye Cissoko, avec son jeu musical limpide et moderne soutenu par une voix enveloppante et sereine, a égayé l’assistance qu’il a transportée dans un univers mandingue à travers des sonorités suaves échappées de sa kora. Les festivités ont été clôturées par Abdou Guité Seck qui, de sa voix mélodieuse, a exécuté l’hymne de Saint-Louis, qu’il a lui-même composé.


Par El H. Saliou F. LO, Mbagnick DIAGNE et Samba O. FALL
Source Le Soleil

Article Lu 1589 fois

Lundi 14 Décembre 2009




Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State