Référence multimedia du sénégal
.
Google

CE QUE IDY N'A PAS DIT... Ils se sont rencontrés trois fois en France

Article Lu 11964 fois

Suite aux audiences de midi, l’histoire s’est répétée hier ; près de deux ans après. Me Wade a ouvert les portes de son palais à celui qui lui avait rappelé qu’il était «ancien spermatozoïde et futur cadavr» : Idrissa Seck est depuis ce début de semaine, à nouveau, une star au Parti démocratique sénégalais. Un acteur qui sait, comme son maître et «père», cacher ses cartes.



CE QUE IDY N'A PAS DIT... Ils se sont rencontrés trois fois en France
Le premier non-dit de l’ex-Premier ministre est que son face-à-face, hier, avec le président de la République, pour ne parler que de « questions politiques», est en fait l’officialisation d’une retrouvaille qui a été scellée dans le domaine privé de Me Wade en France : à Versailles. Là-bas, il n’y avait pas Iba Der Thiam; encore moins un autre membre de la Cap 21. Il n’y avait, probablement, que Pape Samba Mboup. Idy a reconnu que ce ministre chef de cabinet du président Wade s’est beaucoup investi pour l’avènement de «l’événement» du lundi. C’est après Versailles que la Cap 21, informée, a joué la carte de la mise en forme du retour de celui qu’elle avait voué aux gémonies; tout comme le firent Babacar Gaye et Abdoulaye Faye, entre autres responsables. Ironie de l’histoire, après la conférence de presse, ceux-là se sont empressés de prendre une « photo de famille » avec lui. Pour les satisfaire, M. Seck dut rebrousser chemin sous forte escroc.

Ils se sont rencontrés trois fois en France

Il s’y ajoute, selon des indiscrétions, qu’en vérité, Me Wade a fait face, par trois fois, à Idy en France : ils se sont rencontrés une fois à Paris, et deux fois à Versailles. C’est le sieur Jacques Attali qui aurait, de fait, joué le sapeur-pompier. Me Wade aurait satisfait les démarches de son ami Attali, pour deux raisons essentielles. Premièrement, c’est un secret de Polichinelle, à l’origine de leur conflit, il y eut les fonds politiques; dans lesquels M. Seck avait reconnu s’être servi. Me Wade avait déclaré, bien avant, que ce sont des «questions d’argent» qui les opposaient; des milliards, précisément. Or, pour « partager le butin», il faut forcément oublier les insultes d’hier et les rigueurs carcérales. On ne laisse pas filer des milliards; surtout, quand on est d’obédience libérale ou «grands bandits». L’argent est le nerf de la guerre, dit-on. Ainsi Idrissa Seck devait revenir avec le «trésor bien caché». Son non lieu-total est à cette condition : rembourser d’abord, revenir après; en paix.

En politique, le contexte reste déterminant

Le marabout Serigne Abdou Aziz Sy Al Amine fut à l’origine de leurs rencontres de 2007. Mais, en dépit, les hostilités reprendront entre le «père» et le «fils». Pis : «Je prends les Sénégalais comme témoins, et que c’en est fini entre nous. Je lui donne rendez-vous devant le Bon Dieu», tonnera Me Wade. Il oubliait qu’en politique «on ne dit jamais : jamais». Il oubliait, aussi, que ce sont les contextes qui sont les déterminants des alliances ou des séparations politiques. Et, le contexte a changé : la cote de popularité de Macky Sall va crescendo depuis sa démission de tout poste obtenu au nom du Parti démocratique sénégalais (Pds). Mieux, il s’affirme, de plus en plus, comme la locomotive de l’opposition; même les «vieux routiers», Moustapha Niasse et Robert Sagna, se détachent de Ousmane Tanor Dieng, qui leur a tout coûté, pour élever «au sommet» le président de l’Alliance pour la République (Apr/Yaakaar).

Macky Sall est donc à « briser ». Qui mieux que le tandem Wade-Idy pour lui réserver le sort que connut Sisyphe ?

Des règlements de compte dans l’air


D’ailleurs, en dépit d’avoir soutenu qu’il n aura aucune rancune, contre qui que ce soit, force est de reconnaître que Idrissa Seck n’a pas été tendre avec son successeur à la Primature. Il a rappelé que Macky est venu « assez tardivement au Pds » ; or, le compagnonnage Wade-Idy dépasse trois décennies. Enfonçant le clou dans la permanence libérale, où son exclusion du Pds fut prononcée par Abdoulaye Faye, avec la bénédiction de Macky Sall, il raillera éloquemment : le bon fils est celui qui est prêt à mourir avec son père ; mais, non celui qui s’allie avec les ennemis de son «géniteur».

Devant des adversaires ou ennemis, qui tendra la joue ?

Hélas, les hostilités ne font que commencer ; et Idy ne cherche pas ses mots en français et en wolof. Il s’y ajoute qu’il aime bien puiser dans le Saint Coran, au grand bonheur du peuple. On le surnomme, également « Mara » ; mais, Macky Sall risque de connaitre ce que connut son prédécesseur à la Primature. Les dossiers judiciaires, on en fabrique…

Last but not least, en osant se démarquer de la Génération du Concret de Karim Wade, qui doit rentrer dans les rangs, Idrissa Seck indique également qu’avec le président Wade, il a abordé des «questions gouvernementales». D’ailleurs, le Pr Iba Der Thiam l’a d’emblée appelé «Monsieur le Premier ministre» ! Un lapsus, dirait le père de la psychanalyse. Tremblez donc détracteurs d’hier, Idy is back ! Seulement, pourvu que la direction du vent ne change pas, après les élections locales et le « grand parti» !

Alioune Badara DIALLO

Source: L'office

Article Lu 11964 fois

Mardi 13 Janvier 2009





1.Posté par fgergerg le 13/01/2009 15:03
wa ani farba le con senghor ak niome alioune sow. taye réke séne tate tangue. yéné si négou borome laye faname. idy moye séne bay yéne nieupe

2.Posté par samba kethio mbondo le 13/01/2009 15:09
NGORSI DIKETINA,BI YONE DINA WOUTEK LA WONE.LOU NOU WARA DEF DINA DIKE WAYE DOU LEGUI.

3.Posté par Banquier le 13/01/2009 15:25
Enfin de compte on se prerd même dans cette histoire..... Mais saché que Dieu est le maître de tout ce qui est..... Alors no comment...

4.Posté par lili le 13/01/2009 15:48
tHIOUB *******, SA SE VOIT K SI GAYI LEKK SI SOUNOU KHALISS NGA BOKK, BILAHI YALLA MO LENN EUPP DOLEE, CE BAT MONDE DIAROUL DARA, ON LAISSERA TOUT ICI DONC .....!

5.Posté par rewwi+pds le 13/01/2009 15:48
ande liguey suñu rew com avant 2005. 2000 -----2005 il n y' avait aucun probleme au senegal dou ndokh ,-gaz,-thiep,-courant,-essece,-dara manke woulwon suñugal

6.Posté par citoyen le 13/01/2009 16:42
BJR A TOUS!

EH OUI, L'HISTOIRE BEGGAIE!C LE GRAND BAL DES IDIOTS
OU DIRAI JE LA VALSE DES TRUANDS!
TT CE KE JE SAIS C KE LAYE BOUKI NE S'EST PAS ENCORE
PRONONCE ET CELA NE PRÉSAGE RIEN DE BON DONC WAIT AND
SEE!

EN PLUS JE VIENS DE ME RAPPELER CE KE LAYE BOUKI
DISAIS A PROPOS DE IDY:"IL EST INTTELLIGENT MAIS C UN
IDIOT" CELA VEUT TT DIRE MES COMPATRIOTES JUGEZ EN VS
MEME!!!!!

VIVE LE SENEGAL DES GRANDES VALEURS REPUBLICAINES!!!!

7.Posté par MARVEL le 13/01/2009 16:56


Monsieur Seck, vous êtes donc retourné dans la maison hantée.


La boucle est ainsi bouclée. Vous et votre père vous êtes ainsi affrontés jusqu'à en arriver là, à de si bruyantes et minables retrouvailles après avoir chacun vomi l'autre, lui après avoir déclaré à la face du monde qu'il n'abritera plus dans sa tente un serpent dont il a echappé à la morsure, et vous après avoir déclaré à la face de ce même monde que toutes retrouvailles politiques avec votre bourreau est désormais impossible bien que vous pouviez lui pardonner au plan personnel. C'est donc l'histoire d'un père et de son fils d'emprunt qui ravalent tous deux ce qu'ils avaient vomi, même si vous avez tenté de votre côté d'argumenter le contraire lors de votre conférence de presse, et lui de se contenter de prétexter qu'il était votre père, un père capable quand cela l'arrange de vous égorger et de vous jeter à ses fauves.

Les coups que vous vous êtes donnés étaient bons à prendre pour chaque camp selon les motivations et les objectifs.

1° Ces coups que votre père vous a donnés ont réjoui vos adversaires internes à votre mouvance d'antan (redevenu votre mouvance) ou ceux qui ne pouvaient vous voir en peinture suite à vos débats politico financiers avec votre "papa".

2° Ces coups que vous avez donnés à votre père étaient les bienvenues pour ceux qui savent que terrasser un tel monstre peut être plus long et plus dure si l'on ne s'y met pas à plusieurs, ou si l'on empêche à certains coups d'atteindre la cible même si ces coups proviennent d'un allié de circonstances dont les coups risquent de ne pas durer.

Depuis quelques mois vous aviez suspendu ces coups et nous voyions bien sur venir ce qui s'est confirmé ce Lundi 12 Janvier. D'autres élections périlleuses approchant, ainsi qu'une saignée causée par l'autre fils d'emprunt qui vous avait remplacé avant d'être à son tour déshérité, ont certainement accéléré ces réconciliations. Avec les chances qui vous avaient été offertes d'apporter quelque chose de nouveau, vous persistez à demeurer le fils d'un vieil imposteur cleptomane doublé d'un mythomane. Pourtant c'est le genre de père que l'on peut se choisir et pas celui qui vous met au monde bien qu'il se dise être votre créateur. Votre choix est donc clair, d'autres préciseront que vous n'aviez jamais choisi autre chose, mais à chacun sa démarche

Durant votre séance d'explication, vous avez tenté de justifier votre démarche à vous. Ce n'est pas parce que vous n'avez jamais voulu quitter la maison familiale, que vous vous êtes toujours réclamé de cette famille, que vous êtes resté constant et cohérent sur le reste, ce serait une analyse bien sélective. Que de manœuvres et de contorsions avant de revenir ou pour revenir auprès du "père". Ce n'est donc pas ceux qui pensent que la constance ne se limite pas seulement à réclamer sa sénégalité ou son libéralisme, et au diable les voies et moyens pour retrouver les siens, qui ont une vue tortueuse comme vous avez osé le dire, mais c'est bien celui ou ceux qui ont tenu plusieurs discours, qui ont adopté plusieurs positions, qui ont fréquenté plusieurs mouvances, qui ont changé plusieurs fois d'opinion par rapport à un mentor, ......

Avec cette réconciliation, vous ne pouviez pas trouver mieux qu'un tortueux, versatile et aigri tel que le professeur Iba Der comme maître de cérémonie. C'est symbolique à plus d'un titre, et cela démontre également que cette maison PDS n'est plus depuis fort longtemps qu'un abris des déchets et prédateurs de l'ancien régime, des nouveaux prédateurs trop affamés pour y aller avec un minimum de retenue et de subtilité, des planqués au lourd casier judiciaire, des tortueux, des marabouts véreux, etc.... Difficile donc de croire à une quelconque possibilité, même si on peut la comprendre la volonté déclarée, de nettoyer une telle maison familiale où l'on a grandi lorsqu'il s'avère finalement que ce sont les fondations de la maison elle-même qui sont pourries, que derrière les belles couches de peinture il n'y avait que de la moisissure, qu'il y'a plus de sable que de ciment, et que tout y est fait pour attirer et retenir la crasse venue d'ailleurs.

Nous allons d'ailleurs bientôt assister à des retournements de veste incroyables à votre égard dans cette maison et au sein de cette mouvance alimentaire. Vous entonnerez bientôt tous ensemble le même refrain au sujet de la fameuse vision de votre constante kleptomane de 89 ans, l'âge véritable que vous nous aviez révélé avec l'anecdote du jeune Abdoulaye courant jeune derrière le cheval de Cheikh Ahmadou Bamba. Les sénégalais se sont déjà fait une idée sur cette vision qui n'est rien d'autre qu'un ramassis de tartufferies, de guignolades, de mauvaises intentions,…, un tas de waderies donc que les sénégalais ont voulu sanctionner dès la fin du 1er et seul mandat, presque un cas unique au monde. Mais les experts et tripatouilleurs du fichier en avaient décidé autrement. Alors quelques mois après, lors des législatives qui ont suivi, les mêmes sénégalais, précédés par les militaires, sont tout simplement restés chez eux pour dire "mer…" à votre père et à ses pantins qui se donnent le nom de députés. Jamais au monde centres de vote n'ont été aussi vides, même si les fameux experts tripatouilleurs du fichier ont cherché au soir à atténuer l'ampleur du dégoût que les sénégalais ont voulu vous démontrer en ne voulant même pas être vus dans les rues aux heures du vote. A vous voir insister aujourd'hui sur la légitimité de votre père retrouvé, visiblement ce ne sera pas vous qui essayerez de le convaincre à accepter une démocratisation du processus électoral et une correction de son fichier modulable à souhaits, pourtant vous aviez également boycotté les législatives.

Voilà donc la famille que vous venez de rejoindre à nouveau. Pour quelles raisons exactement ? Wade a l'habitude de répéter que personne ne sait à part vous deux, mais chacun a quand même sa petite idée et l'on sait que tant que Wade sera aux commandes de cette justice des plus honteuses et des plus corrompues au monde, aucun crime ne sera jamais élucidé ou puni si il sait pouvoir avoir sa part ou que ce crime peut faire oublier un instant les siens et ceux de son fils naturel Karim.

Vous avez rejoint la maison hantée, nous ne ferons aucune distinction entre le diable, ceux qui nourrissent le diable, ceux qui protègent le diable, ceux qui aident le diable, ceux qui torchent le diable, ceux qui imitent le diable. Quand il s'agit du diable on ne peut qu'être contre lui, ……… ou avec lui car il n'y a pas de demie mesure avec le diable

De la même manière où nous avions essayé de vous ignorer pendant que vous étiez au dehors à asséner parfois des coups au diable, de la même manière nous essayons également d'ignorer cet autre fils banni qui cherche à nous convaincre que ses coups feront plus mal que les vôtres d'antan. Rien ne nous garantit qu'il n'opérera pas comme vous un virage à 180°, mais tous les coups qu'il donnera aujourd'hui dans la bonne direction seront bons à prendre en attendant de régler son compte au diable. Tous ceux qui ont continué à pactiser avec le diable alors qu'il s'était ouvertement démasqué, comprendront très amèrement que l'on leur fera rejoindre tôt ou tard le diable dans sa boîte.


MARVEL
marvel@hotmail.fr

8.Posté par thiantacoume le 13/01/2009 18:20
merci marvel t'as tout dit

9.Posté par Karl@hotmail.com le 13/01/2009 18:20
MARVEL monte sur le cheval ?

ou MARVEL migre vers APR/YAKAAR .

10.Posté par boy ndiago le 13/01/2009 19:04
qui dou marvel dé?

11.Posté par noa le 13/01/2009 19:42
ca m surprend pas c est un griot

12.Posté par dia le 13/01/2009 20:00
ils deshonnorent le sengal...wade et idy...je me demande qui va nous debarrasser de ces deux diables...

13.Posté par Bour Guewel le 13/01/2009 20:42
Ah bon?Alors maintenant il y a cerains qui reconnaissent que le sort du au Senegal n'est pas seulement la danse,le chant et les eloges des gens qui,parfois le meritent meme pas???OK!
Pourtant il yb a 2 mois que Obama a montré que le savoir-faire noir américain ne se limitait pas SEULEMENT a la drogue,violence,enceinter et félonie.Et cela meme étant,n'a pas pour autant suscité de commentaitres aussi tordus que celui de l,éditeur du commentaire#11.Ce genre de point de vue nous retarde plus que l'ont fait la trite des negres et la segregation raciale pour les U.S.
BOU SOUBAA NGUEENIY COMPRENDRE.GUEWEL 4 EVER!

14.Posté par musa le 14/01/2009 02:51
Le idy est en passe de devenir paume ou est a court d'argent j'usqu'a ne plus pouvoir payer sa bonne ces gens sont devenus les esclaves de leur mode de vie.
Jupiter dit un jour que tous ceux qui respirent s'en viennent comparaitre au pied de ma grandeureLa creature qui perdit sa dignite ce jour fut bouki(l'hyene)Avant de mourir Ablaye Wade va tous vous enterer vivant ndiombor est une veritable coupe gorge en politique



Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State